Economie

Le Costa Rica, la Colombie, l’Équateur et le Panama étendront leurs aires marines protégées

Les présidents de ces pays ont signé un accord dans le cadre de la conférence mondiale sur le climat COP26, qui se déroule dans la ville écossaise de Glasgow, dans laquelle ils s’engagent à étendre leurs aires marines protégées de « des dizaines de milliers de kilomètres ».

« Réaliser la plus grande zone protégée de l’hémisphère occidental. » Avec cet objectif principal, les présidents de quatre pays d’Amérique latine ont signé mardi la déclaration pour la conservation et la gestion des écosystèmes inclus dans le corridor marin du Pacifique tropical oriental.

Cet accord, signé dans le cadre du sommet sur le climat COP26 dans la ville écossaise de Glasgow, étend la protection de l’environnement à certaines des régions qu’ils considèrent « les plus riches en biodiversité au monde », comme l’île Cocos au Costa Rica, les Galapagos en Equateur. , Malpelo en Colombie et Coiba au Panama.

Avec ce document, les présidents de la Colombie, Iván Duque ; du Costa Rica, Carlos Alvarado; de l’Équateur, Guillermo Lasso, et du Panama, Laurentino Cortizo, se sont engagés à étendre leurs aires marines protégées de « des dizaines de milliers de kilomètres ».

L’Équateur étendra sa réserve marine des Galapagos d’environ 60 000 kilomètres carrés et cherchera un échange de dette de conservation pour la financer, comme l’a révélé le président Guillermo Lasso.

La réserve des îles Galapagos est déjà l’une des plus grandes au monde, avec 133 000 kilomètres carrés, mais l’agrandissement ajoutera la dorsale Cocos, qui s’étend jusqu’au Costa Rica et constitue une zone d’alimentation et de migration pour les espèces menacées.

La nouvelle réserve sera divisée en deux zones égales. Dans l’un, la pêche sera totalement interdite, tandis que dans l’autre, elle ne sera autorisée que sans les soi-disant palangres, un type de pêche qui consiste à lancer des mailles avec des hameçons dans la mer.

Îles Galapagos, Équateur

Îles Galapagos, Équateur ©France24

La Colombie espère atteindre 16 millions d’hectares marins protégés

Ce pays andin a déjà établi des réserves maritimes dans un peu plus de 12,4 millions d’hectares de ses mers et la protection d’autres zones fait partie des plans visant à protéger 30% de la surface terrestre et marine d’ici 2030.

Après avoir avancé son objectif, la Colombie comptera un peu plus de 28 millions d’hectares de ses mers protégées l’année prochaine, selon le président Iván Duque.


Le Panama, pour sa part, dispose de 67.000 kilomètres carrés réservés, selon les déclarations à EFE de la ministre des Affaires étrangères de ce pays, Erika Mouynes, qui estime que la surface marine protégée sur son territoire représente « 30 % de ses eaux », à l’image de la taille du pays d’Amérique centrale.

Et le président du Costa Rica, Carlos Alvarado, a déclaré que « nous sommes quatre pays unis pour envoyer un message clair au monde : nous devons aller de l’avant avec des actions pour protéger les océans ».

Avec EFE et Reuters