Economie

L’Allemagne entre en phase « d’alarme » dans l’approvisionnement en gaz et accuse la Russie d’attaque économique

Le gouvernement allemand a décrété ce jeudi 23 juin l’alerte dans son plan d’urgence sur le gaz en raison de la baisse de l’approvisionnement en provenance de Russie et des prix élevés, tout en assurant que la sécurité d’approvisionnement reste garantie (pour l’instant).

Aux entreprises et aux ménages allemands, le gouvernement a lancé ce jeudi un avertissement, assorti d’une recommandation : des coupures douloureuses d’approvisionnement en gaz pourraient être à venir et il faut économiser l’apport pour la saison d’hiver.

Entré dans la deuxième des trois phases d’urgence, le pays était beaucoup plus proche de déclarer le rationnement à tout moment, une phase dans laquelle le marché exigerait l’intervention de l’État.

« Le gaz est désormais une denrée rare », a déclaré le ministre de l’Economie et du Climat Robert Habeck lors d’une conférence de presse, ajoutant que si la sécurité d’approvisionnement est actuellement garantie, il ne faut pas être trop confiant.


La baisse des flux de gaz en provenance de Russie a déclenché des avertissements cette semaine selon lesquels l’Allemagne pourrait sombrer dans la récession si les flux devaient s’arrêter complètement, alors même que les réservoirs de stockage sont 58 % plus remplis que l’an dernier.

La plus grande préoccupation est l’hiver, la période de plus grande consommation. « C’est l’été, mais l’hiver viendra », a averti Habeck, soulignant la nécessité d’agir maintenant pour arriver aux mois froids avec des réservoirs de gaz pleins.

Une phase intermédiaire qui déclenche les alarmes

Depuis fin mars, l’Allemagne était dans la première étape du plan d’urgence, qui est l’alerte précoce. Cela comprenait un contrôle plus strict des flux quotidiens et une concentration sur le remplissage des installations de stockage pour économiser à l’avenir.

Le deuxième niveau, le niveau d’alerte, selon le règlement de l’Union européenne, est déclaré lorsqu’il y a une interruption de l’approvisionnement en gaz ou une demande exceptionnellement élevée qui provoque une aggravation considérable de l’approvisionnement.

En théorie, cette nouvelle phase permettrait aux services publics de répercuter les prix élevés sur l’industrie et les ménages pour aider à réduire la demande. Cependant, l’exécutif a fait une exception dans ce cas.


L'Allemagne a activé la deuxième phase de son plan d'urgence gaz
L’Allemagne a activé la deuxième phase de son plan d’urgence gaz ©France 24

La dernière étape d’urgence survient lorsque l’offre ne répond définitivement pas à la demande et que l’intervention de l’État doit être activée face à un éventuel rationnement. De manière générale, l’approvisionnement de l’industrie est réduit, tandis que les foyers et les institutions critiques, comme les hôpitaux, continuent de recevoir le peu de gaz disponible.

A cet égard, le président de la Confédération allemande des chambres d’industrie et de commerce (DIHK), Peter Adrian, a déclaré dans un communiqué que « bien que l’approvisionnement en gaz reste garanti à court terme, les entreprises de tous les secteurs sont très inquiètes ».

L’Allemagne accuse la Russie de déclarer une « guerre économique »

« Il ne faut pas se leurrer : la coupure de l’approvisionnement en gaz est une attaque économique contre nous par (le président russe Vladimir) Poutine », a déclaré le ministre allemand de l’Economie dans un communiqué.

En réponse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que « la Russie respecte strictement tous ses engagements et, étant un fournisseur fiable de l’Europe depuis de nombreuses décennies, veille naturellement très attentivement sur ce prestige ».

L’approvisionnement en gaz de l’Allemagne a été réduit dans ce que l’Occident considère comme des représailles à la cascade de sanctions avec lesquelles la Russie a été punie pour son invasion de l’Ukraine.

Le Kremlin a assuré que ses motivations sont « technologiques », puisqu’une des turbines du gazoduc Nord Stream 1, responsable de l’essentiel des flux en provenance de Russie, est en réparation.

Avec Reuters, EFE et AP