Culture

Attentats du 11 septembre : un avant et un après pour le cinéma et la culture des États-Unis

Au début, l’irréalité des attentats terroristes a provoqué l’autocensure dans les arts. Que ce soit par douleur ou par respect, des films comme « Spider-Man » ou « Men in Black II » ont effacé les Twin Towers de leur enregistrement, tandis que la terreur s’emparait de la liberté des œuvres et des chansons. Dès 2006, le « World Trade Center » d’Oliver Stone a cédé la place à une grande révision de la tragédie, avec des récits sombres, patriotiques et suspects de la guerre. Après 20 ans, l’histoire se raconte toujours.

La filmographie du 11 septembre est connue. Ses titres, infinis : ‘Unis 93‘(ou’Vol 93‘de Peter Markle) –tous deux de 2006– sur l’émeute de passagers qui ont empêché un quatrième vol d’atteindre la Maison Blanche ou le Capitole ; le mal ‘Régner sur moi‘à partir de 2007, à propos de la perte d’amis / de la famille ce jour fatidique; ‘Zéro sombre trente‘de 2012, en mettant l’accent sur le travail d’un agent de la CIA dont la mission est de retrouver le sort de l’ancien chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden…

Et nous pourrions continuer avec d’autres productions et documentaires recréés tels que ‘DC 9/11 – Temps de crise‘, un pionnier de 2003, avec seulement le regard du président de l’époque, George W. Bush, qui a vécu son propre Pearl Harbor ; ou le mythique ‘Fahrenheit 9/11‘de 2004, dans laquelle, comme personne d’autre, Michael Moore a osé s’interroger sur les causes et les conséquences de ce qui est désormais la plus longue guerre des États-Unis.

Parce que ce 11 septembre, de la fumée, des plus de 3 000 victimes et des décombres, l’art a également émergé. Au départ, la pudeur, la sobriété et le deuil ont laissé un silence culturel et de censure auquel des cinéastes comme Cameron Crowe de ‘Ciel Vanille‘Ils n’ont pas voulu se soumettre, contrairement à Sam Raimi qui dans le premier film de la trilogie ‘Spider-Man’ a supprimé une séquence entière.

Suppression du cadre de 2002, dans lequel Spider-Man regarde de face le World Trade Center, détruit par deux attaques.
Suppression du cadre de 2002, dans lequel Spider-Man regarde de face le World Trade Center, détruit par deux attaques. © Sony Pictures Divertissement à domicile

Mais plus tard, il a permis aux blessures de guérir, voir les éditions hommage de Bandes dessinées Marvel, faire connaître ses expériences personnelles et même comprendre l’impact mondial et moyen-oriental de la lutte contre le terrorisme.

Pour toutes ces raisons, nous affirmons qu’en effet, le 11 septembre a changé la culture américaine et, avec une plus grande incidence, le cinéma, la plus grande industrie et avec plus de jeu audiovisuel. horizon de New York. Un récit qui 20 ans plus tard, à l’occasion de son anniversaire, continue de se développer à partir de plateformes telles que HBO et Netflix.

Avec toutes les louanges à Spike Lee et son’Les épicentres de New York le 11 septembre‘, la docuserie’Tournant : le 11 septembre et la guerre contre le terrorisme‘et le cinéma’Valeur‘de ce dernier service de streaming, marquez ce programme spécial dont le but est celui de’La promenade‘ : plus que de se cacher, d’effacer le Ground Zero actuel ou d’oublier, mieux vaut afficher numériquement ce qu’étaient les Tours et le Pentagone, et ce qu’ils sont aujourd’hui, après l’arrêt du monde.

Film de Robert Zemeckis dans lequel l'acteur Joseph Gordon-Levitt incarne le funambule français Philippe Petit, qui a trouvé son grand défi dans les Twin Towers de New York.
Film de Robert Zemeckis dans lequel l’acteur Joseph Gordon-Levitt incarne le funambule français Philippe Petit, qui a trouvé son grand défi dans les Twin Towers de New York. © TriStar Productions / ImageMovers