Première modification: Dernière modification:

La campagne intitulée "Stop à la haine pour le profit", qui est née juste après la mort de l'afro-américain George Floyd, a été rejointe par plus de 160 entreprises cherchant à attirer l'attention du géant américain sur l'insuffisance de ses politiques pour arrêter le discours de haine. .

Considérant qu'ils ne font pas assez pour arrêter les discours de haine, Facebook et les autres réseaux sociaux sont punis de ce qui les frappe le plus: leurs revenus publicitaires.

L'indignation aux États-Unis à propos de la mort de l'afro-américain George Floyd a déclenché une réaction sans précédent de la part des entreprises du monde entier.

Son impact s'est fait sentir au-delà des frontières américaines. Unilever, par exemple, a changé le nom d'un produit éclaircissant pour la peau populaire en Inde appelé "Fair and Lovely", supprimant le mot "Fair".

De nombreuses autres entreprises tentent également de s'écarter des pratiques racistes, c'est pourquoi leur stratégie va plus loin et inclut désormais la suppression du modèle publicitaire des réseaux sociaux.

Tous contre Facebook: plus de 160 entreprises ont rejoint la campagne

De grandes multinationales telles qu'Unilever, Starbucks, Diageo, Coca-Cola et PepsiCo, entre autres, ont rejoint la campagne "Stop hate for profit", qui a pris naissance après la mort de l'afro-américain George Floyd et qui en moins de deux semaines a capturé au moins 160 entreprises.

Il s'agit d'une sanction de grande ampleur: sur les 70,697 millions de dollars de revenus perçus par la plus grande société de médias sociaux au monde en 2019, 98% ou 69,655 millions de dollars, correspondaient à de la publicité, selon les rapports financiers présentés à leurs investisseurs.

La sanction, non seulement économique, mais aussi de réputation, a fait perdre à la multinationale fondée par Mark Zuckerberg au moins 45 milliards de dollars de sa valeur à la Bourse de New York en seulement deux jours de bourse.

Alors qu'il a clôturé vendredi avec une baisse de 8,3%, lundi il a récupéré 2,11% à Wall Street, après avoir reconnu qu'il lui restait encore un long chemin à parcourir pour lutter contre ce fléau.

France 24 avec Reuters