Ecologie

L’OMS abaisse ses niveaux de référence de la qualité de l’air et met en garde contre les risques de pollution

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé mercredi les dirigeants mondiaux à prendre des mesures urgentes pour faire face à l’une des plus grandes menaces environnementales pour la santé humaine : la pollution. L’appel de l’organisation intervient à quelques semaines de la COP26, prochain grand événement mondial sur la crise climatique.

« L’air pur est essentiel pour la santé », a rappelé l’OMS ce mercredi avant d’annoncer qu’elle renforçait ses recommandations en matière de qualité de l’air.

« L’OMS a abaissé presque tous les niveaux de référence pour la qualité de l’air et prévient que le dépassement de ces nouveaux niveaux sera associé à des risques importants pour la santé », a déclaré l’organisation, ajoutant que le respect de ces nouveaux niveaux pourrait sauver des millions de vies.

L’organisation a dénoncé que la mauvaise qualité de l’air respiré dans le monde provoque des millions de morts chaque année.

« On estime que chaque année, l’exposition à la pollution de l’air provoque sept millions de décès prématurés », a déclaré l’organisme.

Dans le rapport qu’elle a publié sur son site Internet, l’agence internationale a également demandé des mesures pour réduire l’exposition à la pollution de l’air et a indiqué qu’elle classait le danger pour la santé causé par la pollution au même niveau que d’autres facteurs nocifs importants, tels que les aliments malsains ou le tabagisme.

Les nouvelles recommandations de l’OMS pour la qualité de l’air

Pour que les gens ne soient pas affectés par l’air qu’ils respirent, l’OMS a estimé que les limites en vigueur dans de nombreux pays doivent être encore abaissées.

Les nouvelles échelles publiées par l’organisation sont basées sur les avancées des investigations concernant la pollution de l’air. Après avoir examiné plus de 500 articles scientifiques, les chercheurs de l’agence ont conclu que des limites plus strictes sur la pollution atmosphérique sont nécessaires pour protéger la santé humaine.

Les recommandations sur la qualité de l’air visent à protéger les personnes des effets néfastes de la pollution et sont utilisées par les gouvernements comme référence pour des normes juridiquement contraignantes.

La dernière fois que l’OMS a publié ses références, c’était en 2005, ce qui a eu un impact significatif sur les politiques de réduction de la pollution atmosphérique dans le monde.

Cependant, l’agence des Nations Unies a déclaré qu’après 16 ans, « il existe désormais un ensemble de preuves beaucoup plus solide montrant comment la pollution de l’air affecte différents aspects de la santé, à des concentrations encore plus faibles qu’on ne le pensait auparavant ».

L’organisation a précisé que « les preuves accumulées sont suffisantes pour justifier l’adoption de mesures visant à réduire l’exposition de la population aux principaux polluants atmosphériques, non seulement dans certains pays ou régions, mais dans le monde entier ».


Les nouvelles recommandations se concentrent sur plusieurs polluants, notamment l’ozone, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre, le monoxyde de carbone et les PM10 et PM2,5. Ces dernières sont des particules en suspension d’un diamètre inférieur à 2,5 microns et sont considérées comme le polluant le plus dangereux pour l’homme.

Ils proviennent généralement de la combustion de combustibles fossiles et peuvent pénétrer profondément dans les poumons. Les scientifiques disent que les PM2,5 – dont le niveau de base a été réduit de moitié – peuvent même pénétrer dans la circulation sanguine, provoquant des problèmes cardiovasculaires et respiratoires.

Pollution de l’air et changement climatique : les principales menaces environnementales pour la santé humaine

Ces nouvelles recommandations interviennent quelques semaines à peine avant le sommet mondial sur le climat, la COP 26, qui se tiendra en Écosse du 31 octobre au 12 novembre.

L’OMS déclare qu’avec le changement climatique, la pollution de l’air est l’une des principales menaces environnementales pour la santé humaine. L’organisation a également ajouté que l’amélioration de la qualité de l’air favorise les efforts d’atténuation du changement climatique.

Un homme qui gagne sa vie à la recherche de matières recyclables se repose pour fumer une cigarette sur une montagne de garages au milieu de la fumée de la combustion des ordures à Dandora, la plus grande décharge de la capitale Nairobi, Kenya, le mardi 7 septembre 2021. .
Un homme qui gagne sa vie à la recherche de matières recyclables se repose pour fumer une cigarette sur une montagne de garages au milieu de la fumée de la combustion des ordures à Dandora, la plus grande décharge de la capitale Nairobi, Kenya, le mardi 7 septembre 2021. . AP – Brian Inganga

L’agence des Nations Unies pour la santé a noté que si la qualité de l’air s’est nettement améliorée depuis les années 1990 dans les pays à revenu élevé, le nombre de décès dans le monde a à peine diminué à mesure que la qualité de l’air a baissé. Elle s’est généralement détériorée dans la plupart des autres pays, parallèlement à leur développement économique. .

« La pollution est une menace pour la santé dans tous les pays, mais elle frappe plus durement les habitants des pays à revenu faible et intermédiaire », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Tedros a exprimé l’espoir que les recommandations, bien que non requises par la loi, « aient de grandes implications pour la santé publique et soient un outil pratique pour améliorer la qualité de l’air dans le monde ».

Reuters, Efe, OMS