La France

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma plaide « non coupable » de corruption dans l’accord d’achat d’armes

MADRID, le 26 mai. (EUROPA PRESS) –

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma s’est déclaré « non coupable » de corruption ce mercredi, dans le cadre de l’ouverture du procès contre lui pour l’acceptation présumée de paiements dans le cadre d’un achat d’armes à la société française Thales à l’issue de les années 90.

Zuma fait face à des accusations d’acceptation de pots-de-vin en échange de la « protection politique » de Thales autour de toute enquête sur l’accord, tandis que l’ancien président et la société font face à des accusations de blanchiment d’argent.

De même, l’ancien président est accusé de fraude dans le cadre d’une réponse parlementaire à l’affaire et d’évasion fiscale pour ne pas avoir révélé les prétendus paiements reçus par l’entreprise française.

Compte tenu de cela, Zuma a déclaré « non coupable » de toutes les accusations, ce que Thales a également fait, tout en dénonçant que ses droits constitutionnels ont été violés au cours du processus, selon le journal sud-africain ‘News24’.

L’ancien président a été « préoccupé » par la possibilité que l’accusation « ne vise pas à révéler la vérité, mais à promouvoir un discours politique sur un dirigeant du Congrès national africain (ANC) et un président corrompu », en référence à lui-même. . même.

Pour cette raison, il a dénoncé une «manipulation du procès pour des raisons politiques et de renseignement» et a souligné que «des sources non précisées» lui avaient donné des informations sur des contacts «illégaux et réguliers» de l’ancien chef de la direction des opérations spéciales Leonard McCarthy avec des agences de renseignement étrangères au cours de leurs enquêtes.

«Je veux savoir qui l’a autorisé à mener des opérations de renseignement contre moi», a-t-il souligné, avant d’exiger «qu’on sache quelles sont les agences de renseignement étrangères qui ont illégalement aidé avec les preuves».

De son côté, l’avocate Samantha Jackson, l’avocate de Thales, a rejeté les accusations portées contre la société et souligné que la société n’était pas au courant des paiements allégués à Zuma avant de souligner qu’il n’y avait pas d’accord pour corrompre l’ancien président.

La procédure a été reportée au 19 juillet, date à laquelle Zuma, qui a fait l’objet de diverses enquêtes pour corruption ces dernières années, devrait à nouveau comparaître, l’obligeant à quitter le pouvoir en février 2018.

Les accusations contre Zuma ont été portées il y a dix ans, mais ont été abandonnées par le bureau du procureur sud-africain peu de temps avant qu’il ne se présente à la présidence en 2009. Après l’élection de Zuma, ses opposants ont mené une longue bataille juridique pour rétablir les charges, ce qu’ils ont réussi en 2016.

L’ancien président a été remplacé à la tête de l’Etat en février 2018 par son vice-président, Cyril Ramaphosa, qui a assuré que la lutte contre la corruption dans le pays est une priorité pour tenter d’attirer les investissements étrangers et activer l’économie du pays.

gestioninclusive@gmail.com