La France

La justice française confirme la troisième condamnation à perpétuité du terroriste Carlos ‘El Chacal’

Ilich Ramírez Sánchez a déjà été condamné à deux reprises à la peine maximale par la justice française, pour un triple meurtre en 1975 à Paris et pour quatre attentats commis en France en 1982 et 1983. Cependant, s’il ne fait pas appel de cette dernière condamnation, ‘ el Chacal « Il pourrait finir sa peine dans son Venezuela natal, mais Caracas doit d’abord le demander à la France.

Cela correspond à sa troisième condamnation à perpétuité. Après plus de deux heures de délibérations, le terroriste surnommé Carlos ‘le Chacal’ a de nouveau été condamné ce jeudi à la peine maximale pour l’attentat meurtrier contre le Drugstore Publicis à Paris en 1974.

« Merci beaucoup », a répondu cette figure du terrorisme « anti-impérialiste » des années 70 et 80, le Vénézuélien Ilich Ramírez Sánchez, d’une voix neutre du quai.

L’attentat a lieu le 15 septembre 1974 à Paris : une grenade lancée depuis le restaurant Drugstore explose dans le centre commercial en contrebas, faisant deux morts et 34 blessés.

La possibilité de retourner au Venezuela pour ‘le Chacal’

‘El Chacal’, aujourd’hui âgé de 71 ans, avait déjà été condamné en mars 2017 à la réclusion à perpétuité pour cet attentat, une peine confirmée en appel un an plus tard. Mais en novembre 2019, la Cour de cassation de Paris a ordonné un nouveau procès pour déterminer la durée de la peine, mais en maintenant le verdict de culpabilité.

Cependant, s’il ne fait pas appel de cette dernière condamnation, Carlos pourrait espérer réaliser son rêve de purger le reste de sa peine dans son Venezuela natal. En effet, son avocate, Isabelle Coutant-Peyre, a recommandé à son client de ne pas faire appel de cette nouvelle peine, car cela ouvre la possibilité que le Venezuela puisse exiger le transfert de Carlos sur son territoire et y purger le reste de sa peine. Ou même être libéré.

« C’est une procédure entre États. Le Venezuela doit porter plainte. Je demande au Venezuela de demander le transfert », a déclaré l’avocate, qui a rappelé que son client avait exprimé à plusieurs reprises le désir de retourner dans son pays. Si Caracas le fait, la demande devrait être acceptée par la France et il y aurait des négociations pour déterminer si dans son pays il pourrait être libéré.

Après des séjours dans divers pays arabes et d'Europe de l'Est sous régime communiste, Carlos s'installe à Damas, en Syrie, en 1983. Onze ans plus tard, en août 1994, des agents secrets français le capturent au Soudan et l'emmènent en France.
Après des séjours dans divers pays arabes et d’Europe de l’Est sous régime communiste, Carlos s’installe à Damas, en Syrie, en 1983. Onze ans plus tard, en août 1994, des agents secrets français le capturent au Soudan et l’emmènent en France. © Jack Guez, Bertrand Guay / AFP

Lors du procès, ‘El Chacal’ a reconnu avoir tué « au moins 83 personnes, mais jamais d’innocents » dans sa vie : « Je suis fier de ma carrière de révolutionnaire », a-t-il ajouté.

Les témoins qui ont comparu lors du procès l’ont décrit comme « rebelle », « égocentrique », « manipulateur » et avec une forte idée de « supériorité ». Cependant, un rapport de la prison dans laquelle il purge une peine en France a souligné que son « capital de sympathie diminue au fil des ans ».

Entouré d’un père marxiste et de frères nommés Lénine et Vladimir

Ilich Ramírez Sánchez est né le 12 octobre 1949 à Caracas. Son père, un avocat d’affaires marxiste, a nommé ses deux autres fils Lénine et Vladimir. À 15 ans, Sánchez a rejoint le Parti communiste vénézuélien alors clandestin. Son destin semblait être écrit, mais ses parents ont décidé qu’il devrait aller en Europe « pour le tenir à l’écart des mouvements révolutionnaires » au Venezuela, selon le journaliste hongrois Laszlo Liszkai, auteur d’un livre sur Carlos.

Début 1971 et après un passage dans un camp d’entraînement en Jordanie, il rejoint le Front de libération de la Palestine. Là, il adoptera son nom de guerre, « Carlos », auquel le journal britannique The Guardian a ajouté le surnom de « le Chacal ».

Carlos serait impliqué dans une multitude d'actions, dont la prise d'otages à l'ambassade de France à La Haye, et l'échec d'une attaque au missile sur l'aéroport parisien d'Orly.
Carlos serait impliqué dans une multitude d’actions, dont la prise d’otages à l’ambassade de France à La Haye, et l’échec d’une attaque au missile sur l’aéroport parisien d’Orly. © Bertrand Guay / AFP

Son image a fait le tour du monde pour avoir dirigé des opérations armées spectaculaires en Europe. Entre 1982 et 1983, Carlos ‘el Chacal’ est à l’origine de quatre autres attentats à la bombe en France, et d’un triple meurtre en 1975 à Paris. Au total, uniquement dans ce pays : 16 morts et 226 blessés.

Sa carrière en tant que branche armée du Front populaire de libération de la Palestine s’est terminée au Soudan en 1994, lorsqu’il a été arrêté lors d’une opération menée par des agents des renseignements français. Dans sa fuite, Carlos tue deux policiers parisiens et le Libanais qui l’ont trahi. Depuis, il a passé sa vie derrière les barreaux en France. Dix de ses 27 années de prison étaient en isolement.

En 2018, le parquet a confirmé la théorie selon laquelle l’attaque du Drugstore Publicis visait à faciliter la libération d’un Japonais détenu à Orly, membre de l’Armée rouge japonaise. Ces mêmes jours, il a été impliqué dans une prise d’otages à l’ambassade de France à La Haye, puis dans un attentat raté de missile sur l’aéroport de Paris Orly.

Avec l’AFP, Reuters, EFE et les médias locaux