Economie

L’Ukraine va interrompre le transit d’un tiers du gaz qu’elle transporte vers l’Europe

L’opérateur du réseau de transport de gaz ukrainien fait valoir que les actions militaires dans la région l’obligent à interrompre temporairement le transit d’un tiers du gaz qu’il transporte de la Russie vers l’Europe.

L’opérateur ukrainien a communiqué dans une lettre publiée sur son site internet que la guerre rendait impossible l’accès à des zones de son système pour garantir sa sécurité, notamment dans la région de Louhansk, contrôlée par la Russie.

Avec cette décision, la société cesserait de fournir 32,6 millions de mètres cubes de gaz par jour pour des raisons qualifiées de « force majeure », un terme juridique utilisé pour les soi-disant « cas de force majeure » qui empêchent l’exécution des contrats.

« Les actions des occupants ont entraîné l’interruption du transit du gaz par le point de connexion de Sojranivka », a déclaré l’opérateur du système de transmission de gaz d’Ukraine, GTSOU, dans un communiqué.

Selon l’entreprise, les coupures débuteront à 7 heures du matin mercredi et offriront à la Russie la possibilité d’essayer de détourner le gaz via un autre point de passage tenu par le gouvernement ukrainien. GTSOU a déclaré qu’il pourrait continuer à fournir du gaz à l’Europe dans le volume prévu, via le point d’interconnexion de Sojranivka vers Sudzha, plus au nord.

Environ 77 millions de mètres cubes de gaz transitent par cette station et elle est située sur un territoire contrôlé par l’Ukraine, mais Gazprom a rejeté cette possibilité. Sergei Kupriyanov, le porte-parole du géant russe Gazprom, a assuré que cette option de détournement serait « technologiquement impossible » et que l’entreprise ne voit aucune raison à cette décision.


Plusieurs installations de l'opérateur gazier ukrainien sont situées dans des territoires occupés par la Russie.
Plusieurs installations de l’opérateur gazier ukrainien sont situées dans des territoires occupés par la Russie. ©France 24

« La société a informé à plusieurs reprises Gazprom des menaces sur le transit du gaz en raison des actions des forces d’occupation contrôlées par la Russie et a souligné qu’il fallait cesser d’interférer avec le fonctionnement des installations, mais ces appels ont été ignorés », a déclaré le gaz ukrainien.

La société a ajouté que « l’ingérence des forces d’occupation dans les processus techniques et les changements dans les modes d’exploitation », qui incluent « l’extraction non autorisée de gaz », ont mis en danger « la stabilité et la sécurité du système de transport du gaz d’Ukraine comme un ensemble ».

Avec EFE et AP