Vainqueur de tous ses matches de Ligue des champions cette saison, le Bayern Munich porte le maillot favori face au club parisien. Mais le PSG est peut-être l'équipe la mieux armée pour vaincre le géant allemand. Dans cette confrontation, vous jouez plus qu'un match de football et un titre. Quel que soit le champion, le résultat sera historique.

Lorsqu'il s'agit d'entrer dans le stade de la Luz à Lisbonne le dimanche 23 août, le Bayern Munich est présenté comme le grand favori de la finale de l'UEFA Champions League 2020. Face au Paris Saint-Germain, Novice à ce niveau dans la plus grande compétition de football interclubs du monde, l'équipe allemande a beaucoup de vents contraires. Les statistiques, l'histoire et l'impression visuelle de leurs derniers matchs font partie des éléments qui pointent vers une consécration du Bayern.

Une victoire du club bavarois couronnerait une saison parfaite et historique.

La saison du Bayern pourrait se résumer à une combinaison de numéros de loterie. 0-10-28-29-4. 0, comme le nombre de défaites du club allemand en 2020 dans toutes ses compétitions (championnat, coupe et Ligue des champions). 10, comme le nombre de victoires consécutives du club allemand en Ligue des champions. Avec leur victoire en demi-finale contre l'Olympique Lyonnais, les joueurs du Bayern ont égalé le record qu'ils avaient déjà établi en 2012-2013 et 2013-2014 et partagé avec le Real Madrid en 2013-2014 et 2014-2015. Ajouter une onzième victoire serait établir un nouveau record.

L'ailier du Bayern Munich David Alaba (l) en duel avec le milieu de terrain lyonnais Houssem Aouar en demi-finale de la Ligue des champions le 19 août 2020 à Lisbonne.
L'ailier du Bayern Munich David Alaba (à gauche) en duel avec le milieu de terrain lyonnais Houssem Aouar en demi-finale de la Ligue des champions le 19 août 2020 à Lisbonne. © Miguel A. López / AFP

En battant le PSG, le Bayern marquerait l'histoire du football. Aucune équipe n'a été sacrée championne des Champions en remportant tous leurs matchs de la saison. Au cours de ses 65 éditions, sept clubs ont terminé invaincus, mais tous étaient avec un mélange de victoires et de nuls. Le Bayern serait le seul à ne connaître ni défaite ni nul.

Cette équipe du Bayern 2020 donne l'impression d'être une machine imparable. Y compris leurs matches de Bundesliga, la dernière défaite du club allemand remonte au 7 décembre 2019 (2-1 contre le Borussia Mönchengladbach). Depuis lors, le Bayern a remporté 28 des 29 matchs auxquels il a joué. La seule exception à cette impressionnante série était un nul 0-0 en février contre le RB Leipzig, l'autre club allemand qui était demi-finaliste contre le PSG.

Un football très offensif

De plus, le Bayern a remporté ces victoires avec un football très offensif marquant en moyenne 3,1 buts par match cette saison. Une moyenne qui monte à 4 buts par match en Ligue des champions, un record. La meilleure démonstration de ce talent offensif a été la victoire 8-2 infligée au FC Barcelone en quart de finale, le 14 août. Dans leurs rangs, le Bayern compte le meilleur buteur d'Europe, l'attaquant polonais Robert Lewandowski (15 buts en Ligue des champions, 55 au total cette saison). A ses côtés, Serge Gnabry, un Allemand de 25 ans, qui avec ses 9 buts en 9 matches de Ligue des champions, a montré tout son talent avec son doublé en demi-finale contre Lyon. Avec Thomas Müller, l'attaquant historique de la Mannschaft, le Bayern a une armée offensive.

Le club bavarois mise ainsi sur ses qualités offensives pour se couronner à nouveau et confirmer son statut de géant du football européen.

Une attaque de luxe, principale menace pour le Bayern

En cas de victoire contre le PSG, le club allemand réaliserait sa sixième Ligue des champions. Il dépasserait les cinq coupes du FC Barcelone et serait lié au Liverpool FC. Ce serait proche des 7 titres du Milan AC. Mais ce serait loin du record du Real Madrid et de ses 13 titres en Ligue des champions.

Mais entre la théorie et le terrain, il y a parfois un monde plein d'incertitudes qui donnent du goût au sport. Le Paris Saint-Germain atteint cette finale avec de sérieux arguments pour rivaliser avec le Bayern. Le PSG a de grandes stars du football mondial en attaque, il devrait compter sur tous ses joueurs et apparemment il a changé de mentalité.

Kylian Mbappé aux côtés de Neymar et de ses coéquipiers du Paris Saint-Germain lors d'un entraînement à Lisbonne samedi, la veille de l'affrontement du Bayern Munich en finale de la Ligue des champions.
Kylian Mbappé aux côtés de Neymar et de ses coéquipiers du Paris Saint-Germain lors d'un entraînement à Lisbonne samedi, la veille de l'affrontement du Bayern Munich en finale de la Ligue des champions. © David Ramos / AFP

Si le Bayern présente des chiffres impressionnants, le PSG a des noms. Neymar-Mbappé-Di Maria. Un trio luxueux en attaque. Technique, vitesse et objectifs. Bien que Neymar et Mbappé n'aient pas marqué lors des deux matches qu'ils ont disputés à Lisbonne, ils ont illuminé le match du PSG de leur talent. Tous les trois seront essentiels et pourront punir le Bayern dans son seul point faible: l'espace derrière ses défenseurs centraux. En demi-finale, Lyon avait trois occasions nettes de jouer la contre-attaque profonde sur le dos des défenseurs allemands. Les assaillants français n'en ont converti aucun. Le PSG doit profiter de ces situations s'il veut vaincre le Bayern.

Un changement d'esprit

Le parcours des Parisiens en Ligue des champions était plus aléatoire que celui de leur rival. En huitièmes de finale, le PSG a éliminé le Borussia Dortmund (1-2; 2-0). En quarts de finale face à l'Atalanta Bergame, les Italiens ont mené le match jusqu'à la 89e minute, avant que le PSG en 4 minutes n'inverse le résultat. En demi-finale, le PSG a facilement battu le RB Leipzig (3-0). Au-delà des victoires contre des équipes moins prestigieuses (c'était la première fois que l'Atalanta et Leipzig atteignaient ce niveau de la compétition) par rapport à un club comme le Bayern, il semblerait que 2020 ait marqué un changement de mentalité pour le PSG.

Depuis 2011 et le rachat du club par Qatar Sport Investment, le PSG n'avait jamais franchi le seuil des quarts de finale. À plusieurs reprises, les éliminations du club parisien ont été humiliantes. En quarts de finale, les supporters du PSG ont ressenti ce même air face à l'Atalanta. Mais le miracle tant attendu s'est produit. Le défenseur Marquinhos et Eric Choupo-Moting, l'attaquant parisien le moins connu, ont sauvé le club avec leurs deux buts en prolongation. Un match dans lequel Angel Di Maria a été suspendu et Kylian Mbappé n'a joué que les 30 dernières minutes en raison d'une blessure à la cheville. Mentalement cette victoire semble avoir libéré le club parisien de la pression du résultat.

Pour la finale, aucun doute: Mbappé et Di Maria accompagneront Neymar. La star brésilienne est le symbole de ce PSG dans une confrontation qui est aussi une opposition de modèles économiques.

Un club historique contre un «  nouveau riche ''

Le Bayern Munich, créé en 1900, apparaît comme une vénérable institution de football qui a construit son équipe avec calme, patience et intelligence. Au Bayern, l'argent n'est pas tout. Le club bavarois se distingue par ses investissements financiers modestes par rapport aux autres grands clubs européens. Deux exemples: Robert Lewandoswski est venu à Munich en 2014 gratuitement après la fin de son contrat avec Dortmund. Et Serge Gnabri a été racheté au Werder Brême en 2017 pour la somme de huit millions d'euros. En d'autres termes, les deux meilleurs attaquants du Bayern en Ligue des champions cette année coûtent un investissement minime.

Le record du Bayern en matière de transferts a été l'achat du défenseur français Lucas Hernandez l'année dernière pour 80 millions d'euros. La marque précédente était de 41 millions d'euros pour Corentin Tolisso, un autre joueur français.

Une opération opposée à celle du Paris Saint-Germain, un club qui fête ses cinquante ans d'existence en août. La trajectoire du PSG a radicalement changé en 2011, lorsque l'État du Qatar a racheté le club français via sa structure Qatar Sport Investment (QSI).

Les Brésiliens du PSG Thiago Silva, Marquinhos et Neymar après un but marqué contre Leipzig en demi-finale de la Ligue des champions, le 18 août 2020 à Lisbonne.
Les Brésiliens du PSG Thiago Silva, Marquinhos et Neymar après un but marqué contre Leipzig en demi-finale de la Ligue des champions, le 18 août 2020 à Lisbonne. © David Ramos / AFP

Le Qatar, pays arabe producteur de pétrole et de gaz, a décidé d'utiliser une partie de ses ressources dans le sport, dont le personnage principal est le PSG. En quelques années, l'image et la dimension du club ont complètement changé. Depuis 2011, il a remporté sept titres de champion de France (contre 2 au cours de ses 40 premières années d'existence).

Mais la stratégie de QSI ne se concentre pas sur le championnat national. Il a les yeux fixés sur l'horizon européen. Depuis 2011, ils ont investi beaucoup d'argent dans la signature de joueurs dans le but de remporter la Ligue des champions (comme Zlatan Ibrahimovic ou Edinson Cavani).

Le summum de cette stratégie remonte à 2017, lorsque le PSG a dépensé plus de 400 millions d'euros pour le rachat de Neymar au FC Barcelone, pour un montant record de 222 millions d'euros, et de Kylian Mbappé de Monaco, pour 180 millions. Une activité commerciale qui a agacé les clubs européens historiques (comme le Real Madrid, Barcelone, la Juventus, Milan, le Bayern) qui n'ont pas vu ce nouveau et puissant joueur de la compétition d'un bon œil.

Alors demain, ce sera aussi une rivalité entre histoire et modernité qui se jouera sur le court de Lisbonne.

Une victoire pour Paris serait un tremblement de terre

Une nouvelle victoire pour le Bayern Munich serait la continuation de l'ère classique du football européen. Un roi qui continue de régner. Confirmation que les anciens clubs dominent toujours ce sport. Alors qu'une victoire du PSG serait un tremblement de terre qui pourrait inaugurer une nouvelle ère du football, celle des «nouveaux riches» comme le PSG et Manchester City (détenue par un fonds des Emirats Arabes Unis, rival diplomatique du Qatar).

Une victoire du PSG aurait également des répercussions en France. Ce serait la deuxième couronne d'un club français dans la compétition après le titre de l'Olympique de Marseille en 1993, éternel rival du PSG.

Des feux d'artifice ont été aperçus dans la capitale française après la victoire du PSG contre Leipzig en Ligue des champions le 19 août 2020.
Des feux d'artifice ont été aperçus dans la capitale française après la victoire du PSG contre Leipzig en Ligue des champions le 19 août 2020. © Charles Platiau / Reuters

Deux ans après la victoire de l'équipe de France en Coupe du monde, le club de football français attend une nouvelle reconnaissance internationale. La ligue française est considérée comme le cinquième championnat d'Europe après ses voisins anglais, allemand, espagnol et italien et rêve de faire partie du big four club. Amener la plus grande coupe de football interclubs à Paris pourrait donner plus de visibilité au championnat national.

Entre un club centenaire qui veut marquer l'histoire avec une saison parfaite et un club cinquantième qui veut faire partie de cette histoire, le jeu décidera. Le match historique se jouera dans un stade vide en raison de la pandémie, mais il sera regardé par des millions de personnes devant leurs télévisions à travers la planète.