Pour la quatrième année consécutive, la Finlande arrive en tête du classement des pays les plus heureux du Rapport mondial sur le bonheur des Nations unies, suivie de l’Islande, du Danemark, de la Suisse et des Pays-Bas, note CNNLes États-Unis passent de la 18e à la 14e place, le Royaume-Uni chute de la 13e à la 18e place, la France est à la 20e position. Dans le top 10 figure un seul État non européen, la Nouvelle-Zélande, à la 9e place.

Depuis son lancement en 2012, rappelle CNN, le Rapport mondial sur le bonheur “est basé sur les niveaux de PIB, d’espérance de vie, de générosité et de soutien dans la société, de liberté et de corruption”. Mais la pandémie a obligé à modifier les règles : “Non seulement les chercheurs n’ont pas pu réaliser des entretiens en face-à-face dans un certain nombre de pays, mais ils ont également changé complètement le focus en se concentrant sur la relation entre le bien-être et le Covid-19”.

Cependant, les changements sont relativement minimes, ce que les chercheurs “considèrent comme un signe positif”. Lara Aknin, professeure à l’Université Simon Fraser au Canada qui a contribué au rapport, explique :

Cette année a été très difficile, mais les premières données montrent également des signes notables de résilience en ce qui concerne les sentiments de connexion sociale et d’évaluations de la vie.”

“Étonnamment, il n’y a pas eu en moyenne de baisse du bien-être lorsque les gens le mesurent directement dans leurs vies”, poursuit John Helliwell, professeur à l’Université de Colombie-Britannique qui a contribué au rapport. “L’une des explications possibles, c’est que les gens voient le Covid-19 comme une menace extérieure qui affecte tout le monde et qui contribue à augmenter le sens de la solidarité et de l’empathie.”

Quelques mouvements notables : l’Allemagne, passée de la 17e à la 7e place en 2020, quand la Croatie, “l’une des destinations où des entretiens en face-à-face ont pu avoir lieu”, est remontée du 79e au 23rang.

Pour les chercheurs, rien de surprenant à retrouver la Finlande en tête des pays les plus heureux, ce pays nordique étant toujours bien placé “en matière de confiance mutuelle”. Celle-ci s’est révélée centrale pendant la pandémie, à l’échelle personnelle comme vis-à-vis des gouvernants.

Travailler, c’est bon

Sans surprise, le Rapport insiste sur l’effet négatif des confinements et l’importance de l’emploi (rémunéré ou non). “Les personnes incapables de travailler en raison d’un congé ou d’un licenciement qui se disaient seules au début de la pandémie sont devenues 43 % moins heureuses que celles qui ne se sentaient pas seules au départ.”

Sur les 149 pays classés, l’Afghanistan est une nouvelle fois dernier de la liste, tout juste précédé du Zimbabwe, du Rwanda, et du Botswana.