Jordan Bardella, le jeune élève de Le Pen qui peut amener l'extrême droite au gouvernement français

La population française est appelée aux urnes les 30 juin et 7 juillet pour participer aux élections législatives proposées par le président français Emmanuel Macron, après la victoire éclatante du Rassemblement national (AN) d'extrême droite aux élections européennes. L'extrême droite dirigée par Marine Le Pen est la formation qui, justement, aspire à remporter les élections avec Jordan Bardella comme candidat au poste de Premier ministre, selon les sondages.

En cas de victoire, Bardella confirmerait ainsi son ascension fulgurante sur la scène politique nationale et internationale. A moins de 30 ans, il a déjà occupé la majorité des postes de direction au sein du Groupe national et même au Parlement européen, où il a été député européen lors de la législature précédente et, lors des dernières élections, il s'est également présenté comme chef du la liste, même s'il est prévisible qu'il ne recevra pas le procès-verbal.

Bardella est née en septembre 1995 dans le département de la Seine-Saint-Denis, limitrophe de la ville de Paris et faisant partie de ce que l'on appelle l'aire métropolitaine de la capitale française. D'un père français, bien qu'avec des racines algériennes et italiennes, et d'une mère originaire de Turin, il a fait ses études dans certains des centres éducatifs les plus prestigieux du pays, dont l'Université de la Sorbonne, bien qu'il n'ait pas terminé ses études en géographie.

En 2012, à seulement 17 ans, elle rejoint le Rassemblement national, qui vient de mener une démarche interne pour la passation du commandement de Jean-Marie Le Pen à sa fille. Deux ans plus tard, il est sacré secrétaire du parti dans le département de Sena-San Denis, devenant ainsi le plus jeune leader régional du parti. En 2017, à seulement 22 ans, il est nommé porte-parole de l’AN.

En quelques années seulement et d'une manière remarquablement précoce, Bardella s'était déjà fait un nom au sein de l'AN et, en 2018, il avait été nommé président de la section jeunesse du parti, le Groupe national de la jeunesse. Mais c'est en 2019 qu'il finit par percer sur la scène nationale en étant nommé vice-président du parti, mais aussi à l'international puisqu'il apparaît comme tête de liste d'AN pour les élections au Parlement européen.

Lors de ces élections, le Groupe National de Le Pen était la deuxième force la plus votée après les Républicains et Bardella, qui ont obtenu un siège au Parlement européen. Après plusieurs années au Parlement européen, Bardella termine sa promotion interne et est choisi pour succéder à Le Pen à la présidence du parti. Lors des récentes élections européennes, au cours desquelles il a obtenu plus de 30 pour cent des voix, il était également en tête de la liste AN.

Aujourd'hui, alors qu'il n'a pas encore 30 ans, il a été désigné par Le Pen comme candidat au poste de Premier ministre lors d'une élection dont presque tout indique qu'il pourrait gagner. De cette manière, l’extrême droite reviendrait au gouvernement plus de 80 ans après que Philippe Pétain ait dirigé la France de Vichy, le régime fantoche imposé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

POSITIONS RACISTES, HOMOPHOBES ET CONTRE LA FISCALITÉ

Bardella se distingue, comme les principales figures de son parti, par sa ligne dure contre l'immigration, montrant même des sympathies pour la théorie conspirationniste et d'extrême droite du « grand remplacement », qui suggère que la population blanche et catholique est systématiquement remplacée par citoyens d’origine arabe, maghrébine et saharienne à travers une immigration massive et la faible natalité en Europe.

Selon la presse française, Bardela fait habituellement allusion à cette théorie dans ses meetings politiques, même s'il ne mentionne pas directement le « grand remplacement », car Marine Le Pen elle-même a interdit l'utilisation de cette expression. Le président du Groupe National a également préconisé la réduction de l'aide sociale aux migrants illégaux et a élevé la crise de l'immigration au premier rang des préoccupations de la société actuelle.

Sur le plan social, il en est venu à s'opposer radicalement au mariage homosexuel – en le liant directement aux méthodes alternatives de grossesse telles que la fécondation in vitro – même s'il a adouci il y a des années son discours et reconnaît désormais que les liens matrimoniaux entre personnes du même sexe sont déjà « un fait » que « la majorité des Français » comprend.

Il prône la suppression des taxes pour les grandes entreprises et regrette que la France soit « le champion européen des taxes et des tarifs douaniers ». Il a ouvertement célébré la réduction de l’impôt sur les sociétés approuvée par Macron et s’est engagé à éliminer la réforme controversée des retraites de Macron, qui relève l’âge de la retraite ainsi que les conditions pour percevoir une pension à taux plein.

Selon une analyse du journal français « Le Monde », Bardella et Le Pen font équipe en matière de positions économiques. Alors que le leader historique du Groupe national tente de s'adresser aux classes populaires, il pointe du doigt un secteur plus aisé et, surtout, les retraités.

Sur le plan international, il soutient l’Ukraine contre l’invasion russe et a prévenu que Vladimir Poutine menait une guerre contre l’Occident dans son ensemble. Il estime impossible de parvenir à un accord qui ne prévoit pas le retrait total des troupes russes et le retour à Kiev de la souveraineté des territoires occupés par Moscou. Cela a provoqué des tensions internes, Marine Le Pen tendant davantage vers une position d'affinité avec le Kremlin.

RELATION AVEC LE PEN

Les liens de Bardella avec la famille Le Pen ne se limitent pas à sa relation de travail avec Marine Le Pen. Le président du Rassemblement national a toujours défendu la figure de Jean-Marie Le Pen, assurant à plusieurs reprises que le leader historique de l'extrême droite française n'était pas antisémite, même s'il a été condamné à plusieurs reprises pour des propos sur cette question.

Par ailleurs, il est en couple depuis 2020 avec Nolwenn Olivier, petite-fille de Jean-Marie Le Pen et nièce de Marine. A plusieurs reprises, il a été accusé d'être favorisé par la famille pour justifier sa rapide ascension au sein du Groupe national.

A lire également