Sport

Le cycliste Tadej Pogacar a réalisé son deuxième Tour de France consécutif

En moins de dix mois, Tadej Pogacar a remporté son deuxième Tour de France consécutif. A 22 ans, ce Slovène écrit une nouvelle page de l’histoire : aucun coureur n’avait jamais remporté deux fois la Grande Boucle avant ses 23 ans. En revanche, le Danois Jonas Vingegaard et l’Equatorien Richard Carapaz l’accompagnent sur le podium de ce Tour numéro 108 ; tandis que Wout van Aert a remporté la victoire sur les Champs Elysées, sa troisième victoire d’étape de cette édition.

Tadej Pogacar a confirmé que sa spectaculaire victoire sur le Tour 2020, lorsqu’il a renversé Primoz Roglic lors du contre-la-montre à la veille de son arrivée à Paris, n’était pas un hasard. Le coureur UAE Team Emirates a dominé le Tour 2021 sans que personne ne puisse rivaliser.

Il a parcouru les 3 414,4 km en 82h56’36 ». De plus, il remporte le classement des jeunes comme l’an dernier et aussi le maillot de roi du montagnard. Ces trois maillots sont l’une des illustrations de la domination du Slovène sur ce Tour.

L’impression visuelle qu’il a laissée sur les étapes de montagne et dans le contre-la-montre de Laval se reflète dans le décalage horaire par rapport à ses plus proches rivaux. La chute et l’abandon de Primoz Roglic avant l’étape 9 ont éliminé son concurrent le plus dangereux, mais Pogacar a l’air si fort que son triomphe ne peut être diminué par des absences.


Le podium est complété par Vingegaard comme une grande révélation et Carapaz entrant dans l’histoire

Au classement général, Pogacar est suivi par le Danois Jonas Vingegaard (Jumo Visma), qui était à cinq minutes et 20 secondes du champion. Vingegaard a été la grande révélation de ce Tour 2021.

L’Equatorien Richard Carapaz, de l’UAE Team Emirates, monte à la troisième case du podium, à 7’03 » de Pogacar. Il est le premier équatorien et le cinquième latino-américain à se classer parmi les trois premiers de la Grande Boucle après les Colombiens Fabio Parra (troisième, 1988), Nairo Quintana (deuxième en 2013 et 2015 ; troisième en 2016), Rigoberto Urán (deuxième en 2017 ) et Egan Bernal, lauréat en 2019.

De plus, Carapaz est le deuxième latino-américain de toute l’histoire du cyclisme à monter sur le podium des trois grands : le Tour de France, la Vuelta a España et le Giro d’Italia. Le premier à le faire fut le Colombien Nairo Quintana. En plus de sa troisième place dans cette version du Tour, l’Equatorien a remporté le Giro en 2019 et a terminé deuxième de la Vuelta en 2020.

Wout van Aert fort sur tous les terrains

Deux coureurs ont marqué cette édition du Tour 2021. Wout van Aert (Jumbo Visma) a remporté la dernière étape du sprint sur les Champs Elysées devant son compatriote Jasper Philipsen (Alpecin Fenix) et Mark Cavendish. Le Belge a réussi à s’imposer dans tous les domaines. Sur la montagne de l’étape de la double ascension du Mont Ventoux, lors du contre-la-montre de samedi à Saint-Emilion et désormais en plaine à Paris. Sans la performance hors-classe de Pogacar, van Aert serait le phénomène de ce Tour.

Le Belge Wout van Aert, vainqueur d'étape pour le Team Jumbo Visma, célèbre sur le podium après avoir remporté la vingtième étape de la 108e édition du Tour de France cycliste, un contre-la-montre de 30 km entre Libourne et Saint-Emilion, le 17 juillet 2021 .
Le Belge Wout van Aert, vainqueur d’étape pour le Team Jumbo Visma, célèbre sur le podium après avoir remporté la vingtième étape de la 108e édition du Tour de France cycliste, un contre-la-montre de 30 km entre Libourne et Saint-Emilion, le 17 juillet 2021 . Thomas SAMSON AFP

L’autre coureur qui s’est démarqué sur la Grande Boucle est bien évidemment Mark Cavendish (Deceuninck Quick Step). Le Britannique a sprinté quatre étapes pour remporter le maillot vert du meilleur sprinteur et a égalé le record d’étapes du Tour d’Eddy Merckx avec 34 victoires. Aujourd’hui, il n’a pas réussi à dépasser van Aert et a terminé troisième sur les Champs Elysées pour établir une marque plus élevée dans les livres d’histoire.

Au classement par équipes, Bahrain Victorious était l’équipe la plus rapide et a remporté trois victoires d’étape (deux avec Matej Mohoric et une avec Dylan Teuns) dans un contexte controversé de soupçons de dopage.

Le Français Franck Bonnamour a été le seul Français à monter sur le podium final du Tour, étant choisi par le public comme le plus combatif sur les routes de son pays natal.

Un bilan décevant pour les Latino-Américains

La troisième place au général de Richard Carapaz et la dixième place du Colombien Rigoberto Urán sont de bons résultats pour le cyclisme latino-américain. Mais dans l’ensemble, ce Tour laisse un sentiment de déception par rapport aux dernières années. Si l’on compare avec le dernier Tour, le fait qu’aucun coureur latino-américain n’ait remporté de victoire d’étape, même pas serrée, ne semble pas correspondre au potentiel attendu.

En 2020, Miguel Ángel López et Rigoberto Urán ont terminé sixième et huitième au classement général, tandis que López et Daniel Martínez ont chacun franchi une étape. En 2019, Egan Bernal avait remporté le général et Nairo Quintana une étape. En 2018, Fernando Gaviria avait levé les bras deux fois au sprint et Nairo Quintana une fois. En 2017, Rigoberto Urán était deuxième au classement général et avait franchi une étape.

La déception vient notamment de Miguel Ángel López, de l’équipe Movistar. Le Colombien qui avait remporté une étape de montagne l’an dernier et terminé le Tour à la sixième place, a vécu un cauchemar dans cette édition avec des chutes et des pertes de temps dès la première étape. Il a décidé d’abandonner avant la 19e étape. Un Tour à oublier pour Superman.

Nairo Quintana, revenu d’une double opération du genou, a tenté de viser une victoire d’étape et a mené le classement de la montagne pendant quelques jours, mais n’a pas semblé en mesure de rivaliser avec la concurrence. Esteban Chaves (Time BikeExchange), Sergio Henao (Qhubeka Nexthash) et Sergio Higuita (EF Education – Nippo) ont tenté de chercher une victoire d’étape, mais n’ont jamais frôlé la victoire. Rigoberto Urán avec son quatrième top 10 dans la course la plus importante du monde a montré qu’à 34 ans, il continue d’être au plus haut niveau.

Richard Carapaz pour l’Équateur, Nairo Quintana, Rigoberto Urán, Sergio Higuita et Esteban Chaves pour la Colombie disputeront les Jeux olympiques de Tokyo, qui débuteront le vendredi 23 juillet prochain.

gestioninclusive@gmail.com