Sport

La Colombie obtient une médaille d’argent et une de bronze en cyclisme BMX

La délégation colombienne a confirmé sa présence historique dans la discipline en remportant deux médailles en finale à Tokyo. Chez les hommes, Carlos Ramírez a pris la troisième place, tandis que chez les femmes, la double championne olympique Mariana Pajón a abandonné son trône, mais a atteint la deuxième place. La natation et le début de l’athlétisme animent également la journée au Japon.

Les Jeux Olympiques de Tokyo célèbrent une semaine de compétition officielle et accueillent l’athlétisme, grande attraction de l’épreuve, tandis que la natation continue de semer l’émotion dans ses derniers jours.

Pour l’Amérique latine, l’attention s’est portée sur le cyclisme BMX, avec une forte présence de ses représentants et la ratification de la puissance de la Colombie, qui a remporté une médaille d’argent et une de bronze. De plus, la France a subi une déception en judo, par la défaite rapide de Teddy Riner.

Voici les nouvelles les plus marquantes des JO de ce vendredi 30 juillet :

  • La Colombie décroche une médaille d’argent et une de bronze aux finales cyclistes de BMX

La Colombie a poursuivi sa tradition historique de célébration des médailles olympiques en cyclisme BMX et l’a fait aux mains de deux concurrents qui savent déjà ce que c’est que de monter sur un podium dans la plus haute épreuve : Mariana Pajón et Carlos Ramírez.

Pajón, vainqueur de l’or à Londres 2012 et Rio 2016, n’a pas pu prolonger son règne mais a signé une belle performance et a remporté la médaille d’argent, devenant l’athlète de son pays avec le plus de médailles olympiques de l’histoire.

Cette fois, la Britannique Bethany Shriever, 22 ans, a été couronnée en finale. Une victoire qui n’était pas déraisonnable après sa belle performance en demi-finale. Le podium était complété par la Néerlandaise Merel Smulders.


Auparavant, lors de la finale masculine, Ramírez avait revalidé le bronze obtenu à Rio 2016 et terminé à la troisième place, derrière le Néerlandais Niek Kimmann et le Britannique Kye Whyte, qui ont bouclé la grande journée de la Grande-Bretagne dans la discipline.

Le natif de Medellín a pris la troisième place en profitant de la chute du Français Joris Daudet dans le dernier virage. C’était le corollaire d’une finale décevante pour la France, qui comptait 3 coureurs sur 7 et n’a remporté aucune médaille : Sylvain André a terminé quatrième et Romain Mahieu, sixième. De plus, l’Equatorien Alfredo Campo a terminé cinquième.

  • La Sud-Africaine Tatjana Schoenmaker, record d’or et du monde du 200 mètres brasse

L’Afrique du Sud a obtenu sa première médaille d’or aux Jeux olympiques de Tokyo, dirigée par Tatjana Schoenmaker. Le nageur de 24 ans a été à la hauteur des prédictions et a remporté le titre du 200 mètres brasse, tout en établissant un nouveau record du monde.

Schoenmaker avait déjà montré des signes de sa supériorité au classement, une instance dans laquelle il a établi un nouveau record olympique et l’a ratifié en finale, en abaissant le record du Danois Rikke Moller Pedersen, en vigueur depuis 2013.

Non seulement elle a établi un nouveau record mondial, mais elle est devenue la première femme à nager en moins de 2h19, grâce à son temps de 2h18,95 qui lui a valu l’or. L’Américaine Lilly King a remporté l’argent et sa compatriote Annie Lazor a remporté le bronze.

L’Australie a également célébré dans les piscines, remportant l’or et le bronze au 100 mètres nage libre féminin. Emma McKeon a pris la première place et a établi un nouveau record olympique de 51,96 secondes, tandis que Cate Campbell a pris la troisième place. L’argent est allé à Hong Kong Siobhan Haughey.

De plus, Evgeny Rylov du Comité olympique russe a remporté l’or au 200 m dos masculin, également avec un record olympique, avec un record de 1: 53,27. Derrière, l’Américain Ryan Murphy et le Britannique Luke Greenbank. Lors du combiné 200 mètres, le Chinois Shun Wang a remporté le titre, accompagné sur le podium du Britannique Duncan Scott et du Suisse Jérémy Desplanches.

  • Le double champion olympique Teddy Riner a dit au revoir rapidement au rêve du triplé

Le judoka français Teddy Riner, vainqueur de l’or à Londres 2012 et à Rio 2016, a subi une grande déception lorsqu’il s’est incliné en quart de finale de la catégorie des plus de 100 kilogrammes, faisant ses adieux à l’illusion du triple championnat.

Après avoir surmonté ses deux premiers combats avec facilité, Riner a succombé au Russe Tamerlan Bashaev, actuel numéro un mondial. Le poids lourd français, qui n’avait jamais perdu contre Bashaev, a été surpris quand, essayant de lancer un mouvement au sol, il a été bloqué par le représentant du Comité olympique russe, qui a ajouté un waza-ari et a pris le point d’or du combat. , qui avait terminé sans but dans le temps réglementaire.

Le judoka français Teddy Riner est tombé lors de son match de quart de finale contre le Russe Tamerlan Bashaev et a dit adieu à son rêve d'atteindre trois médailles d'or olympiques.
Le judoka français Teddy Riner est tombé lors de son match de quart de finale contre le Russe Tamerlan Bashaev et a dit adieu à son rêve d’atteindre trois médailles d’or olympiques. © Franck Fife / AFP

Sans regret, Riner a encore une chance de remporter la médaille de bronze. S’il l’obtient, ce serait sa quatrième médaille olympique. Pour entrer dans la lutte pour le métal, il devra battre le Brésilien Rafael Silva.

Alors que la France rêve encore de l’or chez les femmes au-delà de 78 kilogrammes. Dans l’une des demi-finales, Romane Dicko affrontera la Cubaine Idalys Ortiz, l’une des favorites du concours.

Avec EFE