Economie

L’Europe pourrait-elle vivre sans gaz russe ?

Bien que le gaz naturel ait repris son débit jeudi après la fermeture du gazoduc principal, Nord Stream 1, pendant 10 jours pour maintenance, l’Europe aura du mal à garder les maisons au chaud et l’industrie en marche cet hiver.

Un approvisionnement incertain. La Russie a réduit les quantités de gaz naturel que l’Europe utilise pour alimenter les usines, produire de l’électricité et chauffer les maisons en hiver, et le président russe Vladimir Poutine a décidé cette semaine de réduire davantage le débit, invoquant des problèmes techniques.

Avant les réparations annuelles, les débits passant par Nord Stream 1 avaient été réduits de 60 % et devaient rester bien en deçà de la pleine capacité du gazoduc. Ils sont actuellement autour de 40 %. L’Occident craignait que le pipeline ne soit pas rouvert du tout, affirmant que Poutine utilise l’énergie pour exercer une pression politique dans sa confrontation avec l’Union européenne au sujet de la guerre en Ukraine.

Mais la coupure vient d’avant l’invasion. La Russie ne vendait pas de gaz sur le marché au comptant de sitôt et après que l’UE a imposé des sanctions aux banques et aux entreprises russes, Moscou a coupé le gaz à six pays et coupé l’approvisionnement de six autres.

Par exemple, les flux vers l’Allemagne, la plus grande économie de l’UE, ont chuté des deux tiers, la Russie blâmant une partie qui a été envoyée au Canada pour l’entretien et non retournée en raison des sanctions. L’Europe nie l’accusation, la qualifiant de manœuvre politique pour créer de l’incertitude et faire grimper les prix de l’énergie.

L’inquiétude concernant le gaz tourne autour de l’arrivée de l’hiver, lorsque la demande augmente et que les services publics puisent dans leurs réserves pour garder les maisons au chaud et les centrales électriques en marche.

Les réserves de gaz de l’Europe ne sont actuellement remplies qu’à 65 %, contre un objectif de 80 % d’ici le 1er novembre. L’Europe aurait besoin d’économiser 12 milliards de mètres cubes de gaz, soit l’équivalent de 120 méthaniers, pour remplir ses niveaux de stockage en hiver.

Que peut faire l’Europe ?

Pour l’instant, le bloc s’est réfugié dans le gaz naturel liquéfié plus cher qui arrive par bateau des États-Unis et du Qatar.

Cette semaine encore, les craintes d’une coupure du gaz russe ont incité l’Union européenne à exhorter les États membres à réduire volontairement leur consommation de gaz de 15 % au cours des prochains mois. La Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, cherchera à obtenir le pouvoir d’imposer des coupes obligatoires dans tout le bloc en cas de risque de graves pénuries de gaz.

La recherche d’approvisionnements alternatifs s’intensifie. Les dirigeants de l’Italie, de la France et de l’Union européenne ont conclu des accords avec leurs homologues de l’Algérie, de l’Azerbaïdjan et des Émirats arabes unis.

De combien a baissé le flux de gaz russe en Europe ?

Après que l’Occident a imposé des sanctions aux banques et aux entreprises russes, Moscou a coupé le gaz à six pays et coupé l’approvisionnement de six autres. Les flux vers l’Allemagne ont chuté des deux tiers, la Russie blâmant une partie qui a été envoyée au Canada pour maintenance et non renvoyée en raison des sanctions.

La Russie a fourni 40 % du gaz naturel de l’Europe. Mais le chiffre est tombé à 15%, faisant monter les prix en flèche et mettant les industries à forte intensité énergétique dans une impasse. Bien que le continent puisse recourir au charbon et à d’autres sources d’énergie pour remplacer le gaz russe, une étape que le vieux continent a évitée jusqu’à présent.

L’Agence internationale de l’énergie a recommandé que le bloc intensifie les campagnes pour que les gens conservent chez eux et se préparent à partager le gaz en cas d’urgence.

avec AP