Ecologie

Déforestation : l’incendie aux USA, le jaguar au Panama et le poêle à bois au Venezuela

La perte de masse végétale affecte la planète entière, mais cette semaine nous nous concentrons sur le continent américain : les plus de 600 000 hectares brûlés en Californie sont l’effet de facteurs humains et climatiques ; la population de jaguars au Panama diminue en raison de la perte de leur habitat naturel due à l’activité humaine ; et au Venezuela, les écologistes voient avec inquiétude comment la crise énergétique du pays, dérivée des politiques, contribue à une crise de la biodiversité.

Qu’ont en commun les incendies aux États-Unis, la disparition du jaguar au Panama et les poêles à bois au Venezuela ? Fondamentalement, ils sont le résultat ou les causes d’un même problème qui peut être abordé sous plusieurs angles : la perte de couvert forestier ou végétal. Le problème est un et il est mondial, mais les raisons sont diverses.

Aux États-Unis, on voit l’ouest du pays en feu depuis des semaines. Rien qu’en Californie, jusqu’à présent cette année, l’incendie a dévasté au moins 607 000 hectares de terres, y compris des maisons et d’autres structures. Cela équivaut à la superficie d’environ 850 000 terrains de football.

Il y a encore plusieurs incendies actifs dans l’État et la saison sèche est loin d’être terminée. En septembre et octobre, les conditions météorologiques idéales ont tendance à arriver pour que les incendies deviennent plus destructeurs : les vents dits de Santa Ana, dans le sud de l’état, et les vents de Diablo, dans le nord de la Californie, commencent à souffler d’est en ouest Au cours de ces deux mois et, d’une part, ils attisent les flammes existantes et, d’autre part, venant de l’intérieur du pays et non de l’océan Pacifique, ils assèchent encore plus l’air et la végétation.


Les causes de ces incendies sont diverses : certains ont été déclenchés par la foudre, d’autres par des étincelles provenant de la ligne électrique, mais la plupart ont été causés par l’homme. Cependant, ils ont tous en commun la sécheresse persistante dont souffre l’ouest des États-Unis. Un manque d’eau qui, à son tour, est une conséquence de la crise climatique dans laquelle nous sommes immergés et dont les êtres humains sont en grande partie responsables.

Ce serait un premier angle : la déforestation due à des causes humaines indirectes, comme le réchauffement climatique que nous accélérons avec nos émissions de gaz à effet de serre.

La perte d’habitat dans le corridor biologique mésoaméricain met le jaguar en danger

Un peu plus au sud, en Amérique centrale, le jaguar voit sa population décliner de plus en plus vite. En fait, il est classé comme «quasi menacé» sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Cet animal est endémique des Amériques, c’est-à-dire qu’il n’existe que sur ce continent. Cependant, il a perdu plus de 70 % de son aire de répartition d’origine en Amérique centrale et au Mexique depuis le début du 20e siècle.

Le jaguar a perdu plus de 70% de sa distribution d'origine depuis le début du s.  XX
Le jaguar a perdu plus de 70% de sa distribution d’origine depuis le début du s. XX ©France24

La destruction de son habitat naturel pour faire place à des cultures, des populations ou des activités d’élevage menace l’animal et de nombreuses autres espèces qui vivent dans le corridor biologique mésoaméricain, un programme de conservation créé en 1997 avec des aires protégées allant du sud du Mexique au Panama et qui relient zones de migration animale.

Au Panama, en plus de la perte d’habitat, les jaguars sont chassés par des agriculteurs qui les tuent pour que les chats ne chassent pas leur bétail.

Dans un entretien avec Óscar Sulbarán, correspondant de France 24 au Panama, Euclides Díaz, éleveur de bétail de la région de San Martín, dans la province de Panama, assure que les jaguars n’attaquent que lorsque « les paysans partent à la chasse pour chercher des protéines animales et coïncident avec que le jaguar s’en prend à un troupeau de cochons sauvages (…) et qu’ils interrompent l’action du jaguar « qui » est désorienté et sort à la recherche de veaux.

Ce serait un exemple de la façon dont les actions humaines directes sur le couvert forestier ont des effets sur les animaux de la région.

Les écologistes au Venezuela dénoncent un « écocide » causé par les pénuries d’électricité

De nombreuses familles au Venezuela, en raison de la pénurie d’essence et des coupures d’électricité persistantes que le pays a subies ces dernières années, ont dû passer à l’utilisation du bois de chauffage pour cuisiner. Un bois qui vient des collines avoisinantes mais qui est aussi tiré des parcs nationaux. Les écologistes craignent que la crise socio-économique que traverse le Venezuela ne se transforme en crise environnementale.

Nicole Kolster, notre correspondante à Caracas, s’est entretenue avec Enrique García, environnementaliste et directeur de l’ONG Sembramos Todos, qui dénonce que la situation se traduit par des délits environnementaux.

« C’est un écocide de grande ampleur car bien que cela se fasse petit à petit dans divers quartiers de la ville, cela se fait systématiquement », dit-il.

García raconte, affligé, comment les arbres sont abattus : le plus courant est le brûlage « criminel » de la base pour tuer l’arbre et en faire du bois de chauffage. Selon l’écologiste, il y a ceux qui grimpent au sommet de l’arbre et, avec des machettes, ils coupent jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Ainsi, dans le but de réduire les dommages environnementaux, l’organisation a élaboré des plans de plantation d’arbres.