Culture

L’Amérique latine brille sous le ciel de Montreux

Au septième jour du Montreux Jazz Festival, les artistes latins étaient les protagonistes. Les Mexicains Rodrigo et Gabriela se sont chargés d’ouvrir la soirée avec leur virtuosité à la guitare. Le colombien Juanes a été créé dans l’auditorium principal avec une tournée de ses succès des 20 dernières années, un artiste dont la validité reste ferme.

Dans la nuit de ce jeudi 7 juillet, trois fans de Metallica sont montés sur la scène de l’auditorium Stravinsky : Rodrigo et Gabriela et Juanes. Coïncidence ou non, les trois, en plus de partager leur admiration et leur amour pour ce groupe de métal, ont aussi fait de la guitare leur art.

Deux chaises, une lampe et une table avec deux verres d’eau comme invitation à une réunion dans le salon de la maison de Rodrigo Sánchez et Gabriela Quintero dans une atmosphère d’ombres rouges. Ils n’ont pas besoin de plus car ils sont du feu pur sur scène.

Ce duo de guitares qui fait le tour du monde depuis 20 ans, et qui jouit d’une notoriété particulière en Europe, a été acclamé dès son entrée sur scène. Elle, vêtue d’une jupe courte, d’un t-shirt noir ample et d’un nombril, de bottes Dr. Martens; lui, dans une combinaison verte militaire et la tête rasée sur les côtés et un mohawk épais au milieu.


Rodrigo et Gabriel ont été chargés d'ouvrir la soirée concert à l'auditorium Stravinsky de la 56e édition du Montreux Jazz Festival.
Rodrigo et Gabriel ont été chargés d’ouvrir la soirée concert à l’auditorium Stravinsky de la 56e édition du Montreux Jazz Festival. (c) Marc Ducrest

Dès le départ, ils ont conquis le public qui a rapidement accompagné les mélodies de leurs claps au son, par exemple, de ‘Mettavolution’, de l’album éponyme qu’ils ont sorti en 2019. Leur amour pour le métal est indéniable dans leurs chansons, combiné avec la perfection avec du flamenco, du rock et des airs classiques.

Gabriela se penche sur sa guitare acoustique, hochant la tête au rythme de la musique les yeux fermés alors que les 4 000 âmes présentes se laissent emporter par la danse effrénée de leurs mains sur les cordes de la guitare. Rodrigo est plus contenu mais tout aussi passionné, sa présence sur scène se conjugue à celle de son partenaire comme dans ‘The Soundmaker’ (2014), hommage au luthier et guitariste du 19ème siècle, Antonio de Torres Jurado, père de la guitare actuelle .

Ils font une pause pour dire bonjour après une première décharge d’énergie et saluent le public en anglais et en espagnol. « Vive le Mexique ! » crie quelqu’un dans la foule. « Merci pour votre soutien, très privilégié d’être ici », a déclaré Quintero.

Musique instrumentale avec le pouvoir de raconter des histoires

Ses thèmes sont un voyage à travers l’imaginaire dans lequel des histoires sont racontées, parfois lors d’un road trip à travers des autoroutes sans fin sous le soleil, des déserts ou sous forme de séquence d’action. Hans Zimmer les a contactés pour une raison ; pour que leurs guitares fassent partie de la bande originale de ‘Pirates of the Caribbean: In Mysterious Waters’ (2011) pour laquelle les trois ont composé la chanson ‘The Pirate That Should Not Be’.

Ce soir, ils ont tourné des chansons de leurs albums précédents sans oublier leur version de ‘The Struggle Within’, qui fait partie de l’album hommage ‘The Metallica Blacklist’ (2021) à leur groupe préféré. Ils ont également annoncé avec enthousiasme un nouvel album pour l’année prochaine. C’est le fruit d’un travail effectué pendant la pandémie, une période pendant laquelle ils ont essayé des mélodies et trouvé des idées.

« Et nous avons terminé une chanson en un jour et ainsi de suite le lendemain, comme faire du pain », disent-ils entre deux rires. L’album aura plus d’éléments, pas de sons électroniques mais ils seront accompagnés par l’Orchestre Philharmonique de Bulgarie.

Juanes s’est connecté avec un public multiculturel à travers sa musique

Après une demi-heure d’entracte, ce fut au tour de Juanes sous le ciel de Stravinsky. Parmi le public, il y avait des chemises jaunes, signe sans équivoque de la présence des Colombiens. La scène était habillée de lumières rouges tamisées, puis les premières notes de ‘El Amor Tras del Amor’ ont retenti, une chanson de Fito Paez et que le chanteur de paisa a reprise sur son dernier album ‘Origen’ (2021). Juanes est apparu vêtu d’un costume de velours rouge bordeaux et de cheveux longs, accompagné des cinq musiciens de son groupe.


Le Colombien Juanes au début de son concert, pour la première fois au Montreux Jazz Festival.
Le Colombien Juanes au début de son concert, pour la première fois au Montreux Jazz Festival. (c) Marc Ducrest

Son set a commencé avec beaucoup de rythme, une chanson après l’autre, car suivi de ‘No Tengo Dinero’, ‘Nuestra Juramento’ et ‘La Bilirubina’, ils font tous partie de l’album qu’il a dédié aux chansons qui l’ont inspiré. tout au long de sa carrière.

« C’est un rêve devenu réalité d’être ici à un festival aussi beau et prestigieux », a-t-il déclaré en espagnol. Puis, en anglais, il s’est à nouveau adressé au public en déclarant : « Je m’appelle Juanes et je viens de Colombie. »

Commence alors un voyage dans le passé pour les centaines de fans qui sont venus le voir, avec des classiques comme ‘Nada Valgo Sin Tu Amor’, ‘Fotografía’ ou ‘Volverte A Ver’, mais tous avec un son renouvelé, beaucoup plus groove et rock. Le public a chanté avec les chansons, sautant dans une joie qui a même saisi les hanches européennes qui n’ont pas cessé de bouger.

Montreux cherche à offrir au public une expérience intime avec ses artistes et Juanes a su profiter de cette liberté à la lettre, descendant de scène comme il l’a fait lors de sa tournée, se promenant parmi le public qui a reçu le geste quelque peu abasourdi.

Guitare à la main, il a donné une sérénade à sa fille Luna, qui était présente, en chantant ‘Para Tu Amor’. Ce fut un moment d’émotion authentique et de communion, il n’en fallait pas plus pour montrer que, comme il le dit lui-même, « la paternité a changé (sa) vie à jamais ».

« Je ne peux pas l’expliquer, c’est le meilleur amour, l’amour le plus pur et le plus beau des cadeaux. »

Juanes et la puissance de son groupe pour une fête sans fin

Les cadeaux ont continué à livrer au public, notamment avec ‘Mis Planes Son Amarte’ de l’album du même nom et probablement l’un de ses albums les plus ambitieux en tant que concept. Si sur l’enregistrement cette dernière chanson est une ballade romantique élégante et moderne, la version qu’il a interprétée jeudi était encore plus riche en sons de percussions.

Pour le public non hispanophone du continent européen, Juanes est le chanteur de ‘La Camisa Negra’ avec lequel il est devenu célèbre sur ces terres en 2005. C’est pourquoi l’euphorie qui a été ressentie à Montreux lorsque les premières notes de ce chanson a retenti et le public a chanté le premier couplet à l’unisson.


Juanes, avec son propre son à la guitare, a donné un show de près de deux heures à Montreux.
Juanes, avec son propre son à la guitare, a donné un show de près de deux heures à Montreux. (c) Marc Ducrest

Petit à petit le concert est monté crescendo, dans une déperdition d’énergie de Juanes et de ses musiciens qui sont le pilier de son son live. Le groupe, sous la direction hors pair du maestro Emmanuel Briceño (claviers), passe d’un genre à l’autre en montrant sa versatilité, sa précision, sa dextérité et une énergie qui ne cesse de couler.

Juanes se combine avec ses musiciens en leur donnant une plus grande importance et ces moments sont plus agréables comme dans ‘Rebelión’, le classique de Joe Arroyo, qui se termine par une improvisation entre lui, Juan Pablo Daza à la guitare et Felipe Navia à la basse, soutenu par Marcelo Novati à la batterie et Richard Bravo aux percussions. Une extase qui s’est consolidée avec l’explosion des cris du public à l’écoute de ‘A Dios Le Pido’.

À ce moment-là, le spectacle avait déjà duré une heure et demie, mais le public a commencé à chanter « un autre, un autre » même lorsque les musiciens et Juanes n’avaient pas fini de se dire au revoir. Le rappel lui-même était presque comme un deuxième concert qui commençait avec le vallenato ‘Sin Medir Distancias’, avec Briceño et Daza à la guitare. Au moment où Juanes a reçu le Flying V, les connaisseurs savaient que le moment le plus difficile de la nuit arrivait.

« Maintenant, ils perdent leurs cheveux », a demandé le paisa avant que ne retentisse Enter Sandman, une chanson avec laquelle il participe à l’hommage à son groupe de cœur, Metallica. ‘La Luz’ était la clôture, un thème pour laisser les esprits en fête et pendant lequel le public exultant a allumé les lampes de poche de leurs téléphones.

Le Colombien et sa bande triomphent et entrent dans l’histoire de Montreux. Il suffit de savoir si cette tournée de Juanes à travers l’Europe le consolidera auprès du public du vieux continent, non plus en tant qu’interprète de ‘La Camisa Negra’, mais en tant que Juanes, la rock star colombienne.