Ecologie

le financement de projets environnementaux au centre de la scène

L’enjeu principal du grand sommet sur le climat de mercredi 3 novembre est de résoudre ou schématiser les méthodes qui seront utilisées pour atteindre les objectifs d’atténuation et d’adaptation sans arrêter le développement économique des pays émergents. Pendant ce temps, le président américain Joe Biden a critiqué l’absence de la Chine, de l’Arabie saoudite et de la Russie, ce qui a incité le Kremlin à réagir.

Glasgow est aujourd’hui la principale scène des regards mondiaux, où se déroule la COP26, le sommet transcendant qui cherchera à mettre un avant et un après dans la lutte mondiale contre la crise climatique.

Les apparitions de ce mercredi 3 novembre ont pour axe central la discussion sur la manière dont se fera le financement des projets envisagés, notamment dans les régions les moins riches, de manière à ce que ces orientations environnementales n’affectent pas le cheminement des particuliers. économies.

Le dialogue vise à définir comment les pays les plus développés investiront 100 milliards de dollars pour parvenir à la décarbonation dans les pays disposant de moins de ressources. Cela survient après que les dirigeants du G20 ont accepté de limiter le réchauffement climatique à 1,5 et se sont engagés à faire un tel investissement.

En outre, il évoque la manière de garantir la croissance économique et environnementale, le rôle que joueront les banques, les gouvernements, le secteur privé et les finances publiques pour mobiliser les chiffres nécessaires.

Ce débat comprend le président de la Banque africaine de développement, le directeur du Fonds vert pour le climat, le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques et le directeur général de la Société financière internationale.

Au nom des États, le secrétaire d’État allemand à l’Environnement, le ministre des Finances du Royaume-Uni, les ministres des Finances de la Jamaïque, de la Finlande, des Philippines et de l’Indonésie y assistent.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (à droite) regarde le président Joe Biden lors d'une conférence de presse au sommet des Nations Unies sur le climat COP26 à Glasgow.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken (à droite) regarde le président Joe Biden lors d’une conférence de presse au sommet des Nations Unies sur le climat COP26 à Glasgow. Brendan SMIALOWSKI AFP / Dossier

Au cours des dernières heures, il a été annoncé que la Banque interaméricaine de développement (BID) créera un fonds de 20 millions de dollars avec le gouvernement allemand pour soutenir les politiques fiscales. Cela servira à soutenir des projets d’assistance technique en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Il sera également utile de créer une plate-forme qui partage les connaissances, les méthodologies et l’application des politiques fiscales.

Parmi les autres projets privés figure celui officialisé par la société australienne Fortescue, qui produira de l’hydrogène vert à grande échelle en Argentine, dans la province de Río Negro.

Parmi les présentations, étroitement liées à la question financière, figurent la Banque européenne d’investissement, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, la Société internationale pour l’économie écologique et des groupes de jeunes militants qui détailleront le rapport produit dans le cadre du Youth Climate.

Biden critique les absences de la Chine et de la Russie, le Kremlin répond

Le président des États-Unis a vivement critiqué Xi Jinping et Vladimir Poutine pour avoir écarté la possibilité de participer à la COP26 et a affirmé qu’ils avaient raté l’occasion de se montrer comme des leaders mondiaux.

« Que la Chine, la Russie et l’Arabie saoudite ne soient pas apparues est un problème. Nous sommes venus et nous avons eu un impact profond », a déclaré le président américain lors d’une conférence de presse.

L’Américain a également ajouté que les autres pays ne connaissent pas la valeur ajoutée apportée par le géant asiatique. « Ils ont de graves problèmes climatiques et ils n’ont pas la volonté de faire quoi que ce soit », a-t-il souligné à l’encontre des Chinois et des Russes.

Le président russe Vladimir Poutine y participe via une liaison vidéo.

Le président russe Vladimir Poutine y participe via une liaison vidéo. Evgeny PAULIN SPUTNIK / AFP

Biden a reconnu être préoccupé par la situation environnementale, mais était optimiste quant à la productivité de la COP26, qui a réuni 120 dirigeants mondiaux. « Je ne peux pas penser à deux jours au cours desquels plus de choses ont été réalisées sur la météo que lors des deux derniers », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, le Kremlin n’a pas tardé à répondre au président des États-Unis. Celui qui a pris ses responsabilités était le porte-parole présidentiel, Dmitri Peskov, lors de sa conférence de presse téléphonique quotidienne.

« Les actions de la Russie dans le domaine climatique ne visent pas un événement précis. Nous ne sous-estimons pas l’importance de l’événement à Glasgow, mais les actions de la Russie sur le climat sont cohérentes et très importantes », a déclaré Peskov.

De plus, il a commenté que son bilan énergétique est « beaucoup plus vert » que celui de nombreux pays. Les Russes se sont engagés à investir entre 1,5 et 2% de leur PIB dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 80% d’ici 2050, atteignant la neutralité carbone en 2060.