Sport

L’Italie donne un autre échantillon de solidité et est la première classée au huitième

Les « Azzurra » étaient bien supérieures et ont battu la Suisse 3-0 pour ajouter leur deuxième victoire dans le même nombre de matchs dans l’édition actuelle de l’Eurocup. Ceux dirigés par Roberto Mancini ont assuré leur place parmi les 16 meilleures équipes du tournoi. De plus, le Pays de Galles et la Russie ont gagné et restent dans la course à la qualification.

Si sur le papier il ne figurait pas parmi les favoris des experts pour ce Championnat d’Europe, l’Italie commence à faire parler. A force de bonnes performances et de plusieurs temps forts au niveau individuel, l »Azzurra’ est devenue la première classée en huitièmes de finale de l’Euro 2020.

Historiquement, l’équipe alpine a mieux fait d’arriver aux grands tournois en silence, loin de la loupe des experts. Les frustrations récentes – notamment l’échec à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie – avaient placé l’Italie dans un rôle mineur, par rapport à d’autres équipes puissantes en Europe aujourd’hui.

Pourtant, en deux matchs, la formation de Roberto Mancini a montré de solides arguments pour s’exciter. Loin du traditionnel ‘catenaccio’ auquel les équipes italiennes sélectionnées sont généralement associées – parfois injustement -, cette équipe a fait preuve d’un jeu attrayant, avec la circulation du ballon comme clé.

Bien entendu, le style promu par Mancini n’a pas non plus renoncé à l’aspect défensif, domaine dans lequel l’Italie conserve sa solidité habituelle.La conclusion de cette formule ? L’Azzurra compte 10 victoires consécutives et sans encaisser de but.

Au stade olympique de Rome, pour la deuxième date du groupe A de l’Eurocup, l’Italie a fait ressortir sa nouvelle image avec une solide victoire 3-0 contre la Suisse toujours inconfortable, qui a vu ses plans rapidement désarmés face à la supériorité de leur rival.

Cette nouvelle Italie est soutenue par une opération commune qui responsabilise ses acteurs. La structure va de l’arc défendu par Gianluigi Donnarumma; un arrière central connu par cœur avec le duo Leonardo Bonucci-Giorgio Chiellini ; un « cerveau » au centre du terrain avec Jorginho, pièce maîtresse de Chelsea champion de la dernière Ligue des champions ; deux extrêmes déséquilibrés avec Domenico Berardi et Leonardo Spinazzola ; et un buteur comme Ciro Immobile, une belle contribution à l’équipe même s’il lui est parfois difficile de se convertir avec l’équipe nationale.

Avec leurs arguments, les ‘Azzurra’ ont démantelé l’idée initiale de la Suisse, qui a tenté de faire pression au départ. Propriétaire de possession du ballon, l’Italie a fini par enfermer l’équipe suisse et a perturbé le but de Yann Sommer d’entrée.

Chiellini a même réussi à se convertir après 19 minutes de jeu, mais son cri a été étouffé après que le VAR l’a annulé par une touche avec la main sur le jeu. Et bien que le capitaine se soit retiré blessé quelques minutes plus tard, l’Italie a maintenu sa fermeté et a trouvé le but bien mérité à la 26e minute, après une excellente triangulation entre Berardi et Manuel Locatelli, qui a défini en entrant dans le centre de la surface.

L’Italie a pardonné à quelques reprises en première mi-temps, mais a commencé à définir le procès au début du complément. A la 52e minute, Locatelli contrôlait dans le but de la surface et prenait un pied gauche impossible pour Sommer.

Ce deuxième but a laissé la Suisse sans réponse, qui aurait pu perdre pour un résultat encore plus important. L’Italie a manqué de précision dans les derniers mètres et n’a trouvé le troisième et dernier but du match qu’à une minute de la fin, avec un missile de l’extérieur de la zone Immobile.

Six points, six buts pour, aucun contre. C’est le bilan des deux premières présentations de l’Italie dans le groupe A, qui se clôtureront par un autre bon test contre le Pays de Galles, dimanche 20 juin prochain.

Le Pays de Galles l’emporte contre une Turquie floue et est à portée du huitième

Dans l’autre match du groupe A, le Pays de Galles a remporté sa première victoire dans l’édition en cours de l’Eurocup. Ils l’ont fait avec justice 2-0 contre la Turquie, une équipe qui est entrée dans le tournoi comme l’une des révélations possibles, mais qui est désormais plus proche de l’élimination.

Le stade olympique de Bakou, en Azerbaïdjan, s’est presque entièrement tourné en faveur de la Turquie. Les supporters turcs qui ont déménagé dans le pays voisin ont été rejoints par des supporters locaux, qui ont arboré des drapeaux des deux pays, signe du lien fort entre les deux peuples. Cependant, ceux menés par Şenol Güneş n’ont pas profité de cette atmosphère favorable et ont signé une nouvelle performance peu convaincante.

Le Pays de Galles, mené par Gareth Bale, s’est montré plus dangereux en première mi-temps, profitant des fissures de la dernière ligne turque, qu’il a tenté de réduire en avant, mais a souffert de sa propre négligence. C’est ainsi qu’Aaron Ramsey en a profité pour se retrouver face à face avec le gardien Uğurcan Çakir à trois reprises : le gardien l’a emporté au premier, le milieu de terrain a échoué au deuxième, mais le but est venu à la troisième occasion, lorsque l’homme de la Juventus a contrôlé avec la poitrine une superbe passe longue de Bale et définie avec sa jambe droite à la 42e minute.

La Turquie est sortie en seconde période avec des changements qui ont tenté de donner à l’équipe un sens plus offensif mais ont fini par la déséquilibrer, avec peu de récupération au milieu de terrain. Sans être un barrage, le Pays de Galles a créé des situations et aurait pu terminer le match avec un penalty que Bale a envoyé dans les nuages ​​à la 61e minute.

À court d’idées, la Turquie a chargé dans la zone de Danny Ward, qui a répondu aux quelques options de danger générées par le rival. Et à la mort du match, Bale a organisé un excellent jeu contre la ligne de fond et a permis à Connor Roberts, qui a défini de le condamner 2-0.

Avec 4 points, le Pays de Galles a un pied et demi en huitièmes de finale, d’autant plus que les quatre meilleurs tiers accèdent à ce stade. La Turquie, quant à elle, jouera son dernier jeton contre la Suisse (qui compte un point) le dimanche 20 juin.

La Russie se remet de ses débuts ratés pour battre de justesse la Finlande

Après avoir subi un coup dur lors de ses débuts contre la Belgique (0-3), la Russie a inscrit ses premiers points dans le groupe B de l’Eurocup. Même s’il ne l’a pas fait de manière confortable : c’était un 1-0 serré contre la Finlande, qui a fait des mérites pour prendre quelque chose de plus.

Devant 24 000 spectateurs au stade Krestovski de Saint-Pétersbourg, ceux menés par Stanislav Cherchesov ont surmonté le choc initial d’un but refusé contre Joel Pohjanpalo en raison d’un hors-jeu fin et ont assiégé le but finlandais.

Le jeu a connu un développement changeant : la Russie est passée d’avoir des chances évidentes de marquer à souffrir derrière le dos de sa défense avant. Au-dessus, les locaux ont subi la perte sensible de Mario Fernandes, qui a été remplacé à la 26e minute, après une chute en arrière. L’arrière latéral historique brésilien-russe a été transporté à l’hôpital, où il a été révélé qu’il n’avait subi aucune blessure à la colonne vertébrale.

Le soulagement local est venu à la fin de la première moitié. Aleksei Miranchuk a construit un bon mur avec Artem Dzyuba, accroché contre un défenseur et placé un tir du pied gauche dans le coin pour le 1-0.

Aleksei Miranchuk célèbre après avoir marqué le but vainqueur de la Russie contre la Finlande à Saint-Pétersbourg le 16 juin 2021.
Aleksei Miranchuk célèbre après avoir marqué le but vainqueur de la Russie contre la Finlande à Saint-Pétersbourg le 16 juin 2021. © Kirill Kudryavtsev / Piscine / AFP

En seconde période, la Finlande a pris l’initiative et a eu quelques occasions d’égaliser. Dans la même mesure, la Russie avait des options pour liquider une contre-attaque. La dynamique s’est estompée et, vers la fin, l’équipe de Cherchesov a fait le pari de ralentir le jeu et de profiter du manque d’idées de l’offensive finlandaise.

Avec juste assez, la Russie a obtenu trois points qui lui permettent de continuer à rêver de se qualifier. Un scénario similaire pour la Finlande, qui a débuté dans un tournoi majeur avec une victoire 1-0 contre le Danemark. En attendant le duel restant de la deuxième date du groupe B, qui se jouera ce jeudi, les deux équipes visent déjà la dernière journée du lundi 21 juin : la Finlande devra ajouter contre la puissante Belgique et la Russie s’affronteront en un duel décisif avec le Danemark.

gestioninclusive@gmail.com