Economie

Pourquoi devrions-nous nous soucier si les banques centrales augmentent les taux d’intérêt ?

Le marché se prépare à une hausse plus agressive des taux d’intérêt après la réunion de la Réserve fédérale américaine, qui se termine mercredi. Cette décision est déjà adoptée par des dizaines de banques centrales du monde pour mettre un terme à l’inflation galopante.

Il y a une semaine c’était la Suède et maintenant c’est l’Australie. Deux banques centrales qui avaient dit ne pas voir la nécessité de relever les taux d’intérêt avant 2023 ou 2024 ont dû recueillir leurs commentaires.

Ce mardi, la Reserve Bank of Australia a relevé son taux de référence pour la première fois en 11 ans et a prévu qu’il y aura d’autres hausses dans les mois à venir. Il a également doublé les prévisions d’inflation pour cette année.

En Amérique du Sud, le cas de la Colombie est l’un des plus représentatifs : elle a clôturé 2021 avec un taux directeur de 3 % et, sur les quatre mois de l’année, elle n’a cessé d’augmenter jusqu’à doubler.

Ce n’est que le prélude à ce que pourrait préparer la Réserve fédérale américaine, dont la réunion mensuelle de politique monétaire de deux jours se termine ce mercredi.


Le marché financier aux États-Unis tient déjà pour acquis qu’il y aura ce mois-ci une deuxième hausse consécutive du taux d’intérêt et la seule surprise serait qu’il n’était pas d’au moins 50 points de base, pour se situer dans une fourchette comprise entre 0,75 % et 1%.

Mais pourquoi devrions-nous nous inquiéter de la hausse des taux d’intérêt ?

De l’argent plus cher pour freiner l’inflation

La hausse des taux dans n’importe quelle banque centrale du monde signifie que les prêts bancaires pour toutes sortes de biens, tels que les maisons, les voitures ou la consommation par carte de crédit, deviennent soudainement plus chers.

Par exemple, aux États-Unis, le taux moyen des prêts hypothécaires fixes à 30 ans est désormais de 5,37 % par an, soit plus de deux points de pourcentage de plus qu’il ne l’était au début de cette année, selon la Mortgage Bankers Association.

Cela signifie que quelqu’un qui a acheté une maison de 375 000 $ en mars avec un acompte de 20 % et un prêt à taux fixe sur 30 ans des 80 % restants paie 440 $ de plus chaque mois aujourd’hui qu’il ne l’aurait fait en décembre dernier.

Une augmentation des taux d’intérêt, selon les experts, aiderait à mettre un terme à l’augmentation retentissante de 35 % des prix des logements qui a été enregistrée au cours des deux dernières années dans ce pays. Et, bien que les prix des logements ne fassent pas partie du panier de base qui mesure l’inflation, ils influencent les loyers, qui sont inclus.

Un changement de monde

Le changement de stratégie visant à des taux d’intérêt plus élevés ne correspond pas seulement à la Suède et à l’Australie, mais est le dénominateur commun des banques centrales du monde, à quelques exceptions près. Et c’est un drapeau rouge qui alerte que d’autres augmentations viendront.

Pendant la pandémie, les taux d’intérêt étaient à des niveaux historiquement bas pour encourager une consommation qui relancerait l’économie. Cependant, le taux d’intérêt est une épée à double tranchant qui, en l’utilisant plus que nécessaire, peut générer des impacts inflationnistes.

La crise des conteneurs, ajoutée à la guerre en Ukraine et à l’isolement commercial de la Russie qui en a résulté, a généré un tel impact sur les prix que les banques centrales ont été contraintes de réduire ce stimulus. Et se diriger vers un monde dans lequel l’accès à l’argent emprunté deviendra de plus en plus cher.

Avec Reuters, AP et EFE