Sport

Podium complet, record olympique et marque de légende

Pour la deuxième fois dans l’histoire des Jeux Olympiques, trois drapeaux identiques sont hissés au 100 mètres féminin, grâce à Elaine Thompson-Herah, Shelly-Ann Fraser-Pryce et Shericka Jackson. La finale s’est terminée par le deuxième meilleur temps de l’histoire et l’île a commencé à rêver du 4×100.

Les premiers Jeux Olympiques de l’ère post-Usain Bolt n’ont pas cessé d’avoir la Jamaïque comme grand protagoniste de la vitesse. Elaine Thompson-Herah a montré qu’elle n’était pas prête à lâcher l’or qu’elle défendait depuis Rio 2016, même si les marques de son partenaire Fraser-Pryce lui ont mis le tag favori.

Pocket Rocket, comme Fraser-Pryce est connue pour sa taille de seulement 1,52 m, se profilait à Tokyo 2020 en tant que deuxième femme la plus rapide de tous les temps, avec les 10,63 qu’elle a marqués lors de la série Olympic Destiny de Kingston en juin, un record seulement dépassé par le record du monde de Florence Griffith-Joyner de 10,49, et par un Américain de 10,61 et 10,62 en route vers l’or depuis Séoul ’88.

Au premier tour, la plus rapide était l’Ivoirienne Marie-Josée TaLou, qui était présente sur le podium des Coupes du monde de Londres 2017 et 2019, avec un 10,78 qui égalait le record d’Afrique.

A cette époque, il n’y avait toujours pas de pari ouvert sur Shericka Jackson, une Avis rares en raison de sa capacité à performer à la fois dans les 100 mètres et dans les 400 mètres, deux distances qui ne sont généralement pas compatibles. En fait, il a été médaillé de bronze pour le tour complet à Rio 2016 et aux Coupes du monde de Pékin 2015 et Doha 2019.

En demi-finale, TaLou a établi le même 10,79 que Jackson, le troisième temps le plus rapide, mais en finale, il n’a rien pu faire devant le rythme écrasant des Jamaïcains, dont deux (Thompson-Herah et Jackson) ont établi des records personnels.

Le 10,61 de Thompson-Herah, un athlète qui a failli manquer les Jeux olympiques avec une blessure au tendon d’Achille, est devenu un record olympique et a égalé le deuxième meilleur record de tous les temps, tandis que Fraser-Pryce est devenu le premier athlète de l’histoire à remporter quatre médailles olympiques en le 100 mètres (or à Pékin 2008 et Londres 2012, bronze à Rio 2016 et argent à Tokyo 2020).

C’est la deuxième fois de l’histoire que la Jamaïque monte sur le podium de l’hectomètre féminin. À l’autre occasion, Fraser-Pryce a remporté l’or à Pékin 2008 avec 10,78, tandis que Sherone Simpson et Kerrone Stewart ont partagé l’argent avec 10,98 qui n’ont pas pu faire l’objet d’un bris d’égalité même dans la revue photofinish. .

C’est, en outre, la quatrième médaille d’or consécutive pour la Jamaïque dans cette épreuve, et un résultat qui élève le butin de l’île au 100 mètres olympiques féminin à des chiffres étonnants : quatre d’or, six d’argent et six de bronze récoltés à Los Angeles ’84 .

C’est la troisième fois que la Jamaïque a peint un podium complet en vert, jaune et noir aux Jeux Olympiques, car à Londres 2012, Usain Bolt, Yohan Blake et Warren Weir l’ont fait au 200 mètres.

Mais l’île du reggae en veut plus, car Thompson-Herah va désormais entamer la défense de son titre sur 200 mètres et la table est mise pour qu’elle se combine avec ses compagnes de podium et Briana Williams (double championne du monde junior en 2018) dans le He se bat pour un 4×100 d’or qui ne s’est pas produit depuis Athènes 2004.