Economie

Les banquiers centraux du monde déterminés à contrôler l’inflation

Réunis au Portugal, les principaux dirigeants de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre ont déclaré qu’ils étaient prêts à contrôler l’inflation mondiale en utilisant tous les outils disponibles.

La réponse que tout le monde cherche. L’inflation est le principal protagoniste des trois jours du Forum de Sintra, au Portugal, organisé par la Banque centrale européenne, le premier face à face depuis le début de la pandémie.

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine (Fed) s’est dit convaincu qu’il parviendra « à ramener l’inflation à 2% » car il a les outils pour le faire et malgré les dégâts que cela pourrait causer à une partie de la population , il a défendu que le plus gros problème serait de laisser l’inflation devenir persistante.

Powell estime que l’économie américaine est en bonne forme pour faire face aux hausses de taux d’intérêt qui ont lieu en ce moment avec un marché du travail « très solide », il s’attend donc à ce que « la croissance reste positive ».

Y a-t-il un risque que nous allions trop loin ? Il y a certainement un risque, mais je ne suis pas d’accord pour dire que c’est le plus grand risque pour l’économie. Je pense que la plus grande erreur à commettre, disons-le ainsi, serait de ne pas rétablir la stabilité des prix », a déclaré Powell.


©France 24

« Ce qu’il faut faire, c’est ramener l’inflation à 2% », a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, également disposée à revenir sur l’objectif principal de la banque centrale qu’elle dirige.

« Je n’ai pas dit progressif, point final. J’ai bien dit progressif, mais facultatif. Et je pense que c’est une combinaison des deux qui compte vraiment pour nous. Avancer progressivement est certainement approprié en période de grande incertitude, mais à mesure que l’incertitude se dissipe dans plusieurs aspects, nous devrons certainement être moins progressifs et donner plus de poids à l’optionalité. Mais pour le moment, nous avons les deux choses combinées », a commenté Lagarde au Forum.

La BCE a annoncé des hausses de taux en juillet et septembre, mais ces mesures doivent aller de pair pour lutter contre le risque « inhérent » de fragmentation de la zone euro, dérivé du fait que les 19 pays ont des politiques budgétaires et des marchés différents.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a souligné que « la clé pour nous est de ramener l’inflation » à l’objectif, c’est pourquoi, comme la BCE, les prix de l’énergie et la guerre en Ukraine sont des obstacles majeurs. .

« Nous devons faire tout ce que nous pouvons », a ajouté Bailey.

Les banques centrales du monde sont confrontées au défi de juguler l’inflation en remontant les taux d’intérêt, mais de manière équilibrée sans provoquer une récession économique qui, jusqu’à présent, est la clé de la nervosité des marchés boursiers.

avec EFE