Economie

Les grandes compagnies pétrolières multiplient leurs profits au deuxième trimestre 2022

Avec la guerre en Ukraine et la pénurie de pétrole et de gaz, les revenus des compagnies pétrolières multinationales ont grimpé en flèche au deuxième trimestre de l’année. Pendant ce temps, en Amérique latine, bien que certains pays soient de grands producteurs de pétrole, leurs citoyens continuent de dépenser une grande partie de leur salaire pour remplir les réservoirs de leurs véhicules avec du carburant.

S’il y a bien un secteur productif qui a bénéficié économiquement de la guerre en Ukraine, c’est bien le secteur pétrolier. Au deuxième trimestre 2022, les grandes entreprises ont nagé dans les bénéfices et les revenus, un tableau qui contraste avec les premiers jours de 2020 lorsque ces mêmes entreprises ont été durement touchées par la pandémie de Covid-19.

Au pire moment de la crise sanitaire, en raison du confinement dans plusieurs villes, la demande mondiale de carburant s’est raréfiée et le prix du pétrole est devenu négatif. Mais maintenant, il est de retour -avec un bang- sur le chemin de la croissance.

Les bénéfices du britannique Shell, au deuxième trimestre de l’année, ont presque quadruplé avec une augmentation de 280 % par rapport à la même période de 2021. Son revenu total a augmenté de 426 % au cours des trois mois se terminant en juin.

Pour les sociétés américaines Chevron et ExxonMobil, le scénario était très similaire, avec des bénéfices en hausse de 270 % et 288 %, respectivement. Les revenus du deuxième trimestre ont augmenté de 83 % et de 280 % dans le même ordre.


Les grandes compagnies pétrolières ont triplé et quadruplé leurs bénéfices au deuxième trimestre 2022
Les grandes compagnies pétrolières ont triplé et quadruplé leurs bénéfices au deuxième trimestre 2022 © France 24 en anglais

Pourquoi les carburants ont-ils des prix élevés dans les pays producteurs de pétrole ?

En plus des profits, les prix du carburant continuent d’augmenter et dans plusieurs pays américains, les gens paient des sommes élevées pour faire le plein de leurs véhicules, un effet qui se reflète également dans les prix des produits de première nécessité qui doivent être transportés de son point de production aux grands distributeurs. .

Dans les pays de la région qui sont d’importants producteurs de pétrole, des prix de l’essence historiquement élevés sont signalés, ce qui a conduit plusieurs pays d’Amérique latine à exprimer leur colère lors de manifestations massives ces derniers mois, comme cela s’est produit en Équateur, au Pérou ou lors de la dernière flambée de manifestations en Panama.


On estime qu'au Brésil, un citoyen dépense 33% du salaire minimum pour remplir un réservoir d'essence de 55 litres
On estime qu’au Brésil, un citoyen dépense 33% du salaire minimum pour remplir un réservoir d’essence de 55 litres © France 24 en anglais

Selon les informations de l’agence spécialisée Bloomberg, au Brésil, première économie d’Amérique latine et premier producteur de pétrole de la région, ses citoyens doivent payer au moins un tiers du salaire minimum mensuel pour remplir un réservoir de 55 litres ; au Mexique, celui qui veut fournir son transport avec le même montant doit payer au moins un quart du revenu de base et en Argentine, au Chili et en Colombie jusqu’à 20 %.



Dans une interview accordée à France 24, Julio César Vera, président de la fondation Xua Energy, a déclaré que « la fonction principale de toute compagnie pétrolière est de maximiser les profits de l’exploitation de ces ressources et évidemment cela se fait en vendant le pétrole, ou le carburants qu’elles produisent et raffinent, à leur coût d’opportunité, c’est-à-dire que les entreprises maximisent leurs profits en fonction de cette opportunité qu’elles ont à mettre sur le marché ».

avec AP