Sport

L’Angleterre fait peur aux fantômes, élimine l’Allemagne et se fait des illusions

Les « Trois Lions » ont gagné avec justice 2-0 contre la « Mannschaft » à Wembley et se sont qualifiés pour les quarts de finale. Raheem Sterling et Harry Kane ont marqué dans un autre chapitre de ce duel historique, qui a marqué la fin du cycle de Joachim Löw pour l’équipe allemande. Maintenant, ils affronteront l’Ukraine, qui a battu la Suède 2-1 avec un but angoissant en prolongation et a fait son entrée dans le top huit du tournoi pour la première fois.

L’Angleterre a fait un pas de plus dans son illusion de remporter le Championnat d’Europe pour la première fois de son histoire. Avec un effectif jeune et plein de talent, les « Trois Lions » ont rompu le charme face à l’Allemagne, bourreau habituel des grands rendez-vous.

Bien que l’équipe de Gareth Southgate ne tombe pas amoureuse, ils obtiennent des résultats et ont une image favorable pour atteindre la finale à «son» Wembley. Pour la ‘Mannschaft’, la défaite 2-0 signifiait la fin du cycle de Joachim Löw, un processus incontestablement réussi mais qui s’est soldé par une mauvaise image ces dernières années.

Le prochain obstacle pour l’Angleterre sera l’Ukraine, qui disputera pour la première fois les quarts de finale d’un Championnat d’Europe après avoir battu la Suède 2-1 avec un but dans les derniers instants de la prolongation. Ce duel se jouera le samedi 3 juillet au stade olympique de Rome.

Le vainqueur de ce match affrontera en demi-finale le vainqueur du croisement entre la République tchèque et les Pays-Bas, qui aura lieu le même jour, au stade olympique de Bakou.

Les deux matchs de l’autre clé se joueront le 2 juillet. La Suisse, qui a étonnamment éliminé la France aux tirs au but, affrontera l’Espagne au stade Krestovski de Saint-Pétersbourg. Et dans l’affrontement le plus attrayant des quarts de finale, la Belgique et l’Italie se rencontreront à l’Allianz Arena de Munich.

Jack Grealish illumine l’Angleterre, tirant sur l’Allemagne terne

A Wembley, un nouveau chapitre s’est déroulé dans l’une des rivalités les plus importantes du football mondial au niveau national. L’Angleterre et l’Allemagne ont joué dans certains des épisodes les plus intenses de la scène internationale dans les tournois majeurs.

Depuis cette finale de la Coupe du monde 1966, au cours de laquelle les «Trois Lions» ont remporté leur seul titre majeur avec un objectif controversé, les confrontations entre ces deux équipes ont acquis une saveur particulière. Et pour l’Angleterre, ils sont devenus un cauchemar : après cette définition, l’Allemagne s’était imposée lors des 4 croisements suivants en élimination directe.

Mais cette équipe de Gareth Southgate, bâtie à l’envers et avec plein de jeunes talents encore à peaufiner, semble bien décidée à chasser les fantômes d’un passé qui n’a pas été favorable aux créateurs du football.

Ce n’est pas une équipe qui se regarde. En fait, l’entraîneur est souvent considéré avec méfiance pour ses approches conservatrices, même lorsqu’il a de multiples variantes pour pratiquer un football plus offensif. Ses défenseurs soulignent la solidité défensive qu’il a impressionnée dans son équipe, qui n’a pas encaissé de buts dans ce Championnat d’Europe.

Contre l’Allemagne, ce n’était pas une exception. Southgate a opté pour une ligne de cinq et deux milieux de terrain centraux de confinement, faisant appel au déséquilibre de Buyako Saka et Raheem Sterling en attaque et au buteur découvert de Harry Kane, qui s’était battu avec les filets.

La « Mannschaft » de Joachim Löw avait une équipe similaire, bien qu’avec des ailiers légèrement plus offensifs. Le résultat fut une première mi-temps dans laquelle le contrôle du ballon était distribué et les jeux dangereux étaient rares : juste un tir de Sterling à mi-distance qui demandait Manuel Neuer et un heads-up de Timo Werner que Jordan Pickford couvrait.

De plus, quand l’Allemagne était meilleure que l’Angleterre, Southgate a utilisé son arme principale : l’entrée de Jack Grealish, pari habituel du coach pour le déséquilibre dans les secondes parties.

Le résultat a été rapide : six minutes après son entrée, le créatif de West Ham a lancé l’action qui s’est terminée par une prestation de Luke Shaw entrant par la gauche et la définition de Sterling, presque en dessous de l’arc, pour marquer le 1-0 à 75′. . Troisième but pour le joueur de Manchester City, buteur anglais en championnat d’Europe.

L'attaquant Raheem Sterling marque le premier but de la victoire 2-0 de l'Angleterre sur l'Allemagne en quart de finale du Championnat d'Europe à Wembley le 29 juin 2021.
L’attaquant Raheem Sterling marque le premier but de la victoire 2-0 de l’Angleterre sur l’Allemagne en quart de finale du Championnat d’Europe à Wembley le 29 juin 2021. © Justin Tallis / AFP

Mais l’attaquant a failli passer de héros à méchant quand, quelque temps plus tard, il a tâtonné au milieu de terrain et que Kai Havertz a permis à Thomas Müller, qui a terminé large dans le face-à-face avec Pickford.

C’était la seule vraie option pour une Allemagne en manque d’élaboration et de rébellion d’inverser le résultat, qui serait condamné à la 86e minute. Grealish est à nouveau apparu, cette fois en assistant de la gauche, pour que Harry Kane se connecte avec une tête dans la petite surface et marquer son premier but dans le tournoi. Un poids de moins pour l’attaquant de Tottenham et un motif de délire pour les plus de 40 000 spectateurs présents au temple londonien.

C’était la première victoire de l’Angleterre en huitièmes de finale du Championnat d’Europe dans les 90 minutes statutaires et seulement la deuxième fois qu’elle remportait un match à élimination directe lors de la compétition continentale. Et surtout contre l’Allemagne, sa « bête noire » historique.

Pour la « Mannschaft », cela signifiait la fin du cycle de 15 ans de Joachim Löw en tant qu’entraîneur. Une étape marquée par la construction d’une équipe de premier plan, qui a atteint son apogée avec la conquête de la Coupe du monde en 2014 et a vécu son dernier moment de succès avec le triomphe en Coupe des Confédérations 2017. L’élimination en phase de poules en Russie 2018, la récente défaite face à la modeste Macédoine du Nord et cette sortie prématurée du Championnat d’Europe jettent une ombre sur l’entraîneur, qui sera désormais remplacé par Hans-Dieter Flick.

« On ne veut pas aller trop loin, mais c’est un match énorme (…) Je n’ai jamais été dans un vestiaire avec autant d’union. On y croit vraiment », s’est réjoui le milieu de terrain anglais Declan Rice après le match.

Avec un parcours clair de grandes puissances et les demi-finales et finale programmées à Wembley, les Anglais rêvent, peut-être comme rarement, de faire de la célèbre chanson ‘It’s coming home’ une réalité et de soulever le trophée à domicile.

L’Ukraine punit la Suède au dernier souffle et poursuit son voyage historique

Dans l’autre match clé, à Hampden Park à Glasgow, l’Ukraine a remporté une victoire déchirante 2-1 au terme des prolongations contre la Suède, qui est venue à la croix en tant que favorite et a dit au revoir avec une triste image.

Celui qui a priori était présenté comme le match le moins attractif des huitièmes de finale (avec deux équipes caractérisées par leur caractère pragmatique et conservateur) a fini par livrer diverses émotions et moments d’un match aller-retour.

La joie de l'attaquant ukrainien Artem Dovbyk après avoir marqué le but vainqueur en prolongation contre la Suède, en huitièmes de finale de l'Euro 2020, le 29 juin 2021 à Glasgow.
La joie de l’attaquant ukrainien Artem Dovbyk après avoir marqué le but vainqueur en prolongation contre la Suède, en huitièmes de finale de l’Euro 2020, le 29 juin 2021 à Glasgow. © Lee Smith / Piscine / AFP

Ceux dirigés par Andriy Shevchenko ont frappé en premier, alors que le parti n’avait pas de dominant clair. À la 27e minute, Oleksandr Zinchenko a réussi une superbe passe d’Andriy Yarmolenko avec son pied gauche et a battu les mains de Robin Olsen pour porter le score à 1-0.

Peu habituée à devoir aller chercher le résultat, la Suède a eu du mal à briser le bloc défensif ukrainien. Mais Emil Forsberg, figure de l’équipe nordique, a semblé prendre un droit qui, après un léger détour, s’est accroché dans le coin droit du but ukrainien, juste avant la mi-temps.

L’étape complémentaire a livré un premier 25 minutes d’une grande intensité, sans répit. Au cours de cette période, Serhiy Sydorchuk a frappé le poteau, Forsberg a également réussi deux tirs qui ont touché les poteaux et Dejan Kulusevski a demandé au gardien Georgiy Bushchan.

Mais les énergies étaient épuisées et, avec des joueurs épuisés, le groupe se dirigeait vers la prolongation. Une période mouvementée, marquée par l’expulsion du Suédois Marcus Danielson à la minute 109 après un tacle très fort sur Artem Besedin, qui n’a pas pu continuer.

Ainsi, entre blessures, coups et retards, la Suède a complètement démissionné dans l’attaque, sous l’ordre exprès de battre en retraite qui est venu de son entraîneur Janne Andersson. Alors que l’Ukraine, épuisée, mise tout sur les centres et quelques ballons salvateurs.

Ce jeu a eu lieu dans la première minute du temps additionnel de la deuxième prolongation: le centre parfait de Zinchenko et la tête de l’admis Artem Dovbyk, qui a enlevé son maillot et a déclenché le délire des coéquipiers et des fans. L’attaquant du SC-Dnipro 1 de 24 ans a inscrit son premier but pour son équipe nationale, un but historique qui place l’Ukraine dans le top 8 européen pour la première fois de son histoire.