La France

Les travaux de la Voie française entre O Tangueiro et San Lázaro achevés à 92%, qui seront prêts en avril

Le ministre régional de l’Infrastructure regrette la gêne occasionnée aux habitants de Conxo, mais estime que son «Obradoiro miniplaza» «en vaudra la peine»

SANTIAGO DE COMPOSTELA, 24 février (EUROPA PRESS) –

Les travaux d’amélioration et d’intégration paysagère de la Voie française entre O Tangueiro et San Lázaro, aux portes de la ville, sont achevés à 92% et seront achevés en avril, faute de « petites actions », comme cela a été avancé. le ministre régional des infrastructures, Ethel Vázquez.

Le chef de l’infrastructure a visité ce mercredi avec le premier vice-président de la Xunta les travaux à proximité de Monte do Gozo, à près d’un kilomètre dans lequel l’investissement s’est situé à un peu moins de 1 million d’euros.

Comme il l’a expliqué, le développement de cette intervention, qui comprend «une passerelle unique» pour sauver les voies ferrées, a été «conditionné» par la pandémie de covid et par les conditions météorologiques.

Cependant, il a estimé qu’il s’agissait d’un projet « ambitieux » qui implique « une transformation » de la zone « pour gagner de l’espace » pour les pèlerins et les résidents. « Nous travaillons pour réactiver Santiago avec un tourisme sûr », a-t-il affirmé.

Auparavant, le directeur des travaux expliquait que la solution pour sauver les pistes était « préfabriquée » et que les pièces étaient assemblées « dans un temps rapide », tout en soulignant également la solution « complexe » qui a été utilisée pour le rond-point qui se trouvait en contrebas.

CONX

De son côté, interrogée sur les actions à Conxo auprès de l’hôpital psychiatrique et les plaintes des voisins, Ethel Vázquez a regretté la gêne occasionnée.

Le conseiller a rapporté que le conseil a demandé à l’entreprise « de minimiser le bruit » de la taille de la pierre et a ajouté que, dans tous les cas, il estime que le résultat avec une « miniplaza del Obradoiro » vaudra la peine dans ce quartier de Santiago, car ce qui reste « déjà très peu de temps ». « Tailler la pierre sans faire de bruit je dirais que c’est pratiquement impossible », a confirmé.

gestioninclusive@gmail.com