Economie

Le Mexique souffre d’une pénurie de gaz naturel et le Venezuela lui offre un «approvisionnement sûr»

Le flux de carburant du Texas vers certaines centrales électriques mexicaines a été limité ces derniers jours en raison des basses températures dans le sud des États-Unis.

« Éteignez vos ampoules. » Cet appel du président mexicain Andrés Manuel López Obrador a été répété cette semaine, au milieu d’une grave pénurie de gaz naturel qui a provoqué de fréquentes coupures de courant.

La rareté de l’offre a son origine dans les gelées qui ont frappé le sud des États-Unis, d’où le Mexique importe une grande partie du gaz naturel qu’il utilise comme combustible pour ses centrales électriques.

Le mardi 16 janvier 2021, le Centre national de contrôle du gaz naturel du Mexique (Cenagas) a déclaré une « alerte critique » en raison du débit limité de carburant.

Le même mardi, le Centre national de maîtrise de l’énergie (Cenace), opérateur du système électrique mexicain, a annoncé des coupures de courant programmées pour le centre et l’ouest du pays après une panne de courant massive qui, lundi précédent, avait touché 4,7 millions d’utilisateurs du Nord. .

La panne de courant a affecté les utilisateurs de Chihuahua, Coahuila, Nuevo León, Tamaulipas, Durango et Zacatecas.

Une promesse difficile à tenir

La deuxième économie d’Amérique latine produit l’essentiel de son énergie à partir du gaz naturel, principalement importé des États-Unis. Mais les expéditions qu’il reçoit des gazoducs du Texas ont chuté d’environ 75% au cours de la semaine dernière, entraînant des milliards de dollars de pertes en raison de pannes d’électricité et de fermetures d’usines.

Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a proposé ce vendredi 19 février que son pays soit un « fournisseur sûr » de gaz pour le Mexique.

« En regardant les plans de production de gaz, nous devrions proposer d’être des fournisseurs de gaz sûrs au Mexique pour son efficacité énergétique », a déclaré Maduro lors d’une réunion au cours de laquelle il a également promis de stimuler l’industrie pétrolière vénézuélienne.

Une offre similaire a reçu la Colombie il y a quelques années. En vertu d’un accord d’échange, ce pays a exporté du gaz naturel vers le Venezuela pendant huit ans, jusqu’en 2015, et à partir du premier de 2016, la vente a dû être annulée. Cependant, à ce jour, le premier pied cube de gaz colombien n’est pas passé au pays voisin.

Avec EFE et Reuters