Première modification: Dernière modification:

Sur l'étape la plus plate mais venteuse du Tour, le sprinter Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) a remporté le sprint devant Caleb Ewan et Peter Sagan. Ainsi, l'Irlandais retrouve le maillot vert du classement par points. Au général, il n'y a pas eu de changement: Primoz Roglic garde le maillot jaune.

Une étape 10 disputée au niveau de la mer sans aucun prix montagne. Sur le papier, cette fraction de 168,5 km entre les îles d'Oléron et de Ré aurait pu être considérée comme facile. Mais ce serait oublier qu'aucune étape n'est facile dans le Tour de France.

Courir sur la côte atlantique française est exposé au vent et aux écarts que cela peut générer, comme c'est le cas pour les ascensions. Et dans le peloton, il y a des experts qui savent profiter du vent pour blesser leurs rivaux. L'équipe Deceuninck-Quick Step de Sam Bennett est spécialiste en la matière: ils savent créer les coupes dans le peloton et assembler un train pour placer leur sprinter dans la meilleure position à la fin.

La revanche de Bennett sur Ewan

Sam Bennett, qui jusqu'à présent cumulait les places d'honneur sur ce Tour (il était quatrième, deuxième et troisième), a pris sa revanche sur Caleb Ewan, qui l'avait surpassé sur la ligne de la troisième étape. Aujourd'hui l'Irlandais, parfaitement lancé par son coéquipier Michael Morkov, a battu Caleb Ewan (Lotto-Soudal) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe).

Après cette victoire, Sam Bennett retrouve le maillot vert de leader du classement par points avec 196 d'entre eux. Peter Sagan, qui avant cette étape avait sept points d'avance sur Bennett, est désormais deuxième à 21 points de l'Irlandais. Sagan, qui n'a pas encore remporté d'étape cette année, se battra à Paris pour remporter à nouveau ce maillot vert.

Le vent: allié stratégique ou ennemi?

Comme à l'étape 7, l'équipe des Ineos Grenadiers, accompagnée du Deceuninck-Quick Step, a tenté de profiter du vent pour créer un éventail et nuire à ses rivaux. Ils ont réussi à couper le peloton en plusieurs groupes mais, contrairement à l'étape 7, aucun favori général n'est tombé dans le piège.

Il n'y a pas eu de changement dans le classement général. Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) continue de mener devant Egan Bernal à 21 secondes. Le Colombien de 23 ans est toujours le meilleur jeune homme.

Le Français Guillaume Martin, bien qu'ayant subi une chute à 64 km de la ligne d'arrivée, a pu rejoindre le peloton principal; il est toujours troisième, 28 secondes derrière Roglic. Tadej Pogacar, neuvième au général et qui a également subi une chute dans le même temps, a également pu rattraper le groupe de favoris.

Cinq cas positifs de Covid-10 sur le Tour, aucun coureur

Avant le départ d'aujourd'hui, l'organisation a communiqué les résultats des 650 tests PCR qui ont été réalisés entre dimanche et lundi. Tous les coureurs et membres de l'équipe ont été soumis à ces tests Covid-19 et aucun cycliste n'a été testé positif, mais quatre cas de contagion ont été détectés chez les compagnons de quatre équipes différentes: Ineos-Grenadier, Mitchelton-Scott, Cofidis et AG2R- La Mondiale. En cas de deuxième cas positif dans les sept jours suivants, ces équipes doivent abandonner complètement la compétition.

Un cinquième cas positif a été identifié et il n'est autre que Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France. L'exécutif devra s'isoler de la course pendant une semaine. François Lemarchand le remplace au poste.

Pour la onzième étape de demain, les coureurs quitteront Châtelaillon-Plage et arriveront à Poitiers, après avoir parcouru 167,5 km. Un nouveau profil plat et animé uniquement par un prix de montagne de quatrième catégorie. Les sprinteurs espèrent contester la victoire d'étape.

Poitiers sera l'une des dernières opportunités pour les emballeurs jusqu'à leur arrivée à Paris dans deux semaines.

Notre guide de TDF 2020.
Notre guide de TDF 2020. © France 24