Première modification:

Au lendemain de l'annonce de la formation du gouvernement français, renouvelée d'un tiers par rapport au précédent, le président Emmanuel Macron a rencontré mardi le Conseil des ministres. Les défis auxquels le cabinet est confronté sont nombreux: crise économique, chômage, situation des jeunes, santé, voire réforme des retraites.

Le président français Emmanuel Macron a réuni mardi 7 juillet le gouvernement de Jean Castex pour son premier Conseil des ministres, avec de lourds poids de droite et de gauche. La réunion, établie à 15 heures, a duré environ une heure et demie, avec une nouvelle équipe composée de 16 ministres, 14 vice-ministres et un secrétaire d'État.

Dans un premier temps, les ministres Bruno Le Maire, Agnès Pannier-Runacher, Jean-Yves Le Drian, Brigitte Bourguignon, Alain Griset, Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu ont quitté l'Elysée. Ils ont été suivis par Brigitte Klinkert, Olivier Véran et Barbara Pompili. Aucun d'eux n'a répondu aux questions des journalistes dans la cour du palais. Ils n'ont pas non plus pris la «photo de famille» habituelle car les secrétaires d'État n'ont pas encore été nommés. Cela devrait être fait dans les prochains jours.

L'urgence d'agir

D'ici là, le nouveau couple de dirigeants veut déjà donner l'image d'un gouvernement qui se met au travail sans tarder. "L'ampleur de la tâche est très importante. Tous les ministres ont procédé aux transferts de pouvoirs ce matin et tout le monde a rappelé l'urgence d'agir car la France est en train de sombrer sérieusement dans une crise économique sans précédent", a déclaré Julie Dungelhoeff, l'envoyé spécial à l'Elysée de France 24.

Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre français Jean Castex et les membres du nouveau gouvernement assistent à leur premier Conseil des ministres à l'Elysée à Paris, France, le 7 juillet 2020.
Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre français Jean Castex et les membres du nouveau gouvernement assistent à leur premier Conseil des ministres à l'Elysée à Paris, France, le 7 juillet 2020. © REUTERS / Ian Langsdon

Depuis la démission d'Édouard Philippe le 3 juillet, il a fallu, en quelques jours, former le nouveau gouvernement, vérifier les avoirs de chacun auprès de l'autorité compétente pour corroborer la soi-disant Transparence de la vie publique (HATVP, pour son sigle). en français) et approuver les pouvoirs à pleine vitesse entre le lundi après-midi et le mardi matin. "" Il est maintenant temps de se mettre au travail ", tel est le message que Jean Castex veut transmettre", a ajouté le journaliste.

Castex a également prévu de commencer à recevoir les partenaires sociaux mercredi soir, jeudi et vendredi matin, en particulier sur la question controversée des retraites. Emmanuel Macron, quant à lui, a fixé son cap pour les 600 prochains jours, définissant quatre principaux domaines de travail.

Les "quatre grands axes" de travail de Macron

"Nous serons pleinement à la hauteur de notre tâche et travaillerons dur avec détermination", a déclaré Gabriel Attal, qui a succédé au poste de porte-parole du gouvernement. Appelant à "un profond changement de méthode", le chef de l'Etat a établi "quatre axes principaux" pour ce "gouvernement en difficulté". Premièrement, "la reconstruction de notre pays", aux niveaux "économique", "social", "environnemental", "culturel" et "territorial".

Le deuxième axe est le "patriotisme républicain". "Nous avancerons avec des objectifs clairs, nous atteindrons la fin de notre ambition", a expliqué le porte-parole du gouvernement, évoquant également "Justice et Police" et "l'égalité des chances". Le président s'est également fixé pour objectif "d'accorder plus de libertés et de soutenir des associations plus larges qu'il n'y en a jamais eu dans notre pays" en s'appuyant sur "les forces vives de la nation, les forces économiques et sociales, les syndicats".

Enfin, "le quatrième axe est l'Europe", a-t-il ajouté, "car nous ne bâtirons pas notre indépendance sans la politique européenne la plus forte qui ait jamais existé". Ces lignes directrices devraient être énoncées par Jean Castex dans sa déclaration de politique générale attendue la semaine prochaine. Entre-temps, le gouvernement se réunira samedi matin dans le cadre d'un séminaire.

Cet article a été adapté de son original en français.