La France

La France annonce la capture au Sahel d’un haut commandement de l’Etat islamique au Grand Sahara

MADRID, 17 juin (EUROPA PRESS) –

Les forces armées françaises ont signalé la capture au Sahel de « l’un des membres de haut rang » du groupe djihadiste État islamique dans le Grand Sahara (EIGS) Dadi Ould Chouaib, plus connu sous le nom d’Abou Dardar.

A travers leur profil Twitter, ils ont indiqué ce mercredi qu’Abou Dardar avait été arrêté dans le cadre d’une opération conjointe d’une patrouille « Barkhane » avec les Forces armées nigériennes le 11 juin dans la région du Liptako, entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, le principal épicentre de l’activité djihadiste.

Selon les autorités françaises, rapporte le média ‘Le Télégramme’, Dardar, qui était l’un des leaders du Mouvement pour l’unité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), est « soupçonné d’avoir mutilé trois hommes le 2 mai lors de l’hebdomadaire marché de Tin Hama » dans le nord du Mali.

Par ailleurs, les autorités ont souligné qu’il a été détenu « sans résistance » et qu’il portait « une arme automatique, un télescope de vision nocturne, une veste de combat, un téléphone et une radio ».

Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé la semaine dernière une « transformation en profondeur » de la présence militaire de Paris au Sahel, qui passe aussi par la fin imminente de l’opération « Barkhane », lancée en 2014 et pilier fondamental des Français. stratégique dans une région marquée ces dernières années par une insécurité croissante.

Après cela, la ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré que les autorités « ne changent pas l’objectif, qui restera la lutte contre le terrorisme », avant de souligner que « l’ennemi s’adapte sans s’arrêter aux modèles opérationnels et d’action des militaires qui sont sur le terrain, il est donc important de les changer pour varier leurs effets. »

Le Mali et d’autres pays du Sahel ont enregistré ces dernières années un nombre croissant d’attaques djihadistes de la part de la filiale d’Al-Qaïda dans la région et de l’État islamique, qui ont également accru les violences intercommunautaires et provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

gestioninclusive@gmail.com