Était-ce un pangolin ou une chauve-souris? Les scientifiques ne sont pas tellement préoccupés par l'origine animale du coronavirus, mais plutôt par notre interférence avec la biodiversité, la principale cause de cette zoonose. Si les humains persistent à exploiter les ressources et à détruire les écosystèmes, il y a un risque de propagation d'autres pandémies.

Tout cela a-t-il commencé avec un pangolin ou une chauve-souris? Le doute fait écho au dicton populaire sur le poulet et l'œuf, mais à ce stade de la pandémie, il importe peu, ou plutôt, il semble impossible de trouver des preuves concluantes de la véritable origine de Covid-19.

Cela a été indiqué à l'EFE par Luis Suárez, coordinateur de la conservation du WWF Espagne, qui estime qu'à l'épicentre du virus, la ville chinoise de Wuhan, "les restes biologiques ont déjà été éliminés". Bien que «ce que nous pouvons confirmer», dit Suarez, «c'est qu'il s'agit d'une zoonose». En d'autres termes, le virus provient sans aucun doute d'un animal.

Et nous le savions. Mais aujourd'hui, les spécialistes nous alertent sur autre chose, réitérant notre doute initial: tout cela a-t-il commencé avec un animal? Et là, selon eux, on pourrait dire non. Car la première erreur proviendrait de l'activité humaine qui, en contribuant à son exploitation, permet au virus de pénétrer dans notre corps, conduisant à ce type de crise sanitaire.

L'altération de la nature, l'origine des zoonoses

Pour être précis dans le terme, les maladies zoonotiques sont toutes ces infections qui sont transmises des animaux sauvages aux humains. Ils ne sont pas nouveaux, car c'est de là que viennent la rage, le paludisme ou, par exemple, la tuberculose. Le problème est qu'ils augmentent.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) calcule aujourd'hui 60% des maladies humaines d'origine animale. Un chiffre qui monte à 75% dans les maladies émergentes comme Ebola, Zika, la grippe aviaire, les autres SRAS et même le SIDA, beaucoup plus récents. Une situation que déjà en 2016, le PNUE décrivait comme une "urgence zoonotique", souvent associée à des "changements environnementaux, résultat de l'activité humaine, du changement climatique et de la transformation de l'utilisation des terres".

La scientifique suisse Maja Gudehus et une chenille pygmée à la recherche de pangolins.
La scientifique suisse Maja Gudehus et une chenille pygmée à la recherche de pangolins. © Florent Vergnes / AFP

En tant qu'expert, Suárez est d'accord avec l'ONU et précise que ce pourcentage de maux s'est produit "au cours des 40 dernières années". Traduit, c'est au cours des dernières décennies que ces virus "qui sont dans la nature" ont été transmis plus fréquemment aux humains, alors que dans les temps anciens la nature elle-même "diluait l'impact de ces maladies sur différents organismes et espèces" avec un risque moins contagieux.

Cette prolifération qui a changé au fil du temps n'est due qu'à notre impact sur l'environnement qui, comme l'explique Suarez, se traduit par "l'exploitation des espèces, la réduction de leurs écosystèmes et des habitudes alimentaires non hygiéniques", tout ce qui concerne "la perte de biodiversité" qui se produit après "le retrait des animaux de leur habitat naturel pour faire du commerce avec eux, souvent illégalement et sur des marchés malsains".

Et cela a été le cas sur le marché de Wuhan, où "les fluides des animaux vivants se mélangent à ceux des morts" et génèrent ainsi "le terreau idéal" pour "le saut entre les espèces".

Peut-on anticiper les virus d'origine animale?

La réponse est oui, et elle a à voir avec la préservation de la biodiversité face à "la croissance démographique et son utilisation de plus en plus récurrente des ressources de la planète, la destruction des écosystèmes qui multiplient les contacts (entre espèces)", insiste Gwenaël Vourc'h, directeur adjoint de l'unité d'épidémiologie vétérinaire de l'INRAE, un institut de recherche français.

Quelque chose qui soutient également Anne Larigauderie, secrétaire exécutive du panel d'experts de l'IPBES de l'ONU, déclarant que "le processus qui conduit un microbe, comme un virus, à passer d'une population de vertébrés, comme une chauve-souris, dans laquelle il existe naturellement , pour l'homme, est complexe, mais il est dû à l'homme (…) les actions humaines ont donné aux microbes l'opportunité de se rapprocher des populations. "

Plusieurs études montreraient que le pangolin n'est pas, tel que pesé, l'hôte ou le porteur initial de Covid-19.
Plusieurs études montreraient que le pangolin n'est pas, tel que pesé, l'hôte ou le porteur initial de Covid-19. © Graphique par France Média Monde

Chaque année, 700 000 personnes meurent de zoonose, selon l'IPBES elle-même. Et il est complété par une enquête américaine avant le nouveau coronavirus, qui identifie que les rongeurs, les primates et les chauves-souris seraient les hôtes de la plupart de ces virus, y compris, dans 50% des cas, des animaux domestiques.

Cependant, Luis Suárez insiste pour "pardonner" à ces animaux ou aux pangolins eux-mêmes, car "tous les animaux sont porteurs de nombreux agents pathogènes". La déforestation (par l'exploitation ou l'agriculture), la culture intensive et l'urbanisation ont modifié l'équilibre entre les espèces, obligeant certains animaux porteurs d'infection à se rendre dans des endroits qu'ils n'habitaient pas auparavant, ce qui à son tour génère que leurs agents pathogènes ne affecter.

Si rien ne change, d'autres crises de ce type pourraient survenir à l'avenir. Et Anne Larigauderie ne nous donne pas d'espoir, puisque la tendance ne semble pas diminuer. Au contraire, tout ce tableau devrait augmenter la fréquence de ces pandémies.

Pour cette raison, pour Luis Suárez, le respect de l'environnement "est le meilleur vaccin contre Covid-19". Pour Gwenaël Vourc'h, la solution doit être systémique, "au-delà de la réponse indispensable à chaque épidémie, il faut réfléchir à notre modèle et repenser notre relation avec les écosystèmes naturels et les services qu'ils nous fournissent".

À 86 ans, Jane Goodall, une célèbre primatologue britannique, connaît ces réponses depuis longtemps, après avoir passé la majeure partie de sa vie à étudier et à défendre les animaux, en particulier les chimpanzés en Afrique. "Il était prévisible que cela allait se produire, et cela va se reproduire jusqu'à ce que nous apprenions les leçons (…) Notre mépris pour la nature et notre manque de respect pour les animaux avec lesquels nous devons partager la planète."

Avec EFE et AFP