La France

La France prévient le Mali qu’il sera « isolé » internationalement s’il embauche des mercenaires russes

Le gouvernement français a prévenu le Mali qu' »il perdrait le soutien international » et serait « isolé » s’il parvenait à un accord avec le groupe Wagner, propriété d’un homme d’affaires proche du président russe Vladimir Poutine, pour envoyer des mercenaires au pays Africain.

La ministre française de la Défense Florence Parly a souligné qu’au cours de sa récente visite au Mali elle a exprimé « très clairement et très directement » ce que la France pense « de Wagner et des mercenaires en général. Les choses sont claires, il n’est pas possible de cohabiter avec des mercenaires », il ajouta.

« Je leur ai dit ce que pense la communauté internationale et que si le Mali parvient à un accord pour s’associer avec des mercenaires, le Mali va s’isoler, perdre le soutien de la communauté internationale, qui est très engagée, et perdre des pans entiers de sa souveraineté », a-t-il souligné. .

De même, il a qualifié d' »inacceptables » les critiques du Premier ministre malien, Choguel Maiga, qui a affirmé lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies que Paris « abandonnait » les autorités maliennes dans la lutte contre le terrorisme.

Le ministère français des Affaires étrangères avait déjà suivi les propos de Maïga lors de la séance de lundi, lorsqu’il avait souligné que la « transformation » de l’opération « Barkhane » n’impliquait pas « une sortie du Mali » et arguait qu’il ne s’agissait pas « d’une décision unilatérale ».

« La récente neutralisation du chef de l’État islamique du Grand Sahara (EIGS), Adnan Abu Ualid al Saharaui, en est témoin. La mort le 24 septembre d’un militaire français lors d’une opération contre des groupes terroristes nous rappelle que notre engagement à ce combat se paye parfois dans le sang », a souligné le ministère.

Le gouvernement malien a rejeté la semaine dernière les critiques adressées ces derniers jours à Bamako pour ses plans présumés de déploiement de mercenaires russes pour faire face à l’insécurité croissante, notamment dans le nord et le centre de son territoire.

Le groupe Wagner a envoyé des mercenaires dans plusieurs pays africains ces dernières années – dont la Libye et la République centrafricaine (RCA) – ce qui a suscité des soupçons sur l’implication de Moscou dans divers conflits sur le continent.