Ecologie

Des millions de poissons morts dans la Mar Menor espagnole, l’un des plus grands lagons salés d’Europe

Ce qui a été pendant des décennies un lieu d’eaux cristallines, de zones humides et d’une grande biodiversité, tant pour les oiseaux que pour les espèces aquatiques, est depuis plusieurs années une « soupe verte » dans laquelle, de temps en temps, des millions de poissons, de crustacés et de plantes meurent marins. La Mar Menor, une lagune salée du sud-est de l’Espagne, étouffe. Le manque d’oxygène entraîné par de plus en plus d’engrais agricoles et d’autres nutriments dans l’eau détruit cet écosystème prétendument protégé.

Au sud-est de l’Espagne, dans la région de Murcie, se trouve la Mar Menor, l’une des plus grandes lagunes salées du continent européen. D’une superficie de 170 km2, elle est séparée de la Méditerranée par La Manga, une bande de terre longue de 22 km.

Ce qui pendant des décennies était un lieu d’eaux cristallines, de zones humides et d’une grande biodiversité d’oiseaux et d’espèces aquatiques est devenu une « soupe verte » dans laquelle se produisent des épisodes de mort de poissons, de crustacés et de plantes marines. D’abord en 2016, puis en 2019 et enfin un dernier épisode à la mi-août 2021. Plus de dix tonnes de poissons morts ou mourants ont été récoltés sur le rivage et le fond de la Mar Menor en quelques jours.

La Mar Menor est l'une des plus grandes lagunes salées d'Europe
La Mar Menor est l’une des plus grandes lagunes salées d’Europe ©France24

Dans une interview à France 24, Pedro Luengo, coordinateur de l’organisation Ecologistas en Acción dans la région de Murcie, a expliqué que la lagune est en train de subir un processus d’eutrophisation. Ceci est dû à une arrivée excessive de nutriments dans l’écosystème et provoque une croissance d’algues qui empêchent la lumière d’atteindre les fonds marins. Cela provoque à son tour la mort des plantes qui, lorsqu’elles se décomposent, sont consommées par des micro-organismes qui détruisent l’oxygène nécessaire aux poissons et aux autres êtres vivants qui y vivent.

Des milliers de poissons morts ont été ramassés sur les rives de la Mar Menor à Murcie, en Espagne, le 21 août.
Des milliers de poissons morts ont été ramassés sur les rives de la Mar Menor à Murcie, en Espagne, le 21 août. © Reuters / Eva Manez

Ces nutriments, selon Luengo, sont pour la plupart des restes d’engrais provenant de cultures agricoles dans la région, connue sous le nom de jardin de l’Europe. Murcie exporte 24% de légumes et 16% de fruits frais de toute l’Espagne, la grande majorité vers l’Europe.

Une grande partie de cette culture se produit dans ce qu’on appelle le Campo de Cartagena : une superficie d’environ 60 000 hectares qui, il y a quelques décennies, était pluviale, c’est-à-dire un type d’agriculture qui n’utilise l’eau de pluie que pour l’irrigation. Cependant, depuis les années 70, c’est devenu une culture irriguée, qui dans cette région nécessite des engrais pour la terre et l’eau apportée d’ailleurs. Une eau qui, une fois sortie de ces cultures, transporte des restes chimiques et des sédiments qui finissent par se déverser dans le lagon.


Interdire un seul type d’engrais n’est pas une solution adéquate

À la suite de cet événement et après avoir subi des pressions des écologistes et de l’exécutif espagnol, le gouvernement régional de Murcie a interdit l’utilisation d’engrais azotés inorganiques dans une zone qui comprend les 1 500 premiers mètres du rivage de la Mar Menor. Une mesure que, d’Ecologists in Action, ils reçoivent avec prudence, car ils insistent sur le fait que la solution est de réduire le nombre de cultures irriguées illégales et de mettre en œuvre d’autres solutions naturelles telles que des barrières végétales à différents niveaux – des cultures aux parties les plus proches. de la Mar Menor- qu’ils filtrent les nutriments avant qu’ils ne se jettent dans la mer.

Certaines associations d’agriculteurs essaient d’échapper à leur responsabilité. D’autres, comme l’UPA, l’organisation des petits et moyens agriculteurs et éleveurs de Murcie, s’inquiètent et demandent que le secteur ne soit pas utilisé comme bouc émissaire. Et ils exigent que les autorités locales, régionales et nationales annulent des décennies d’inaction concernant la santé de la Mar Menor.


Une mer qui dispose également de plusieurs protections nationales et internationales mais qui ne sont pas respectées : elle est inscrite sur la liste des zones humides inscrites à la Convention de Ramsar, en plus d’avoir été désignée par les Nations Unies comme Aire Spécialement Protégée de Importance pour la Méditerranée.

Pour Écologistes en action, la clé est de s’assurer que les activités économiques avec lesquelles la population subsiste « se font de manière vraiment durable ». De cette façon, les impacts seraient réduits et des dommages irréparables à l’environnement ne seraient pas générés. Des dommages qui mettraient en danger l’écosystème et la vie de tous les êtres vivants de la zone, y compris les humains. Selon Luengo, « si la Mar Menor finit par être un marécage et une mer morte, les activités économiques et sociales autour de la lagune seront perdues ».


Le phénomène, qui n’est pas exclusif à la Mar Menor, se produit notamment sur la côte caraïbe du Mexique avec l’arrivée des sargasses. Une algue qui se développe et se reproduit également grâce à la présence de nutriments dans les eaux provenant de la contamination par les activités humaines.