La France

L’Australie a fait une « grosse erreur » en annulant l’accord sur les sous-marins (ambassadeur de France)

Le 18 septembre, l’ambassadeur de France, convoqué à des consultations à Paris, a rejeté la décision de Canberra de suspendre l’accord de plusieurs millions de dollars pour la fabrication de sous-marins avec l’entreprise publique française Naval Group pour ouvrir un nouveau contrat avec les États-Unis et les États-Unis. Royaume.

La crise diplomatique entre l’Australie et la France se poursuit. Après que Canberra a décidé d’annuler unilatéralement et sans préavis un contrat avec Grupo Naval pour la construction de sous-marins et a annoncé la création de l’accord AUKUS, dans lequel est envisagée la construction d’une nouvelle flotte de sous-marins fabriqués par les États-Unis, la France a appelé consultations avec ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, ce dernier a statué sur la décision :

« Je pense que cela a été une grosse erreur, une très, très mauvaise gestion de l’association, car ce n’était pas un contrat, c’était une association qui était censée être basée sur la confiance, la compréhension mutuelle et la sincérité », a déclaré l’ambassadeur Jean. -Pierre Thebault lors d’une conférence de presse à Canberra.

L’Australie a annoncé jeudi qu’elle renonçait à l’accord signé en 2016 par lequel l’entreprise publique française Grupo Naval devait construire une flotte de sous-marins conventionnels. Au lieu de cela, il a annoncé qu’il construirait au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec la technologie américaine et britannique après avoir établi un partenariat de sécurité trilatéral.

La France a qualifié l’annulation de l’accord – évalué à 40 milliards de dollars en 2016, mais évalué selon la France à bien plus – de « coup de poignard dans le dos » et a appelé à des consultations avec ses ambassadeurs des États-Unis et d’Australie.

« J’aimerais rencontrer une machine à remonter le temps, si possible, et être dans une situation où nous ne nous retrouverons pas dans une situation australienne aussi incroyable, gênante et inappropriée », a déclaré Thebault. « Cela m’attriste beaucoup qu’ils me forcent à partir, bien qu’une réévaluation soit nécessaire », a-t-il déclaré.

L’Australie dit « comprendre la profonde déception de la France »

Pour sa part, l’Australie a déclaré qu’elle regrettait la destitution de l’ambassadeur de France, qu’elle appréciait la relation avec la France et qu’elle continuerait à collaborer avec Paris sur d’autres questions.

« L’Australie comprend la profonde déception de la France face à notre décision, qui a été prise conformément à nos intérêts de sécurité nationale clairs et communiqués », a déclaré une porte-parole de la ministre des Affaires étrangères Marise Payne dans un communiqué.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que la France était un « allié vital » et que les États-Unis travailleraient dans les prochains jours pour résoudre les différends.

Le différend marque le point le plus bas dans les relations australo-françaises depuis 1995, lorsque Canberra a protesté contre la décision de la France de reprendre les essais nucléaires dans le Pacifique Sud et a appelé son ambassadeur pour des consultations.

Avec Reuters