La France

Le Parlement européen récupère les sessions à distance avant le rebond des infections par COVID-19 dans les pays de l’UE

Le Parlement européen s’apprête à récupérer le format télématique pour ses séances de vote et de débat à titre préventif contre le rebond des infections à coronavirus dans des pays comme la France et la Belgique, où l’institution a son siège.

Cela a été transféré par le président du Parlement européen, David Sassoli, dans une communication interne aux députés européens et au personnel de l’institution face à la session plénière qui devait se tenir normalement la semaine prochaine à Strasbourg (France).

Les députés européens qui ont la parole à tour de rôle lors de la session plénière peuvent s’exprimer depuis l’hémicycle elle-même ou depuis l’un des sièges du Parlement européen dans les États membres.

Le reste des membres pourra suivre à distance la séance plénière et tous les votes seront également effectués par des moyens télématiques, ce qui obligera à modifier à nouveau les horaires de vote et de communication des résultats.

Ainsi, le format hybride avec lequel le Parlement européen a réussi à poursuivre ses travaux pendant la quasi-totalité de la pandémie sera réintroduit malgré les mesures de restriction et les limitations de déplacements et qu’il a modifié en octobre dernier dans le but de retrouver progressivement une normalité dans les sessions.

La décision a été adoptée par procédure écrite par la Conférence des présidents, qui réunit les chefs de groupe avec une présence au Parlement européen, après que Sassoli ait adressé la « préoccupation » exprimée par de nombreux députés et leur ait évoqué le changement.

Le président a expliqué dans sa communication avec le personnel de l’institution que la situation épidémiologique au cours des deux dernières semaines « s’est généralement détériorée » dans toute l’Union européenne, non seulement en raison de l’augmentation des infections mais aussi en raison de la hausse d’autres indicateurs tels que Admission à l’hôpital.

Plusieurs États membres durcissent une nouvelle fois les normes pour contrôler la pandémie en raison de la multiplication des cas, de l’obligation de télétravail, comme en Belgique, au confinement, comme en Autriche.