Sport

Tadej Pogacar remporte la victoire d’étape, le podium est défini avec Richard Carapaz troisième

Tadej Pogacar n’a voulu repartir de cette étape avec un haut de gamme à personne au Col du Portet. Le Slovène s’est imposé devant le Danois Jonas Vingegaard et l’Equatorien Richard Carapaz. Les trois occupent désormais les trois premières cases du général. Pogacar est encore plus près de décrocher son deuxième Tour de France consécutif. Le Colombien Rigoberto Urán est le grand perdant du jour. Arrivé avec 1’49 de retard, il perd sa place sur le podium. Il est désormais quatrième au classement général.

En cette fête nationale en France, les coureurs français ont voulu s’éclairer en rêvant d’une victoire prestigieuse. Mais Tadej Pogacar n’a pas eu la même idée. De toute évidence, le Slovène voulait lever les bras avec le maillot jaune sur les épaules.

Malgré cela, les Français ont essayé. Anthony Pérez (Cofidis) a été le grand animateur de la première partie de la journée. Le coureur de 30 ans était à l’initiative de l’évasion après une course de 15 kilomètres. Il est immédiatement rejoint par son compatriote Dorian Godon (AG2R Citroën), le Néerlandais Danny Van Poppel (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) et l’Autrichien Lukas Pöstlberger (Bora-Hansgrohe). Ils ont été percutés par deux coureurs français : Anthony Turgis (TotalÉnergies) et Maxime Chevalier (B&B Hôtels). Ce groupe de six avait jusqu’à 8h30 d’avance sur le peloton avant la première difficulté du jour, le Col de Peyresourde (13,2 km à 7%).

Sur cette longue montée de haut niveau, les évadés ont commencé à perdre du temps sur le terrain. D’abord par une accélération provoquée par Nairo Quintana et Elie Gesber d’Arkea Samsic qui cherchaient les points du prix de la montagne mais ont été suivis par Wout Poels, le détenteur du maillot de roi de la montagne. Mais le rythme imposé par l’UAE Team Emirates de Tadej Pogacar n’a pas donné beaucoup d’espoir aux échappés. Clairement, le maillot jaune voulait durcir la course pour éviter les attaques de ses rivaux et se battre pour l’étape.

Pérez a essayé d’aller en solo

Anthony Turgis passe le premier devant Peyresourde devant Anthony Pérez et Dorian Godon. Au port suivant, le col de Val Louron-Azet (7,4 km à 8,3 %), les trois Français ont lâché leurs compagnons de fuite. Anthony Pérez attaque et passe seul le prix de la montagne Val Louron-Azet. Il avait 3’45 d’avance sur l’équipe. Dorian Godon a réussi à rattraper Pérez à la descente. Les deux Français entament ensemble la terrible ascension du Col du Portet. Un port hors catégorie de 16 km à 8,7%. A 13 km du but, Pérez attaque et part seul. Il avait encore 3′ sur le groupe des favoris.

Dans ce groupe, le rythme imposé par les coéquipiers de Tadej Pogacar a fait une sélection dans le top dix du général. Les premiers à ne pas suivre sont Guillaume Martin (Cofidis, neuvième au général) et Enric Mas (Movistar, huitième) qui quittent le groupe à 11 kilomètres de la course. A 10 kilomètres de l’arrivée, Anthony Pérez n’avait que 1’10 d’avance sur le groupe des favoris et les espoirs d’une victoire française le 14 juillet s’amenuisent à chaque coup de pédale. A 8,5 kilomètres, Tadej Pogacar a accéléré brutalement. Il était suivi de Ben O’connor (AG2R, cinquième au général), Richard Carapaz (quatrième), Jonas Vingegaard (troisième) et Rigoberto Urán (deuxième). Mais cinq cents mètres plus tard, Pogacar a encore accéléré. Un rythme que ni O’connor ni Urán ne pouvaient suivre. À ce moment-là, le Colombien a perdu sa place sur le podium, alors que Vingegaard et Carapaz sont partis avec Pogacar.

Vingegaard et Carapaz rivalisaient avec Pogacar

Dans ce trio, Pogacar et Vingegaard ont mis le rythme pendant toute la montée tandis que Carapaz n’a pris aucun soulagement. A deux kilomètres de la ligne d’arrivée, Pogacar a une nouvelle fois changé de rythme de manière brutale sans pouvoir recoller Vingegaard ou Carapaz. Et encore à 1,7 Km. Clairement, le Slovène voulait mettre KO ses rivaux. Mais Carapaz n’a pas baissé les bras et a attaqué à 1,2 km de l’arrivée suivi de Pogacar et a battu Vingegaard sur 1 000 mètres. Mais Vingegaard a pu les atteindre à 200 mètres de l’arrivée. C’est là que Pogacar a lancé le « sprint » pour prendre l’étape avec 3 secondes d’avance sur le Danois et 4 secondes sur l’Equatorien.

Le Français David Gaudu (Groupama FDJ) a terminé quatrième à 1’19, l’Australien Ben O’Connor (AG2R Citröen) cinquième à 1’26. Les Colombiens Sergio Higuita et Rigoberto Urán (EF Education – Nippo) ont franchi la ligne d’arrivée huitième et neuvième en 1’49.

Un trio pour le podium

Au total, Pogacar augmente son avantage avec le bonus de 10 secondes pour sa victoire d’étape. Il compte désormais 5’39 sur Jonas Vingegaard et 5’43 sur Richard Carapaz. Rigoberto Urán est désormais quatrième à 7’17, Ben O’Connor cinquième à 7’34. Pogacar, en plus du maillot jaune et blanc de meilleur jeune, est également désormais deuxième du classement de la montagne avec 67 points, à seulement 11 points de Wout Poels, toujours détenteur du maillot de roi de la montagne. Pogacar pourrait, comme l’an dernier, prendre trois maillots puisque demain il y a 42 points de la montagne en jeu.

L’étape 18 entre Pau et Luz Ardiden, avec 129,7 km, sera la plus courte du Tour (à l’exception des deux chronos). Mais ce sera à nouveau une étape de haute montagne avec quatre prix de montagne. Les deux premiers sont dans la quatrième catégorie tandis que les deux derniers sont le fameux Tourmalet (17,1 km à 7,3%) et la montée finale vers Luz Ardiden (13,3 km à 7,4%), tous deux hors catégorie. . Ce sera la dernière bataille sur la montagne. Sera-ce aussi une nouvelle démo Pogacar ?

Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021.
Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021. ©France24

gestioninclusive@gmail.com