Economie

L’OCDE appelle à des réformes structurelles en Amérique latine pour surmonter la crise du Covid-19

L’Organisation de coopération et de développement économiques a fait une série de recommandations à divers pays pour parvenir à une reprise solide, après le fort impact causé par la crise sanitaire.

L’amélioration de la couverture sanitaire et de la protection sociale, ainsi que l’encouragement des investissements et des technologies qui contribuent aux objectifs environnementaux sont, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les réformes structurelles nécessaires aux pays d’Amérique latine pour faire face à la crise du Covid-19.

Dans son rapport «Vers une croissance 2021: façonner une reprise dynamique», publié ce mercredi 14 avril 2021, le club des pays dits riches a donné ses recommandations pour chaque Etat.

En Colombie, l’OCDE estime qu’il est peu probable que le gouvernement soit en mesure de mener des réformes structurelles (même s’il les juge nécessaires), en raison de la proximité des élections législatives et présidentielles de 2022.

L’exécutif prépare un projet de réforme fiscale, qui serait le troisième du président Iván Duque, pour augmenter les impôts et collecter environ 6,85 milliards de dollars, destiné à améliorer les finances publiques et à financer les programmes d’assistance sociale.

Là où il pense qu’il est temps de procéder à une réforme, c’est au Chili, en tant qu’outil de lutte contre les inégalités socio-économiques marquées, car il estime que «l’impact redistributif de l’actuel impôt sur le revenu des particuliers est faible».

Le Chili est l’un des pays avec le revenu par habitant le plus élevé d’Amérique latine, mais il a également des indices d’inégalité élevés qui conduisent le 1% le plus riche de la population à concentrer plus de 20% de la richesse.

En ce qui concerne le Mexique, l’organisation internationale qui rassemble les nations les plus développées du monde a mis l’accent sur l’informalité. Pour cette raison, il a recommandé des réformes et des programmes d’intégration des femmes et des travailleurs informels qui ont perdu leurs revenus à cause de la pandémie.

« Une stratégie globale est nécessaire pour garantir que la reprise crée des emplois formels, ce qui contribuerait à l’inclusion et augmenterait les revenus du gouvernement », indique le rapport.

Avec EFE