Culture

L’industrie cinématographique gaspilleuse prend un virage éco-responsable à Cannes

Avec la promesse de se mettre au vert cette année et de changer son image de consommateur, le Festival de Cannes a inclus une liste de films sur les questions environnementales et a même taillé son célèbre tapis rouge, alors qu’il restait suffisamment de tissu cramoisi pour accueillir le célèbre casting de lundi soir. Le film de Wes Anderson ‘The French Dispatch’.

Pour les grands cinéphiles, Cannes est avant tout une épreuve d’endurance : s’asseoir et regarder – et parfois somnoler – trois, quatre, cinq films par jour (et puis parfois écrire à leur sujet). C’est aussi une course effrénée entre les dépistages, les scans des justificatifs de vaccination et des certificats, les détecteurs de métaux et les inspections méticuleuses des sacs à main.

Cette année, l’offre cinématographique est si abondante que les critiques seront au bord de l’overdose du grand écran.

Après l’échec de Covid-19 l’an dernier, les organisateurs du festival ont organisé les 11 jours de manne cinématographique avec suffisamment de matériel pour faire face à la prochaine pandémie. Il y a 24 films en sélection officielle et cinq fois plus dans les multiples compétitions et projections parallèles, peut-être pour pallier le manque de soirées.

La rafale de films peut parfois prendre des tonalités et des rebondissements thématiques inhabituels, comme commencer un lundi matin à 8 heures du matin avec le ‘Babi Yar’ envoûtant. Context’ de Sergei Loznitsa, consacré à l’un des plus grands massacres de la Shoah, et pour clore la journée dans un transat lors de la projection de ‘Fast & Furious 9’, au ‘Cinéma de la Plage’ de Cannes.

Entre les deux, deux des films les plus attendus de cette année ont donné une tournure à la compétition pour la Palme d’Or. L’iconoclaste russe Kirill Serebrenikov a présenté ‘Petrov’s Flu’, un voyage nocturne surréaliste à travers un paysage urbain post-soviétique Moscou lui a de nouveau interdit d’assister au festival). Et Wes Anderson a présenté son ode tant attendue à la presse écrite avec « The French Dispatch », mettant en vedette Bill Murray, Tilda Swinton, Timothée Chalamet, Adrian Brody, Willem Dafoe et tous les autres acteurs que vous vous attendriez à voir dans un film de Wes Anderson. .

De gauche à droite : Tilda Swinton, Bill Murray et Benicio del Toro sur le tapis rouge pour
De gauche à droite : Tilda Swinton, Bill Murray et Benicio del Toro sur le tapis rouge pour « The French Dispatch » de Wes Anderson. © Mehdi Chebil

Avec son défilé de célébrités, le film a été d’emblée l’un des temps forts du festival pour tous les grands photographes de tapis rouge, même si la Française Léa Seydoux – déclarée « reine » de Cannes cette année avec quatre films au festival – n’y a pas assisté après avoir été testée positive. pour le Covid-19.

« Nous avons besoin d’une planète »

Deux films d’un nouveau segment sur le changement climatique ont également été projetés lundi soir, dans le cadre des efforts de Cannes pour mettre l’urgence environnementale au cœur de ses préoccupations au lendemain de la pandémie. Parmi ceux-ci figurait « Invisible Demons » de Rahul Jain, un portrait inquiétant de la pollution catastrophique qui ruine la ville natale du réalisateur, New Delhi.

S’adressant à France 24 avant la sortie du film, Jain a déclaré qu’il était temps que les grands festivals de cinéma s’attaquent de front à ces problèmes.

« Pour toutes les histoires, toutes les guerres et tous les traités de paix, toutes les sagas romantiques et sportives, nous avons besoin d’une planète », a-t-il déclaré. «Je suis donc vraiment content que cela se produise enfin. Tout le monde et toute personne en position de pouvoir et de diffusion culturelle devraient en tenir compte ».

Rahul Jain, réalisateur indien et figure clé de l'industrie de Bollywood, se moque des restrictions de Covid-19 en parcourant le tapis rouge avec un respirateur inhabituel.
Rahul Jain, réalisateur indien et figure clé de l’industrie de Bollywood, se moque des restrictions de Covid-19 en parcourant le tapis rouge avec un respirateur inhabituel. © Mehdi Chebil

Parmi les autres films inclus dans la nouvelle section, citons « I Am So Sorry » de China Zhao Liang, sur les dangers de l’énergie nucléaire, et « Above Water » de l’actrice française d’origine sénégalaise Aïssa Maïga, qui traite de l’impact du réchauffement climatique sur le Niger.

« Le cinéma a un impact sur notre imaginaire, sur nos liens sociaux et même parfois sur la politique », déclarait Maïga à France 24 il y a quelques jours lors du festival. « Et en ce qui concerne le réchauffement climatique, je pense que c’est une merveilleuse façon de se connecter avec le public à l’échelle mondiale, et c’est une merveilleuse façon de donner une voix à ceux qui ne l’ont pas. »

Un tapis rouge écologique

Parallèlement à la nouvelle programmation, les organisateurs cannois ont annoncé un plan d’action environnemental pour réduire les déchets et réduire l’empreinte carbone de l’événement.

Se mettre au vert, c’est effectuer un délicat numéro de jonglage pour un festival soucieux de ne pas gâcher ses célébrations. Cannes sait que le glamour est aussi important que les films. L’événement s’appuie fortement sur des célébrités venues du monde entier et sur des célébrations qui ont tendance à générer des montagnes de déchets.

Il y a quelques années, une vidéo virale postée par un plongeur local révélait une quantité de débris sur les fonds marins, à quelques mètres seulement des plages de Cannes. Comme l’a souligné un journaliste après une inspection minutieuse, la poubelle comprenait les dossiers de presse de « Grace of Monaco », le film qui a ouvert le festival en 2014.

Bien qu’il soit le summum de l’immense cirque mondial des festivals et des fêtes, le Festival de Cannes a longtemps été un aléa écologique. En fait, il a pris du retard sur d’autres événements, comme la Berlinale, qui a récemment mis en place l’utilisation de tapis rouges fabriqués à partir de filets de pêche recyclés.

Le tapis rouge de Cannes de cette année sera deux fois moins grand que celui vu pour la dernière fois en 2019.
Le tapis rouge de Cannes de cette année sera deux fois moins grand que celui vu pour la dernière fois en 2019. Alberto PIZZOLI AFP

Pour compenser, cette année Cannes a divisé par deux le volume de son célèbre tapis rouge et l’a fabriqué à partir de matériaux recyclés, au lieu du PVC habituel. Il a également interdit l’utilisation de bouteilles en plastique, déployé une flotte de voitures électriques et institué une contribution de 20 euros de chaque participant pour compenser son empreinte carbone.

« Motivé par l’espoir »

Des actions similaires devraient être menées dans l’industrie cinématographique, a déclaré dimanche à la presse l’écrivain et réalisatrice française Flore Vasseur lors d’une conférence de presse au Palais des Festivals, qui a réuni des documentaristes et des militants écologistes.

« Cette industrie n’a pas une excellente feuille de route dans ce domaine », a déclaré Vasseur. « Nous sommes tous sur une courbe d’apprentissage, nous cherchons des solutions. »

Produit par Marion Cotillard, le documentaire de Vassseur « Plus grand que nous » suit la militante adolescente indonésienne Melati Wijsen alors qu’elle parcourt le monde pour rencontrer d’autres jeunes qui mènent le combat pour le climat et la justice sociale. Vasseur a déclaré que les jeunes militants ont fait pression sur son équipe pour qu’elle prenne des mesures telles que le retrait du plastique pendant le tournage.

N’oubliez pas que nous sommes tous dans le même bateau, et que (…) ensemble nous pouvons changer les choses

Lors d’une conversation avec France 24 la semaine dernière, Wijsen a exhorté les jeunes du monde entier à ne pas « sous-estimer » leur capacité à se mobiliser et à créer un changement significatif.

« Si vous voulez commencer à jouer, faites vos devoirs, faites vos recherches : sachez ce qui est local pour vous, ce qui se passe, ce qui ne se passe pas, et comprenez où vous pouvez jouer un rôle important », a-t-il déclaré. « Rappelez-vous que nous sommes tous dans le coup, et que (…) ensemble nous pouvons faire un changement. »

De jeunes militants sont également au cœur de « Animal » de Cyril Dion, avec la Britannique Bella Lack, 18 ans, aux côtés de la pionnière de la protection animale Jane Goodall.

« Les gens pensent que tous les jeunes sont terrifiés et motivés par la peur (…). En fait, je suis motivé par l’espoir et l’imagination », a déclaré Lack lors de la conférence de presse de dimanche. « C’est ainsi que l’industrie du cinéma et Cannes peuvent agir : comme un véhicule pour catalyser l’imaginaire des adultes. »

Cet article a été adapté de son original en anglais