Culture

Du court ‘Save Ralph’ à ‘Gunda’: l’audiovisuel condamne nos mauvais traitements envers les animaux

Que ce soit avec l’ironie du «stopmotion» sur le lapin ou avec la sensibilité de la truie Gunda, ces œuvres nous marquent comme des méchants. C’est exact. Notre humanité semble être morte entre des tests cosmétiques qui asservissent également les souris, une pêche industrielle excessive et contraire à l’éthique (illustrée par «  Seaspiracy  »), ainsi que quelque chose d’aussi simple que d’avoir ignoré que toute la faune ressent et souffre comme nous. D’où l’art, court ou documentaire, persiste dans la conscience que les amis de Ralph souffrent, tout comme leurs habitats. Solution? Ne le cachez pas et repensez notre consommation.

Avant de ‘Sauver Ralph‘(‘ Save Ralph ‘), la militante animale Jaqueline Trade a subi les mêmes expériences pendant 10 heures qui maltraitent des lapins, des souris et même des chiens pour tester nos crèmes ou déodorants. Des cosmétiques de certaines marques – dont Neutrogena, Pantene et Yves Rocher, selon PETA ou Cruelty Free Guide – qui portent cette cruauté, ainsi que de nombreuses entreprises alimentaires et des études sur les allergies et les stimuli.

Seulement que la performance 2015 de Trade, comme toute plainte, a de nouveau exigé qu’en 2021 la même ONG Humane Society International humanise un lapin pour signaler ces pratiques. Ce n’est plus une personne qui nous dit «je rentrerai chez moi, la plupart des animaux ne reviendront jamais», mais un interviewé, le «salarié» Ralph, racontant ses activités à la maison et ses effets sur le travail, où il subira le même sort de tous votre généalogie.

L’ironie de sa tranquillité – en minimisant sa mort future – les voix des réalisateurs et acteurs Taika Waititi, Ricky Gervais et Zac Efron, ainsi que le travail d’artistes du niveau du film ‘Isle of Dogs’, ont fait un viral message plus commun qu’on ne le pense, dont le but est de nous faire prendre conscience qu’il y a plus de Ralph là-bas et sa journée internationale des animaux de laboratoire (chaque 24 avril) ne s’éteindra pas tant que la consommation de ceux qui refusent d’essayer ses produits cessera sans animaux .

Dans cette chronique, ces autres Ralph sont également dans les océans, avec toute une série de dommages environnementaux, sociaux et des droits de l’homme, comme enregistré ‘Seaspiracy‘(Netflix) qui, en plus de partager le genre documentaire avec’Gunda‘(dans les cinémas), aborde également les émotions des animaux. Pourtant, c’est la ligne centrale de la poésie du cinéaste russe Victor Kossakovsky, qui suit la truie Gunda et ses porcelets pour, en partie, nous lancer à quel point « étrange (c’est) que nous tuions 1 milliard de porcs par an ».

Un bilan de la crise culturelle dérivée de Covid-19, qui a conduit à la fermeture du mythique joyau du cinéma et de l’architecture américain Cinerama; plus un voyage à travers le divas arabes de la musique et du cinéma, des années 20 et 30, dépeints par l’Institut du monde arabe à Paris, complètent cette chronique.