Culture

le musée lance une plateforme virtuelle

Le Louvre parisien a inauguré une gigantesque base de données qui permet de consulter gratuitement l’ensemble de ses collections et en plusieurs langues. Ainsi, pour la première fois, une pièce peut être vue en grand format et avec des revues illustrées, qu’elle se trouve dans une pièce, cachée dans des rangements ou dans d’autres institutions.

Admirer les plus belles pièces du musée du Louvre sans sortir de la salle, c’est déjà possible. Le célèbre musée français, le plus visité au monde, a lancé une nouvelle base de données dans laquelle toutes les œuvres de ses collections, exposées ou non, sont accessibles gratuitement via Internet.

« C’est une étape qui a commencé il y a de nombreuses années et qui vise à servir à la fois le grand public et le public des chercheurs. L’accessibilité est au cœur de nos missions », a déclaré le président et directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez.

Cette nouvelle page comprend déjà plus de 482 000 revues largement illustrées, soit l’équivalent des trois quarts des explications sur les collections, remplaçant ainsi l’ancienne base «Atlas», dont la capacité était limitée aux seules œuvres exposées.

Au total, la plateforme Collections.louvre.fr permettra à la fois de se plonger dans des œuvres emblématiques et de se pencher, par exemple, sur des séries archéologiques fragmentaires d’antiquités grecques. Comme l’a souligné Martinez, les amateurs d’art et leurs chercheurs pourront s’informer sur les tournées, par le biais de revues et d’autres outils.

De même, le site contiendra des pièces du musée Delacroix – dépendant du Louvre -, des sculptures du jardin des Tuileries, et des œuvres récupérées en Allemagne depuis 1945 et confiées au musée, en attente d’être restituées à leur propriétaire pillé. En gardant toujours à l’esprit que toute pièce, qu’elle soit en chambre ou en stockage, même sous la protection d’autres institutions et réserves, ou celles stockées dans le nouveau centre ultramoderne de Liévin (Pas de Calais), sera à portée de clic.

Nouvelle page, juste au moment où les visites virtuelles sont en plein essor

A cette plateforme s’ajoute également une nouvelle pour le Louvre, avec une volonté visuelle, une plus grande immersion et une meilleure narration, tant en images qu’en vidéo. Accessible en français, anglais, chinois et, ce qui nous intéresse, espagnol, il a été conçu pour une meilleure utilisation pratique sur tablettes et téléphones portables, puisque les études ont révélé que 60% des consultations se faisaient par ces moyens. Même ainsi, il est également conçu pour les écoliers et tous les touristes étrangers, qui visitent généralement le Louvre avec des billets généraux.

«Il y avait une sorte d’appétit du public pour le récit (sur les œuvres et le musée) auquel nous avons répondu», a expliqué Dominique de Font-Réaulx, directeur de la médiation et de la programmation culturelle, ajoutant que «on lui a donné une grande place pour l’image fixe et animée (pour accompagner ces histoires dans le plus grand musée du monde ».

Malgré la fermeture due à la pandémie de Covid-19, l’année du Louvre a été marquée par une explosion de visites et une consolidation des réseaux sociaux, avec 21 millions de téléspectateurs virtuels sur «louvre.fr» et 10 millions d’abonnés.

Avec l’AFP