Economie

L'eau est désormais négociée à la Bourse de New York, anticipant les problèmes de pénurie

Première modification:

Au moins en Californie, le prix de l'eau fluctuera maintenant, tout comme celui d'autres matières premières telles que l'or, le pétrole ou le blé, après leur entrée sur le marché à terme de Wall Street.

L'Organisation des Nations Unies estime que 2 milliards de personnes vivent dans des pays connaissant de graves problèmes d'accès à l'eau. Il pense également que dans les prochaines années, les deux tiers de la planète pourraient connaître des pénuries de liquidités et des millions de personnes seraient déplacées.

Ces deux statistiques expliquent à elles seules pourquoi l'eau est devenue une marchandise: à cause de la pénurie mondiale imminente. La Californie est un état qui l'habite déjà, pas en vain, le prix de l'eau y a doublé l'année dernière.

L'indice Nasdaq Veles California Water, sous le nom de NQH2O, a commencé à se négocier le lundi 7 décembre 2020 sur le marché à terme sur matières premières de la Bourse de New York.

Cet indice, qui est alimenté par les prix des contrats à terme sur l'eau en Californie, s'échangeait lundi à environ 486,53 $ l'acre-pied, une mesure normalement utilisée aux États-Unis équivalant à 1 233 mètres cubes.

Selon les experts, l'arrivée du marché des matières premières permettra une meilleure gestion du risque futur associé à cet actif, du moins dans les principaux bassins fluviaux de Californie, même si cette valeur peut être utilisée comme référence pour le reste du monde.

Un marché qui ne nécessite pas de livraison physique

Le marché à terme en bourse consiste à accepter d'acheter un bien en une certaine quantité, à une certaine date et à un certain prix, ce qui peut servir à deux fins: assurer sa valeur et ne pas s'exposer à la volatilité au jour le jour ou spéculer.

Ces contrats ne nécessitent pas de livraison physique d'eau, sont purement financiers et sont basés sur le prix hebdomadaire moyen des cinq principaux bassins hydrographiques de Californie jusqu'en 2022. Ceux qui détiennent les contrats, généralement des agents financiers, peuvent les acheter et les vendre.

Selon CME Group, qui est le marché des produits dérivés à Wall Street, les nouveaux contrats permettront une meilleure gestion du risque lié à la pénurie d'eau et une meilleure corrélation entre l'offre et la demande sur les marchés. De cette manière, les agriculteurs, les fonds ou les municipalités pourront se protéger ou spéculer contre les variations de prix.

Par exemple, 40% de l'eau actuellement consommée en Californie est utilisée pour irriguer ses cultures. Les contrats à terme permettraient à un producteur agricole de prévoir à l'avance l'évolution des coûts de l'eau dont il a besoin pour une irrigation à grande échelle. Ils permettraient également à un utilisateur final commercial de convenir d'un prix fixe pour une période déterminée et d'avoir un contrôle plus précis sur ses finances.

Avec l'EFE et les médias locaux

gestioninclusive@gmail.com