Le Comité International Olympique a d'abord inclus la possibilité de reporter les Jeux Olympiques après une réunion d'urgence. Des discussions sur les scénarios possibles pour la nomination multidisciplinaire face à l'urgence par Covid-19 auront lieu "pour les quatre prochaines semaines".

Face à la pression croissante des différents Comités Nationaux Olympiques et des fédérations sportives, le CIO a assoupli sa position vers Tokyo 2020 et a admis, pour la première fois, la possibilité de reporter les Jeux Olympiques à la suite de la pandémie de Covid-19.

Après une réunion d'urgence de la commission exécutive, le Comité international olympique a assuré, dans un communiqué, qu'il intensifierait la "planification des scénarios" pour les Jeux de Tokyo 2020, y compris un éventuel report, et que ces discussions se prolongeraient "pour la prochaine quatre semaines".

De cette façon, à la mi-avril, l'organisme olympique annoncera sa résolution finale sur l'événement multidisciplinaire, avec des scénarios allant de sa célébration à la date fixée (du 24 juillet au 9 août) avec certaines restrictions jusqu'à son transfert à aux mêmes dates, mais à partir de 2021.

L'option rejetée par le CIO a été l'annulation des Jeux car "cela ne résoudrait aucun des problèmes et n'aiderait personne".

Malgré les questions d'organisations et d'athlètes demandant une résolution rapide des Jeux Olympiques, le CIO a préconisé de prendre jusqu'à un mois pour décider "en coopération avec le comité d'organisation de Tokyo 2020, les autorités japonaises et le gouvernement métropolitain de Tokyo". dans le but de "terminer son évaluation de l'évolution rapide de la situation sanitaire mondiale et de ses répercussions aux Jeux Olympiques, y compris l'hypothèse du report".

La position du CIO a été approuvée par le Comité international paralympique (IPC), qui prévoit les Jeux paralympiques à Tokyo du 25 août au 6 septembre. "Les quatre prochaines semaines permettront de voir si la situation sanitaire mondiale s'améliore, tout en offrant la possibilité d'analyser différents scénarios au cas où les dates des Jeux devraient être modifiées", a déclaré le président du CIP, Andrew Parsons.

Dans le même esprit, World Athletics, l'instance dirigeante de l'athlétisme mondial, a également célébré la position du CIO et était disposé à travailler "à une autre date".

La pression des athlètes et des fédérations met le CIO sur les cordes

Il y a seulement cinq jours, le CIO avait exprimé sa volonté de maintenir les Jeux Olympiques de Tokyo dans les délais et le président de l'organisme, Thomas Bach, avait prévenu que ce n'était pas le moment de prendre des décisions "drastiques".

Cette position a été assouplie ce dimanche après que plusieurs organisations nationales, fédérations sportives et athlètes privés ont publiquement exprimé leur demande de reporter les Jeux.

Parmi les organisations les plus importantes en faveur de l'ajournement figurent les fédérations d'athlétisme (USATF) et de natation (USA Swimming) des États-Unis, les comités nationaux olympiques du Brésil, de Norvège et de Croatie, la Fédération française de natation et l'entité d'athlétisme du Royaume-Uni, entre autres.

Le Canada a annoncé qu'il n'enverrait pas d'athlètes aux Jeux olympiques ou aux Jeux paralympiques. Cela a été annoncé par les comités olympique canadien (COC) et paralympique (CPC), dans une déclaration dans laquelle ils ont déclaré qu'ils exhortaient le CIO et le CIP "à reporter les Jeux d'un an et nous offrons notre soutien total pour les aider. naviguer dans toutes les complexités qu'apportera la reprogrammation des Jeux. "

Par la suite, le Comité olympique australien (AOC) a assuré que ses athlètes devraient se préparer à concourir à l'été 2021, lorsque les Jeux olympiques de Tokyo devraient avoir lieu. Dans un communiqué, il a souligné que "nos athlètes doivent donner la priorité à leur propre santé et à celle de leurs proches et doivent pouvoir retourner dans leur famille" –

Matt Carroll, le directeur exécutif de l'agence, a déclaré que les athlètes doivent faire la bonne chose "pour eux-mêmes, leurs familles et la communauté internationale" et a ajouté que "nous avons des athlètes résidant à l'étranger, qui s'entraînent dans des endroits en dehors de l'Australie avec leurs équipes. Avec des restrictions de voyage, la situation devient insoutenable. "

Les deux comités indiquent dans le même texte qu'ils reconnaissent les problèmes liés au report des Jeux Olympiques, mais ils assurent que "rien n'est plus important que la santé et la sécurité de nos athlètes et de la communauté mondiale".

Il y a également plusieurs athlètes qui ont demandé publiquement le report du match. L'un de ces derniers était le tireur allemand Max Hartung, chef de la commission des athlètes du Comité olympique allemand, qui a exprimé son intention samedi de démissionner des Jeux, pour lesquels il est déjà classé, s'ils sont détenus malgré les inquiétudes l'avancement du coronavirus.

Bien que le changement de position du CIO apporte un soulagement, la pression promet de ne pas bouger, en particulier pour une communication rapide de la décision. Cela a été précisé par le président de la British Olympic Association (BOA), Hugh Robertson, qui a "salué" la décision de la Commission exécutive mais a appelé à "une prise de décision rapide pour le bien des athlètes qui font toujours face à une incertitude importante ».

Au-delà des inquiétudes concernant la situation sanitaire, les athlètes et les organisations affirment que la scène mondiale a affecté la bonne préparation d'un événement du plus haut niveau tel qu'un jeu olympique, tandis que 43% des places pour la La compétition n'a pas encore pu être distribuée en raison des annulations d'événements de qualification dans le monde.

"Les restrictions actuellement en place ont éliminé la capacité des athlètes à concourir sur un pied d'égalité et il ne semble tout simplement pas approprié de continuer sur la voie actuelle vers les Jeux olympiques dans l'environnement actuel", a insisté Robertson.

Le CIO, entre la santé des athlètes et les complexités de la reprogrammation

Le président du CIO, Thomas Bach, a publié une lettre envoyée aux athlètes du monde entier expliquant pourquoi l'instance dirigeante a, ces dernières semaines, maintenu ses plans de poursuivre les Jeux de Tokyo 2020 comme prévu.

L'ancien tireur allemand a soutenu qu '"une décision finale" sur l'événement "serait désormais encore prématurée" étant donné qu' "un report aujourd'hui ne pourrait pas déterminer une nouvelle date pour les Jeux Olympiques en raison de l'évolution incertaine dans les deux sens: une amélioration, comme nous le constatons dans plusieurs pays grâce aux mesures sévères prises ou à une détérioration de la situation dans d'autres pays. "

Le chef du CIO a insisté sur "la priorité de la vie humaine avant tout" et "sauvegarder la santé de toutes les personnes impliquées et contribuer à contenir le virus".

Dans le même temps, Bach a reconnu "l'énorme incertitude" des athlètes classés qui ne peuvent pas s'entraîner comme ils le font habituellement, ainsi que de ceux qui attendent d'obtenir leur laissez-passer pour les Jeux.

De même, le président du CIO a également averti que le report de Tokyo 2020 serait très complexe car "une série de lieux critiques nécessaires aux Jeux pourraient ne plus être disponibles", "la situation, avec des millions de nuits déjà réservées dans les hôtels, est extrêmement difficile à gérer, et le calendrier sportif international d'au moins 33 sports olympiques devrait être adapté. "

Cependant, le chef de l'organisme olympique a confirmé qu'une annulation des Jeux n'est pas à l'ordre du jour car «cela détruirait le rêve olympique de 11 000 athlètes des 206 Comités Nationaux Olympiques de l'Équipe Olympique pour les Réfugiés du CIO, très probablement pour les athlètes paralympiques. et pour toutes les personnes qui les soutiennent ».

Les Jeux Olympiques n'ont jamais été reportés ou annulés en temps de paix et se déroulent sans interruption, tous les quatre ans, depuis 1948. Mais le coronavirus pourrait presque certainement perturber ce voyage.

Abe à Trump: le Japon continue de se préparer pour les Jeux olympiques

Pendant ce temps, le porte-parole du cabinet japonais Yoshihide Suga a assuré lors d'une conférence de presse que Donald Trump et Shinzo Abe ont parlé par téléphone pendant 50 minutes et le Premier ministre japonais a assuré son homologue américain que son pays poursuivait les préparatifs des Jeux olympiques, pour que le début se produit à la date prévue.

Le dialogue est intervenu après que Trump a suggéré un report d'un an. Les compétitions devraient débuter le 24 juin, mais selon le chef de l'Etat américain, sa proposition éviterait les "stades vides". Trump a ajouté que "s'ils sont annulés, peut-être un an plus tard, c'est une meilleure alternative que de les faire sans public".

Le porte-parole japonais a souligné que "le gouvernement japonais n'a apporté aucun changement et continuera de préparer (les JO) comme prévu". De même, il a souligné que les autorités n'envisagent pas que les concours se déroulent sans public.

Avec Reuters et EFE