Sport

Richard Carapaz entre dans l’histoire et décroche la médaille d’or en cyclisme

L’Equatorien a connu sa journée inoubliable lorsqu’il a été sacré dans la catégorie route, obtenant ainsi la deuxième médaille d’or de l’histoire de son pays. Après avoir terminé troisième du Tour de France, le Mont Fuji était son théâtre de gloire. De plus, le premier athlète à monter sur la plus haute marche du podium a été le Chinois Yang Qian au tir à l’air comprimé à 10 mètres ; l’équipe mixte mexicaine de tir à l’arc a remporté le bronze; et la judoka argentine Paula Pareto a clôturé sa carrière en tombant en playoffs.

La fête du sport qui implique certains JJ. OO. Il a officiellement commencé à Tokyo et les grandes émotions étaient déjà ressenties dès son premier jour. Le concours qui réunit les meilleurs athlètes de haut niveau du monde entier est en cours, déjà avec des premières médailles.

Cet événement, qui allie sport et culture, se déroule sous l’ombre du Covid-19, raison pour laquelle il a été reporté de 16 mois de plus que prévu, obligeant à prendre des mesures sanitaires inédites. Même dans des lieux sans public et avec des victimes dues à des cas positifs, la compétition sportive multiculturelle motive la planète avec ses journées pleines d’histoires.

Ensuite, l’actualité la plus marquante des JO de Tokyo 2020, ce samedi 24 juillet :

  • Richard Carapaz a eu son jour de rêve et a accroché la médaille d’or

Le cycliste équatorien est monté sur la plus haute marche du podium dans la catégorie route dans une épreuve intense qui a parcouru 234 kilomètres, partant du parc Musashinonomori et terminant au mythique mont Fuji.

‘La Locomotora’ a clôturé un temps de 6:05:26, laissant sur la route deux candidats de poids comme le Belge Wout Van Aert et le Slovène Tadej Pogacar, tout nouveau vainqueur du Tour de France 2021.

C’est précisément là, en pays gaulois, que Carapaz a obtenu une très bonne troisième place. Maintenant, à Tokyo, il a réussi à être le premier. Le natif de Carchi a franchi la ligne d’arrivée sur le circuit international de Fuji, grâce à une bonne descente tactique qui lui a permis de se détacher du peloton et d’arriver ainsi seul.

Avec ce triomphe, Carapaz offre à l’Équateur sa deuxième médaille d’or aux Jeux Olympiques. Le précédent était à Atlanta ’96, quand le marcheur Jefferson Pérez l’a décerné. De plus, il s’agit de la troisième médaille au total pour le pays d’Amérique latine, après que Pérez lui-même ait remporté l’argent à Beijing ’08.

  • Le chinois Yang Qian a remporté la première médaille d’or à ces Jeux olympiques

L’athlète du géant asiatique a créé la médaille d’or décernée par la XXXIIe édition dans la discipline du tir à l’air comprimé à 10 mètres, battant ainsi le record olympique. La note du tireur était de 251,8 points.

Lors de la compétition qui s’est déroulée à l’Asaka Hall de Tokyo, Yang Qian a devancé de justesse Anastasia Galachina, une athlète qui concourt sous le drapeau du Comité olympique russe, qui a arrondi 251,1 points et s’est classée deuxième. Le podium a été fermé par la Suissesse Nina Christen avec une note de 230,6 points.

La discipline a également eu la présence de deux Latino-Américaines : la Cubaine Eglys Yahima de la Cruz, 41 ans et bronze à Pékin ’08, qui a terminé 37e ; et la jeune Argentine Fernanda Russo (21 ans) qui a terminé 40e.

  • L’équipe mixte mexicaine de tir à l’arc a donné sa première médaille à l’Amérique latine

Luis Álvarez et Alejandra Valencia ont gagné 6-2 contre le duo turc composé de Yasemin Anagöz et Mete Gazoz dans le duel correspondant qui a remis la médaille de bronze.

Les archers mexicains se sont battus sous une chaleur intense dépassant les 30 degrés, mais ont réussi à battre leurs adversaires au quatrième quart. Le premier set s’est terminé 36-34, bien que dans le deuxième set, les Turcs soient à égalité grâce à 36-27.

Cependant, le troisième « match » était 39-36 et le final 36-27 pour condamner le match contre leurs rivaux et donner au Mexique sa première médaille dans cette édition des Jeux. Ils sont les pionniers latino-américains à monter sur le podium à Tokyo 2020.

Dans la dispute pour la médaille d’or, les Sud-Coréens An San et Kim Je Deok ont ​​battu les Néerlandaises Steve Wijler et Gabriela Schloesser-Bayardo 5-3 (35-38, 37-36, 36-33 et 39-39). Ce dernier a des origines mexicaines, est né à Tijuana, bien qu’il représente la nation néerlandaise.

  • Le judo licencie Paula Pareto, donne à la France sa première médaille et la première médaille d’or au Japon

L’Argentine a mis un terme, à 35 ans, à sa brillante carrière dans la discipline après avoir chuté au repêchage pour un waza-ari contre la Portugaise Catarina Costa dans la catégorie des jusqu’à 48 kilogrammes.

Pareto a pris un excellent départ à ces Jeux olympiques en battant Geronay Whitebooi d’Afrique du Sud et Maruša Štangar de Slovénie, tous deux par un Ippon. Puis il est tombé de cette façon contre le local Funa Tonaki, qui a atteint l’argent.

‘La Peque’ se voit ainsi décerner un diplôme de Tokyo 2020, comme cela s’est produit à Londres ’12. De plus, il a remporté la médaille de bronze à Pékin ’08 et a atteint son point culminant lorsqu’il a obtenu la médaille d’or à Rio de Janeiro ’16.

Dans la catégorie des -46 kilos, mais dans la catégorie des hommes, le Nippon Budokan a été le lieu où le lutteur Naohisa Takato a remporté la victoire et a offert au Japon la première médaille d’or de « leurs » Jeux Olympiques.

Le triple champion du monde de la discipline a battu le Taïwanais Yang Yung-Wei avec un Ippon en finale. Takato a un solide record de seulement trois défaites en 63 combats depuis 2017, après avoir chuté en demi-finale à Rio ’16 et suspendu la médaille de bronze.

Les Japonais dominent ce sport en détenant un record de 40 médailles d’or à travers l’histoire, combinant des branches masculines et féminines, quelque chose qu’aucune autre nation n’est même près d’égaler.

Par ailleurs, le judo a également offert à la France sa première de médailles à ces JO. L’honneur est revenu au combattant Luka Mkheidze, qui a fermé le podium dans la catégorie Takato et remporté le bronze.

Après avoir chuté en demi-finale contre Yang Yung-Wei, il a pu sortir victorieux de son match contre le Sud-Coréen Kim Won-Jin pour couper rapidement la sécheresse française dans ces Jeux Olympiques dès sa première journée.

  • Un judoka algérien a refusé d’affronter un rival israélien sur le conflit avec la Palestine

Il s’agit de Fethi Nourine, qui a donné la note lorsqu’il a quitté les Jeux olympiques pour sa réticence à combattre Tohar Butbul lors d’un éventuel deuxième tour du concours dans la catégorie des -73kg.

L’explication réside dans une détermination à ne pas cautionner une normalisation des relations avec Israël en raison des problèmes historiques avec le peuple palestinien.

En dialogue avec les médias de son pays, l’athlète a déclaré qu’il ne voulait pas permettre que « le drapeau d’Israël soit hissé » et que cela ne valait pas la peine de « se salir les mains » face à un membre de cette délégation.

L'Israélien Tohar Butbul affronte le Mongol Tsendochir Tsogtbaatar dans la catégorie judo masculin des moins de 73 kg lors du Grand Chelem d'Abou Dhabi, dans la capitale des Émirats arabes unis, le 25 octobre 2019.
L’Israélien Tohar Butbul affronte le Mongol Tsendochir Tsogtbaatar dans la catégorie judo masculin des moins de 73 kg lors du Grand Chelem d’Abou Dhabi, dans la capitale des Émirats arabes unis, le 25 octobre 2019. © Karim Sahib / AFP

Cette position a été comprise et approuvée par la Fédération algérienne, ce qui s’est également produit lors du Championnat du monde 2019 et devant le même adversaire. Amar Ben Yekhlef, l’entraîneur de Nourine, en a parlé et a déclaré qu’il n’avait pas « de chance au tirage ». « Nous travaillons dur pour arriver ici, mais la cause de la Palestine est plus grande que tout cela, nous rejetons la normalisation des relations avec Israël », a-t-il déclaré.

Un cas similaire s’est produit à Rio ’16 lorsque, dans la catégorie + 100kg, l’Egyptien Islam El-Shehabi a quitté la salle après avoir refusé de serrer la main de son adversaire Or Sasson. L’athlète africain avait subi des pressions d’extrémistes sur les réseaux sociaux pour ne même pas apparaître dans le combat contre l’Israélien et avait été durement critiqué après la compétition.

  • Une vague d’infections dans la délégation tchèque laisse le médecin dans l’œil du cyclone

La succession soudaine de cas positifs de coronavirus chez des sportifs du pays européen pointe du doigt le médecin de la délégation comme le plus responsable d’avoir été accusé de négationniste et d’irresponsable.

Les personnes touchées par le virus étaient le joueur de beach-volley Ondřej Perušič, sa collègue Markéta Sluková-Nausch, le joueur de tennis de table Pavel Sirucek, l’entraîneur de volley-ball féminin Simon Nausch, le cycliste Michal Schlegel et le docteur Vlastimil Vorácek.

Ce dernier a été pointé du doigt comme le principal responsable de cette attaque par le virus contre des athlètes tchèques car il s’est rendu à Tokyo sans se faire vacciner – ce n’était pas une obligation pour le Comité international olympique – et sa position négationniste vis-à-vis de la maladie. Par exemple, en octobre de l’année dernière, il a déclaré au portail « Vitalia.cz » que « se gargariser avec un bain de bouche » était efficace contre Covid-19.

L’impact de cette nouvelle a atteint les hautes sphères politiques de la République tchèque. Le Premier ministre a déclaré à la presse de son pays qu’ils avaient essayé « de persuader les gens de se faire vacciner et le médecin ne l’a pas été ». Enfin, il a fait valoir que la situation « est injuste pour les athlètes » et l’a qualifiée de « scandale », selon la radio internationale de Prague.

Avec EFE et AP