La France

La branche d’Al-Qaïda affirme avoir attaqué les forces françaises et onusiennes à la suite d’un attentat à la bombe sur un mariage au Mali

MADRID, 15 janv. (EUROPA PRESS) –

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM), la branche de l’organisation terroriste Al-Qaïda au Mali, a affirmé avoir mené plusieurs attaques contre les forces françaises et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali ( MINUSMA) en réponse à un bombardement dans le nord du pays qui aurait entraîné la mort de 20 civils, selon la population locale.

La France et le Mali ont tous deux rejeté ces accusations et Paris a toujours soutenu que la frappe aérienne avait été menée contre des cibles terroristes près de la ville de Douentza et qu’elle avait entraîné la mort d’une trentaine de djihadistes.

Cependant, les habitants du village de Bounti ont dénoncé que les frappes aériennes avaient frappé une cérémonie de mariage dans la région et ont indiqué que toutes les victimes étaient des civils. L’armée malienne a parlé de « propagande », tandis que les Nations unies ont appelé à une enquête sur l’événement.

Dans ce contexte, le JNIM a publié un long communiqué dans lequel il a souligné avoir mené plusieurs attentats en réponse au bombardement «brutal» de Bounti, qu’il a imputé aux «drones français».

« Ceux qui les contrôlaient savaient avec certitude que ceux qu’ils attaquaient étaient un groupe de personnes innocentes et sans défense », a-t-il dit, avant d’indiquer que l’attentat avait été perpétré « en raison de leur incapacité à atteindre les moudjahidin » après la mort de cinq soldats français dans deux attaques JNIM.

Ainsi, il a accusé la France de « diriger sa haine et sa vengeance contre des innocents » et a appelé les autorités maliennes à s’éloigner de Paris et à « prendre le parti du peuple et de la oumma (la communauté musulmane) ».

Pour toutes ces raisons, il a souligné que les JNIM avaient perpétré plusieurs attaques contre les forces de l’opération ‘Barkhane’ et la MINUSMA « pour venger les innocents tués par la machine à tuer française » et « pour mettre fin à l’occupation du Mali par des envahisseurs. « 

Le JNIM a détaillé qu’une des attaques a été perpétrée contre une base des forces de ‘Barkhane’ et de la MINUSMA à Amachach, au nord de Kidal, et a ajouté qu’elle avait entraîné « de lourdes pertes en vies humaines et en matériel », avec environ de « 20 morts dans les rangs de l’ennemi ».

La branche d’Al-Qaïda a en outre indiqué qu’un kamikaze identifié comme Abdulaziz al Anasri s’est fait exploser avec une voiture piégée contre un convoi des «forces d’occupation françaises et des forces militaires apostates maliennes» dans la région d’Arbinda, près de la frontière. avec le Burkina Faso.

<< Nous disons à la France, tant à son gouvernement qu'à son peuple, que la survie des forces du pays en terre malienne est impossible en termes de raison et de réalité. Indépendamment de la force brutale de l'occupant et de son appareil militaire, elle ne peut pas vaincre la volonté du peuple libre de se débarrasser du joug de l'occupation », a-t-il soutenu.

«Le processus de libération de leur pouvoir a commencé et la libération totale sera vue avec le départ du dernier soldat occupant de nos maisons. S’ils ne se retirent pas des terres des musulmans, ils verront des attaques plus graves et plus violentes et davantage d’opérations. qualitatif », a rivalisé.

Cette coalition djihadiste est née en mars 2017 de l’union sous l’égide d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) des groupes Ansar Dine, le Front Macina et Al Murabitún, ce dernier dirigé par l’éminent jihadiste algérien Mojtar Belmojtar .

Le Mali, comme d’autres pays du Sahel, a enregistré un nombre croissant d’attaques djihadistes ces derniers mois de la part de l’affilié d’Al-Qaïda dans la région et de l’État islamique, ce qui a également accru la violence intercommunautaire. et a provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

gestioninclusive@gmail.com