Culture

Décès de Pierre Cardin, le créateur de mode qui a révolutionné la France

Comme ce fut le cas avec le «Kaiser» Lagerfeld, ce 29 décembre, la mode mondiale est orpheline avec la perte du plus grand visionnaire de la haute couture française. Parce que Cardin n’était pas seulement celui qui a imprégné la conception des spirales «  prêt-à-porter  » ou futuristes, mais il était aussi un exemple d’un empire commercial et d’une entreprise qui a été reconnu par l’Académie française des Beaux-Arts. Sa famille a renvoyé cet «homme libre».

La couturière française Pierre Cardin, créateur visionnaire, pionnier du «  prêt-à-porter  », ainsi qu’empereur du futurisme, est décédée ce matin du 29 décembre à l’âge de 98 ans, alors qu’il était à l’hôpital de Neuilly, dans l’ouest. de la capitale parisienne, où il s’est établi un homme d’affaires de renom.

Cela a été rapporté à l’AFP par sa famille, ajoutant que cette journée est une « grande tristesse » pour eux car « Cardin est parti. Le grand couturier qu’il était, a traversé le siècle, laissant la France et le monde entier d’un patrimoine artistique unique dans la mode, mais pas seulement en son sein « .

«Nous sommes tous fiers de son ambition tenace et de son audace, dont il a fait preuve tout au long de sa vie. Homme moderne aux multiples talents et à une énergie infatigable, il a rejoint très tôt le flux de la mondialisation des biens et des mutations. »dit le texte rédigé par ses proches.

La «  mode Cardin  », révolutionnaire et futuriste

Fils d’immigrés italiens, Pierre Cardin est né en 1922 à Sant’Andrea di Barbarana. D’une famille d’agriculteurs, il a émigré avec eux vers la France voisine fuyant le fascisme dans son pays. Dans cette histoire, Cardin commence à devenir le protagoniste à seulement 23 ans, sur la scène d’un Paris libéré après la Seconde Guerre mondiale.

Au début, son rêve était de devenir acteur ou danseur, mais bientôt les aiguilles et les machines à coudre de Jeanne Paquin et Elsa Schiaparelli l’ont fait opter pour cet autre rêve fait pour lui. A tel point que ses coupes et créations se démarquent rapidement, lui permettant d’entrer dans l’atelier Christian Dior, lorsque cette maison fait alors de la capitale française « la capitale de la mode » à travers le New Look, en 1947.

Le créateur de mode Pierre Cardin le 9 novembre 2006 à St-Ouen, France.
Le créateur de mode Pierre Cardin le 9 novembre 2006 à St-Ouen, France. © AFP / Archives

C’est dans les années 50 qu’il fait irruption dans la haute couture de telle sorte qu’elle lui appartient. Même faisant partie des jeunes couturières du moment, la firme Balenciaga l’a rejetée. Une décision qui l’a conduit à créer sa propre entreprise de haute couture. «J’ai eu la chance de faire ce que je voulais sans avoir besoin de banquiers ni d’autorité. Je suis un homme libre depuis mes 20 ans», disait-il à son sujet en envisageant sa carrière dans le luxe.

Se sachant «homme libre», il a obtenu le label de promoteur du «prêt-à-porter» dans un environnement qui l’a banni pour faire de la mode non pas des créations personnalisées, mais quelque chose de commun, industrialisant les tailles standards et allant au-delà haute couture classique.

«Mon grand trait de génie – se souvient le célèbre créateur – était le« prêt-à-porter »quand il n’y avait que de la haute couture, ce qui fait toujours perdre de l’argent. Ils m’ont dit que cela ne durerait pas deux ans, mais j’ai cru en mon idée. ils m’ont critiqué et limité. « 

Ils l’ont critiqué, mais l’ont ensuite embrassé dans le cercle du design pour des collections comme «  Cosmos  » de 1965, dans lequel il s’est distingué avec des modèles «  unisexes  » et s’est inspiré de la course à l’espace aux jeux de couleurs de Mondrian et aux dessins de Mao.

Un « amour inconditionnel » pour la France

Émancipé, avec un passé de maîtres parisiens et de génie naturel, Cardin, qui a également rendu célèbre ses créations futuristes en spirale, avec des silhouettes et des structures particulières, est devenu en seulement 30 ans l’un des «Français» les plus influents de la planète.

Une formule réussie qui a été donnée, non seulement à cause de sa vision futuriste ou parce qu’il a été le premier à défiler des hommes dans un grand magasin, mais parce qu’il était aussi un maître des affaires. Après avoir converti son nom en marque, il a multiplié les contrats de franchise et a adopté à grande échelle un système de licence qui garantissait à son groupe d’entreprises une diffusion mondiale, avec des bénéfices millionnaires et des entreprises dans les liens, les parfums, les eaux minérales et même les cigarettes. .

En fait, un autre de ses bons coups fut de chercher – pas seulement pour sa mode – en Asie: en 1957, il visita le Japon, puis en pleine reconstruction, tandis qu’en 1979 il s’installa en Chine pour organiser des podiums, ce qui créa un pont réussi entre Paris. et le continent. Malgré tout, il a toujours été «italien de naissance, qui n’a jamais oublié ses origines et a eu un amour inconditionnel pour la France», a souligné sa famille.

Précisément en France, en 1991, Cardin a réussi à intégrer la haute couture à l’Académie des Beaux-Arts, lors d’une cérémonie où seul le couturier Paco Rabanne l’a soutenu. C’est ainsi que ses proches se souviennent de ce moment: «Consécration suprême, il fut le premier créateur à entrer à l’Académie, faisant reconnaître la mode comme un art à part. Aujourd’hui, son épée académique, qu’il a lui-même créée et sur laquelle elles sont gravées les symboles de son succès, en atteste. « 

Pierre Cardin, 90 ans encore, était en pleine forme, heureux d’avoir fait de lui cet «homme libre». Et à 92 ans, la couturière chevronnée éprouve une grande joie en déplaçant son musée privé de la mode de la périphérie parisienne au quartier du Marais, dans un espace de mille mètres carrés.

Avec l’AFP, l’EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com