La France

Tout comme Valéry Giscard d’Estaing, le président français «moderniste»

L'ancien président Giscard d'Estaing, qui a opéré un changement social rapide et a été un leader dans la formation de l'Union européenne, est décédé mercredi à l'âge de 94 ans des complications liées à Covid-19, a déclaré sa famille.

Giscard d'Estaing "est décédé mercredi 2 décembre dans sa maison familiale dans le Loir-et-Cher", a indiqué sa fondation sur Twitter.

"Son état de santé s'était détérioré et il est décédé des suites de Covid-19. Conformément à ses souhaits, ses funérailles auront lieu dans la plus stricte intimité familiale", a indiqué l'agence.

Si Giscard d'Estaing n'a exercé qu'un seul mandat présidentiel de 1974 à 1981, sa mort marque la fin d'une époque de la politique française. Élu à 48 ans seulement, Giscard d'Estaing était le plus jeune dirigeant de la Ve République jusqu'à ce qu'Emmanuel Macron remporte l'élection présidentielle en 2017 à l'âge de 39 ans.

Pendant ses sept années passées au palais présidentiel de l'Élysée, le conservateur Giscard d'Estaing a cultivé l'image d'un réformateur moderne. Cependant, son impopularité auprès des électeurs français a conduit à l'échec de sa réélection contre son rival socialiste François Mitterrand.

Après la défaite, Giscard d'Estaing est resté dans l'ombre. Considérée à l'époque comme une icône du changement social, elle fut vite oubliée par les Français. Lors des funérailles de Mitterrand en 1996, l'ancien ministre André Santini a même oublié qu'il était toujours en vie. "Je ne me souviens pas que nous ayons fait la même chose pour Giscard", a déclaré Santini.

La marque personnelle de «Giscard à la barre»

Des décennies avant que Macron ne fonde son parti «La République en mouvement» (LREM), Giscard d'Estaing était déjà un président «en mouvement». Après une campagne présidentielle férocement menée, Giscard d'Estaing entre à l'Elysée à pied devant une foule enthousiaste, le 27 mai 1974.

«Cette journée marque une nouvelle ère dans la politique française. Je conduirai le changement, mais je ne le ferai pas seul. J'entends encore les Français crier, nous demander du changement. Nous allons faire ce changement avec lui, pour lui, dans le respect de ses nombres et de sa diversité. , et nous le conduirons, en particulier, avec sa jeunesse », a-t-il déclaré dans son discours d'ouverture.

Au moment de son élection, Giscard d'Estaing était loin d'être inconnu, ayant passé près de deux décennies dans les couloirs du pouvoir. Il a commencé sa carrière politique en 1956 en tant que député.

Jeune, élégant et charmant, Giscard d'Estaing a été nommé ministre des Finances par le président de l'époque Charles De Gaulle, poste qu'il a occupé pendant le mandat du successeur de de Gaulle, Georges Pompidou.

Après la mort de Pompidou en 1974, Giscard d'Estaing lance sa propre candidature à la présidence, se démarquant de ses adversaires par une nouvelle stratégie de communication innovante: le personal branding. Pour la première fois, le public français a pu voir des photos d'un futur président skiant dans les Alpes, soutenant son équipe de football préférée, jouant de l'accordéon à la télévision ou même posant en maillot de bain. Il a également bénéficié du soutien de célébrités françaises telles que Brigitte Bardot, Johnny Hallyday et Alain Delon, qui arboraient des T-shirts et des autocollants de campagne avec le slogan populaire: "Giscard à la barre".

Le chanteur Johnny Hallyday pose dans un t-shirt
Le chanteur Johnny Hallyday pose dans un t-shirt "Giscard à la barre" pendant la campagne présidentielle. © AFP

Après avoir évincé le vétéran gaulliste Jacques-Chaban Delmas au premier tour, Giscard d'Estaing a conquis les électeurs lors d'un débat au second tour avec Mitterrand quand, en réponse à une attaque contre sa politique sociale, il a fait la fameuse blague: a le monopole du cœur. "

Quelques jours plus tard, il a remporté de justesse la présidence avec 50,81% des voix dans ce qui reste à ce jour l'élection la plus proche de l'histoire de la Cinquième République.

Un président libéral et réformiste

Une fois en poste, Giscard d'Estaing n'a pas tardé à poursuivre son ambition de moderniser la société française. "La France doit devenir un grand projet de réforme", a-t-il déclaré lors de son premier Conseil des ministres.

Fidèle à sa parole, les changements ont suivi, parfois même contre le jugement de sa propre majorité conservatrice. Au cours de son administration, Giscard d'Estaing a introduit le divorce par consentement mutuel et a facilité le contrôle du gouvernement sur le secteur audiovisuel. Il a également présidé à la légalisation de l'avortement, mesure défendue par sa ministre de la Santé, Simone Veil.

Bien que Giscard d'Estaing ait réussi à introduire des réformes sociales, il a été confronté à de nombreux défis économiques, notamment la montée du chômage après la crise pétrolière de 1973. En réponse, il a nommé l'économiste Raymond Barre comme son Premier ministre en 1976, initiant une période d'austérité stricte qui a marqué la fin de sa popularité en tant que leader.

Son image s'est encore détériorée en octobre 1979 lorsqu'un journal d'investigation français, «  Le Canard Enchaîné '', a publié des révélations selon lesquelles l'ancien empereur de la République centrafricaine, Jean-Bédel Bokassa, avait secrètement offert des diamants à Giscard d'Estaing. 1973, alors qu'il était encore ministre des Finances. Le président français a tenté de minimiser le scandale comme un simple cadeau reçu dans l'exercice de ses fonctions officielles et a nié la valeur déclarée des bijoux.

Mais le mal était fait. L'opinion publique s'est retournée contre Giscard d'Estaing, désormais perçu comme un aristocrate hors du jeu. Son style de vie a été vivement critiqué, notamment ses antécédents familiaux, ses parties de chasse et son apparente penchant pour les châteaux.

Pour aggraver les choses, son mandat a été marqué par de vives divisions parmi sa base conservatrice. Le meilleur exemple est peut-être sa relation avec son Premier ministre, Jacques Chirac, qui trouve Giscard d'Estaing arrogant et snob. La rivalité amère entre les deux hommes a éclaté après que Chirac ait refusé d'approuver la candidature de Giscard d'Estaing à la réélection en 1981, affirmant seulement qu'il voterait pour lui "à titre personnel", condamnant finalement sa campagne.

L'impossible retour

Après sa défaite contre Mitterrand, Giscard d'Estaing est humilié. Dans un geste symbolique, il a quitté l'Elysée de la même manière qu'il y est entré, à pied. Mais au lieu d'applaudir, cette fois, il a été hué par les manifestants jusqu'à sa voiture.

La tragédie de son retrait a été renforcée par son discours d'adieu, devenu depuis une légende française. Giscard d'Estaing s'adressa solennellement à ses compatriotes alors qu'il était assis raide à un bureau décoré simplement d'un bouquet de fleurs. À la fin du monologue de sept minutes, le président sortant a fait une pause significative avant de prononcer un «Au revoir» (au revoir). Puis il se leva, les deux mains sur le bureau, se retourna et quitta la pièce au rythme de l'hymne national français, la Marseillaise, laissant la caméra filmant une chaise vide pendant une minute entière, jusqu'à la fin de la chanson.

Malgré sa fin déshonorante, Giscard d'Estaing a refusé de se retirer de la politique française. Dans l'espoir de repartir de zéro, il se présente et remporte le poste de conseiller juridique général de la ville centrale de Chamalières en 1982, avant de revenir au Parlement deux ans plus tard. À la fin des années 1980, il a été largement supposé qu'il prévoyait un retour.

"Je ne veux pas qu'ils disent:" Giscard nous a laissé tomber. "En cas de circonstances difficiles ou de problèmes graves dans notre pays, vous pouvez toujours compter sur moi", a-t-il déclaré lors d'une apparition télévisée.

Cependant, ses rêves de revenir sur la scène nationale ont été frustrés après que son ancien rival, Chirac, ait arraché le contrôle du pays aux conservateurs pour remporter la présidence en 1995.

Le défenseur de l'Union européenne

Cependant, l'un des plus grands héritages de Giscard d'Estaing est peut-être sa contribution à la création de l'Union européenne. Défenseur de longue date d'une Europe unie, il a d'abord exprimé son soutien à l'idée alors qu'il était encore jeune député européen en 1957.

Sous sa présidence, la France a joué un rôle actif dans la promotion du projet européen. En décembre 1974, lui et le chancelier allemand de l'époque Helmut Schmidt ont créé le Conseil européen, lançant un système monétaire qui servirait de précurseur à l'euro. Giscard d'Estaing a également approuvé l'élection d'un Parlement européen au suffrage direct, ouvrant la voie aux premières élections européennes de 1979.

En 2001, il est nommé président de la Convention constitutionnelle sur l'avenir de l'Europe avec le soutien de Chirac.

Giscard d'Estaing est également à l'origine d'un autre groupe international: le 15 novembre 1975, il réunit des représentants des États-Unis, du Japon, de la France, de l'Allemagne de l'Ouest et du Royaume-Uni au château de Rambouillet, à l'ouest de Paris. Le sommet a marqué la première session de ce qui allait devenir le Groupe des Cinq – maintenant le Groupe des Sept, ou G7, avec l’ajout de l’Italie et du Canada – une organisation économique intergouvernementale qui se réunit chaque année.

Gardien de la langue française

Après s'être retiré de la politique, Giscard d'Estaing se réfugie dans un exutoire inattendu: la littérature. Avec le soutien de l'écrivain français Jean d'Ormesson, il est nommé en 2004 membre de l'Académie française, chargée de la protection de la langue française.

Son appartenance à l'Académie semble initialement motivée à la fois par la politique et la littérature. Jusque-là, l'œuvre de Giscard d'Estaing consistait principalement en essais et mémoires politiques, à l'exception notable d'un roman semi-érotique intitulé "Le Passage", qui raconte une histoire d'amour entre un notaire et un auto-stoppeur.

En 2009, il revient à l'écriture avec "La Princesse et le Président" ("La Princesse et le Président"), qui détaille la relation entre deux personnages qui ressemblent beaucoup à feu la princesse Diana et à lui-même. Le livre a ravivé les rumeurs latentes d'une éventuelle romance, malgré l'insistance de Giscard d'Estaing sur le fait qu'il «inventait tout».

En 2012, un Giscard d'Estaing vieillissant avait averti le président de l'époque François Hollande: "Il pourrait mourir pendant sa présidence".

"Je ne veux pas de cérémonie officielle, ni d'hommage d'Etat", a-t-il ajouté, plus tard rassuré par Hollande que ses souhaits seraient respectés.

Peut-être Giscard d'Estaing espérait-il quitter cette vie aussi simplement qu'il est venu à l'Elysée, il y a près de 50 ans.

Cet article a été adapté de son original en français.

gestioninclusive@gmail.com