Economie

Joe Biden propose à Jerome Powell de continuer à diriger la Fed

Le président américain s’est engagé dans la continuité en matière économique avec la nomination de Jerome Powell pour rester président de la Réserve fédérale (Fed) des États-Unis. Le fonctionnaire commencerait son deuxième mandat en février en charge de la politique économique de l’une des plus importantes banques centrales du monde.

Sans risque. Le président américain Joe Biden a fait valoir que « la stabilité et l’indépendance » étaient essentielles pour proposer à nouveau Jerome Powell pour un second mandat à la tête de la Réserve fédérale, la Fed, célébrant sa gestion économique pendant la crise de la pandémie et les nouveaux défis économiques.

« En cette période d’énorme potentiel et d’énorme incertitude, nous avons besoin de stabilité et d’indépendance à la Réserve fédérale », a déclaré Biden lors d’un événement public, accompagné de Powell et Lael Brainard, qui a été nommé vice-président de la banque centrale américaine.

Biden parie avec cette décision pour poursuivre sa politique de création d’emplois et de contrôle de l’inflation, qui s’élève à 6,2% et est considérée comme la plus élevée depuis trente ans. Le président des États-Unis a exprimé sa confiance dans le fait que Powell et Brainard « continueront à se concentrer sur le maintien d’une inflation basse, des prix stables et la réalisation du plein emploi ».

Selon Biden, le président de la Fed a remporté l’investiture pour son « indépendance » et a réussi à éviter « une ingérence politique sans précédent », en référence aux critiques formulées par l’ancien président Donald Trump, maintenant ainsi « la crédibilité et l’intégrité » de la banque centrale.

De son côté, Powell, un ancien banquier arrivé au conseil des gouverneurs de la Fed en 2012, a pour ambition de maîtriser la hausse des prix. « Nous savons qu’une inflation élevée fait des ravages sur les familles, en particulier celles qui sont moins en mesure de faire face au coût plus élevé des produits de première nécessité, tels que la nourriture, le logement et les transports. Nous utiliserons nos outils à la fois pour soutenir l’économie et un fort marché du travail pour empêcher la hausse de l’inflation de se consolider », a déclaré Powell à la Maison Blanche.

Les commerçants regardent la conférence de presse du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, à la suite de l'annonce des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine dans le parc de la Bourse de New York, aux États-Unis.

Les commerçants regardent la conférence de presse du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, à la suite de l’annonce des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine dans le parc de la Bourse de New York, aux États-Unis. © Brendan McDermid / Reuters

Pour Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s Analytics, « le président Biden a choisi le ‘statu quo’ pour la politique monétaire et la régulation financière ».

Powell a pour sa part souligné qu’une de ses priorités sera d’éviter que la forte inflation ne devienne structurelle aux Etats-Unis. La banque centrale américaine maintient toujours des taux d’intérêt compris entre 0 % et 0,25 % depuis mars 2020, date à laquelle elle a émis un programme d’achat d’obligations mensuel de plusieurs millions de dollars, qu’elle a annoncé être réduit à partir de novembre.

Les deux nominations doivent d’abord être confirmées par le Sénat américain. Powell reprendrait ses fonctions en février 2022, avec une certaine opposition de la part des démocrates progressistes. Suite à l’annonce de la nomination, les actions américaines ont atteint des niveaux record, tout comme les rendements des obligations du Trésor, tandis que le dollar s’est renforcé.

Avec EFE