Première modification:

Luis Arce a été le bras droit économique d'Evo Morales pendant la majeure partie de son mandat présidentiel. Maintenant que le Mouvement pour le socialisme est de retour au pouvoir, sa mission en tant que premier président est de remettre le pays sur la voie de la croissance.

Luis Arce est connu par de nombreux secteurs en Bolivie comme l’architecte du boom économique qui, pendant des années, a fait du pays le «spectacle» de la région sur le plan économique.

Entre 2006 et 2014, le pays a réalisé une croissance sans précédent: il n'est jamais tombé en dessous de 3% et a atteint 6,8% en 2013. Cependant, ses détracteurs l'attribuent au contexte extérieur favorable qui a maintenu les prix des matières premières à un niveau élevé jusqu'en 2015.

Dans une gestion qu'il a à peine interrompue pendant 18 mois, Arce a été ministre de l'Économie et des Finances du gouvernement d'Evo Morales pendant plus de 11 ans. Pendant cette période, il a dû faire, par exemple, avec la nationalisation du secteur des hydrocarbures.

Désormais, en tant que président, il promet de promouvoir l'industrialisation pour remplacer les importations et renégocier la dette extérieure, ainsi que de promouvoir une société pharmaceutique nationale basée sur la médecine traditionnelle. Mais quel pays reçoit?

Son principal défi: reprendre le chemin de la croissance

À partir de 2015, l'économie bolivienne a entamé une période de décélération qui, jusqu'en 2018, s'est traduite par un rebond annuel non négligeable du PIB de 4%. Mais en 2019, l'augmentation était déjà de 2,2%, la plus faible depuis près de deux décennies.

France 24
France 24 © France 24

Maintenant, en raison de l'effet de Covid-19, la contraction accumulée au deuxième trimestre de cette année était de 11,1% et 21,68% par rapport à la même période l'année dernière.

Covid-19 a presque triplé le chômage à un taux de 11,8% en juillet, alors qu'il avait clôturé 2019 à un modeste 4,83%.

Et en termes de pauvreté, le chiffre le plus récent indique qu'à la fin de l'année dernière, elle touchait 37,2% de la population, soit plus de quatre millions de personnes.

Pour cette année, la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit une contraction du PIB bolivien de 5,2%.

France 24 avec RFI et EFE