La France

Voici ce que vous devez savoir sur les attentats terroristes de 2015 à Paris

Sept ans plus tard et après 10 mois de procès, ce 29 juin les juges rendront leur verdict sur les pires attentats terroristes depuis des décennies qui ont choqué la France. Le 13 novembre 2015, Paris a été le théâtre d’une série d’attentats coordonnés à l’arme à feu et à la bombe par des extrémistes, faisant 130 morts et plus de 400 blessés. Les survivants et les proches des victimes l’ont décrit comme un procès « atroce », mais crucial dans leur quête de justice et de clôture.

Fin d’un processus judiciaire historique en France. Le procès des attentats de Paris est sans précédent non seulement pour sa durée exceptionnelle de 10 mois, mais aussi pour le temps qu’il a consacré aux survivants et aux familles des victimes témoignant en détail de leur calvaire et de leur lutte pour surmonter les séquelles de ce qui arrivé.

Tout au long du processus, les témoins ont dû revivre l’un des jours les plus tristes de l’histoire récente de la capitale française.

Le 13 novembre 2015, le music-hall du Bataclan, six bars et restaurants et le pourtour du Stade de France ont subi des attentats qui ont duré des heures et laissé de profondes cicatrices dans le psychisme de la ville et du pays.

C’était les premières heures d’un vendredi soir habituel avec des bars et des restaurants parisiens remplis de clients. Dans la salle de concert du Bataclan, le groupe américain Eagles of Death Metal faisait salle comble.


File-Des dizaines de personnes sont évacuées à la suite d'une attaque contre la salle de concert Bataclan à Paris, France, le 13 novembre 2015.
File-Des dizaines de personnes sont évacuées à la suite d’une attaque contre la salle de concert Bataclan à Paris, France, le 13 novembre 2015. ©AFP

Un match de football entre la France et l’Allemagne venait de débuter au Stade national, en présence du président de la nation de l’époque François Hollande et de la chancelière allemande de l’époque, Angela Merkel.

A 21h16, le bruit de la première explosion a à peine réussi à surmonter le bruit de la foule dans le stade. Le deuxième est venu quatre minutes plus tard. Une escouade d’hommes armés a ouvert le feu sur plusieurs bars et restaurants d’un autre quartier de la capitale française. Ce bain de sang à l’extérieur a pris fin à 21h41, ont compilé les autorités.



Cependant, le pire n’était pas passé. A 21h47, trois autres assaillants ont fait irruption dans le Bataclan et ont tiré sans discernement. 90 personnes sont mortes en quelques minutes. Des centaines d’autres ont été retenus en otage pendant des heures, certains grièvement blessés, à l’intérieur de la salle de concert.

Tout cela avant que Hollande, voyant des gens sortir du théâtre couverts de sang, ordonne aux forces de sécurité de prendre d’assaut les lieux.

Le Parquet demande des peines allant de cinq ans de prison à la réclusion à perpétuité

20 hommes sont accusés d’avoir joué un rôle critique dans les massacres. La plupart des suspects sont accusés d’avoir aidé à créer de fausses identités, à ramener les assaillants en Europe depuis la Syrie ou à leur avoir fourni de l’argent, des téléphones, des explosifs ou des armes.

Le parquet a requis des peines allant de cinq ans de prison à la réclusion à perpétuité.

Mais la peine maximale est requise pour un homme : Salah Abdeslam, un Belge de 32 ans d’origine marocaine. Il était le seul à avoir été jugé pour divers chefs d’accusation de meurtre et d’enlèvement en tant que membre d’une organisation terroriste, le soi-disant État islamique.

Le principal suspect encourt une possible peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, une peine prononcée seulement quatre fois en France jusqu’à présent.


Ce croquis d
Ce croquis d’audience réalisé le 14 avril 2022 montre Salah Abdeslam lors du procès pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, qui s’est déroulé dans une salle d’audience provisoire aménagée au « Palais de justice » à Paris. © AFP – Benoît Peyrucq

14 des accusés ont comparu devant le tribunal, dont Abdeslam, le seul survivant de l’équipe d’attaque de 10 membres qui a terrorisé la ville ce vendredi soir. Tous les six hommes portés disparus, sauf un, sont présumés avoir été tués en Syrie ou en Irak. Un autre est en prison en Turquie.

Abdeslam a commencé le procès en affirmant fièrement qu’il était un « soldat » de l’État islamique autoproclamé, qui a revendiqué la responsabilité des attentats. L’individu a par la suite présenté ses excuses aux victimes.

« Quand Salah Abdeslam a décidé de parler pour s’excuser, je ne sais pas si c’était sincère ou non, mais il a tout de même senti qu’il devait faire l’effort, donc ça compte », a déclaré Arthur Denouveaux, un rescapé de l’attentat du Bataclan. et président de Life for Paris., une association de victimes.

Abdeslam a déclaré lors du processus judiciaire qu’il avait volontairement choisi de ne pas faire exploser son gilet explosif et lundi 27 juin dernier, il a exhorté le tribunal à ne pas prononcer de peine sévère.

« J’ai fait des erreurs, c’est vrai, mais je ne suis pas un meurtrier, je ne suis pas un meurtrier », a-t-il déclaré.

Les témoignages des témoins, pièce maîtresse du méga-procès

Pendant des mois, les salles d’audience ont écouté les récits poignants de ceux qui ont survécu à la tragédie, ainsi que le témoignage d’Abdeslam.

Pour les survivants et les proches de ceux qui ont perdu la vie, le procès a été l’occasion de raconter des récits profondément personnels des horreurs infligées cette nuit-là et d’entendre les détails d’innombrables actes de bravoure, d’humanité et de compassion entre des personnes jusque-là étranger.

« Je pense que nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli (…) Le procès a dépassé tout ce que nous aurions voulu, parce que les terroristes ont parlé, les terroristes ont en quelque sorte répondu à nos témoignages, c’était tellement inattendu, cela n’arrive jamais dans les procès pour terrorisme », a souligné Denouveaux.



Certains espèrent que justice soit rendue, mais la plupart voulaient simplement dire aux accusés face à face qu’ils étaient irrémédiablement marqués, mais pas détruits.

« Les meurtriers, ces terroristes, pensaient qu’ils tiraient sur la foule, sur une masse de gens (…) Ce n’était pas une masse, c’était des gens qui avaient une vie, qui s’aimaient, qui avaient des espoirs et des attentes », a-t-il déclaré à le début du procès, en septembre 2021, de Dominique Kielemoes, dont le fils a saigné à mort dans l’un des cafés.

Plus tard, l’homme a assuré qu’écouter le témoignage des victimes était « crucial à la fois pour sa propre guérison et pour celle de la nation ».

La France a changé à la suite des attentats : les autorités ont déclaré l’état d’urgence et désormais des agents armés patrouillent en permanence dans les espaces publics. La violence a provoqué une introspection chez les Français et les Européens, car la plupart des assaillants sont nés et ont grandi en France ou en Belgique.

Les dégâts sont irréparables, mais pour beaucoup le verdict qui sera connu ce mercredi 29 juin clôturera l’un des chapitres les plus douloureux pour le pays, même si la vie de tous ceux qui ont subi des pertes ou témoigné en a été à jamais transformée.

Sur le territoire français, les prévenus en procès ne sont pas tenus de plaider coupable et la peine peut être contestée en appel.

Avec Reuters, AP et EFE