La France

La France fixe ses élections présidentielles aux 10 et 24 avril

Ce 13 juillet, la France a annoncé qu’elle organiserait le premier tour de ses élections présidentielles le 10 avril et le second le 24 avril 2022. En revanche, les élections législatives se dérouleront entre le 12 et le 19 juin de la même année.

La France a déjà une date pour ses prochaines élections présidentielles. C’est ce qu’a annoncé mardi 13 juillet le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, qui a donné le scoop après que le Conseil des ministres a défini les dates après avoir discuté des possibilités avec d’autres forces politiques.

Le premier tour des élections aura lieu le 10 avril 2022, tandis que le second aura lieu deux semaines plus tard, le 24 du même mois ; après quoi l’identité du nouveau ou du nouveau dirigeant du pays sera connue.

Afin de compenser le décalage horaire, dans le cas des territoires français d’outre-mer comme les îles de la Martinique et de la Guadeloupe ou la Guyane française, les citoyens sont appelés aux urnes un jour plus tôt.

Le ministre français de l’Intérieur, Geráld Darmanin, dont le ministère est chargé de la préparation et de l’organisation des élections, a également été chargé de faire en sorte que les différentes forces politiques parviennent à un accord sur les dates.

Les autres options envisagées étaient le 17 avril, qui tombe le dimanche de Pâques 2022, et le 1er mai pour le second tour, un jour férié en France pour la fête du Travail. La crainte de la réduction de la participation due aux vacances a conduit le gouvernement à tirer une autre conclusion. Une crainte fondée par l’abstention record de plus de 60% lors de l’appel électoral en juin dernier pour définir les dirigeants régionaux.

Le prochain rendez-vous électoral des Français sera de se prononcer sur la composition de l’Assemblée nationale, élections prévues entre le 12 et le 19 juin, au premier et au deuxième tour respectivement.

A l’occasion des cyberattaques, de plus en plus récurrentes dans le monde, Attal a annoncé que le gouvernement Macron allait signer un décret pour créer un service de surveillance qui protège le système électoral numérisé contre toute menace.

« Les tentatives de déstabilisation numérique sont graves et doivent être traitées avec la plus grande attention, notamment en année électorale », a déclaré Attal en annonçant la décision du Conseil des ministres.

Macron et Le Pen, les principaux candidats

Bien qu’il n’y ait toujours pas de candidats officiels pour la prochaine présidentielle, les sondages indiquent qu’Emmanuel Macron affronterait la leader d’extrême droite Marine Le Pen avec le Groupe national.

Attal a indiqué que ceux qui souhaitent participer à la course pourront le faire début 2022, après avoir suivi le processus de parrainage.

« La période de collecte des 500 parrainages débutera au lendemain de la publication du décret de convocation des électeurs, qui sera lancé début 2022 », a indiqué le porte-parole Attal à propos des élections.

Le résultat de celles-ci marquera deux issues possibles pour l’actuel président Emmanuel Macron : la fin de son mandat après cinq ans, après avoir été élu le 7 mai 2017 et pris ses fonctions le 14 mai, ou sa réélection au pouvoir.

Avec l’EFE et l’AFP