Première modification: Dernière modification:

L'entreprise américaine licencierait 1 900 employés en raison de la paralysie subie par le secteur du tourisme au milieu des restrictions dues à la pandémie.

25% de la main-d'œuvre serait licenciée de la startup touristique de San Francisco, Airbnb. La paralysie des voyages due à la pandémie de Covid-19 en est la principale cause.

"Les affaires d'Airbnb ont été durement touchées, les revenus attendus sont inférieurs à la moitié de ceux atteints en 2019", a déclaré le fondateur Brian Chesky dans un communiqué à ses employés.

Les chômeurs auraient 14 semaines de salaire, plus une semaine pour chaque année au sein de l'entreprise. Mais en plus du licenciement massif, l'entreprise suspendra les projets qu'elle menait dans les divisions de l'hôtellerie de luxe, des expériences de transport et des productions audiovisuelles.

Coupes, mais pas dans les principaux secteurs de l'entreprise

"Comme nous ne pouvons pas nous permettre de faire tout ce que nous faisions auparavant, ces coupes ont pour but de faire de nous une entreprise plus concentrée sur notre activité principale", a ajouté le fondateur du géant de l'hébergement touristique.

Des millions de touristes ont annulé leurs projets de vacances, voyages d'affaires et visites familiales. Au milieu de cette crise, Airbnb a déclaré il y a des mois qu'elle allait aider le réseau de base d'hôtes à travers le monde avec 250 millions de dollars pour amortir les pertes.

Le PDG de la société a également annoncé il y a quelques semaines qu'elle avait commencé à proposer des expériences en ligne afin que les hôtes puissent continuer à percevoir des revenus.

Il a ajouté que les cadres supérieurs avaient réduit leurs salaires de 50% et qu'Airbnb avait suspendu ses activités de marketing pour 800 millions de dollars en 2020.

L'entreprise connaît le pire moment depuis sa fondation en 2008, une crise imprévue après que les investisseurs fin 2019 aient assuré que 2020 allait être sa meilleure année car elle progressait à un rythme élevé et sa sortie en bourse était attendue.

Avec EFE et Reuters