La France

« J’espère faire le saut qu’on attend de moi »

Le coureur Enric Mas (Movistar Team) a souligné qu’il vient sur le Tour de France, qui se déroule de ce vendredi au 24 juillet, en tant que « seul leader » de l’équipe d’Eusebio Unzué, et qu’il est confiant de « sauter le pas ». de qualité qu’on attend de lui et monter sur le podium des Champs-Elysées à Paris.

« J’arrive sur le Tour en tant que seul leader de l’équipe, contrairement aux autres années, et je constate que je vais avoir un coureur de plus pour moi, quelque chose d’important car, s’il y a un problème, j’aurai plus d’aide. L’équipe aura un meneur de moins et j’aurai un assistant de moins en plus. Je me sens serein et motivé pour finir dans le tiroir », a commenté Enric Mas lors d’une conférence de presse à la veille des débuts du Tour à Copenhague.

Mas a qualifié de « compliquée » la première semaine du tour français, qui comprend la journée pavée d’Arenberg et ses 11 sections pavées. « Nous allons prier pour que la chance soit avec nous. Nous sommes allés à l’étape pavée deux ou trois fois parce que c’est nouveau pour moi. Je pense que je peux bien le faire, je suis motivé et excité parce que c’est une étape qui vous avez vu à la télévision », a-t-il dit.

Selon lui, s’il parvient, pour la première fois -après avoir été cinquième en 2020 et sixième en 2021-, à monter sur le podium à Paris, c’est qu’il a fait de bonnes étapes. « Le saut qu’on attend de moi, j’espère que ce sera cette année. La chute du Dauphiné m’a privé d’entraînement, mais j’espère être bien. En confiance j’atteins 10 sur 10. J’avais déjà une bonne forme en Dauphiné et Je l’ai un peu perdu, mais j’espère l’avoir récupéré et que la malchance est passée », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne sa tactique en course, l’élève d’Unzué a déclaré que s’il devait attaquer ou non, c’était quelque chose à voir sur la route. « C’est ce que je décide. Parfois, il est facile d’être devant la télévision et de demander qu’elle démarre, mais cela dépend si j’ai la force et si je peux le faire. Si nécessaire, je serai le premier à attaquer, mais attaquer pour les fans… je vais pour le podium… attaquer parce que je ne le ferai pas », a-t-il prévenu.


Il a souligné que l’étape d’Arenberg le « motive », qui lui rappelle Paris-Roubaix, et estime que le contre-la-montre de Rocamadour ne sera plus décisif.

« Le dernier contre-la-montre sera long et difficile, nous l’avons vu et j’espère bien le faire. Il n’y aura pas beaucoup de différences dans le top 10, je pense qu’après un Tour aussi long et difficile, les choses ne changeront pas beaucoup,  » a-t-il prédit.

Concernant l’absence d’Alejandro Valverde, Mas a souligné que « c’est toujours important à l’intérieur et à l’extérieur de la course » et a souligné que neuf Espagnols « sont peu » dans le Tour, bien qu’il y ait de « très bons » jeunes coureurs qui donneront ensuite année « guerre ».